EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Covid-19 : Des morts et des hommes – Edito 21/10/2020

Il est surprenant et dérangeant à la fois de se rendre compte du détachement vis-à-vis de la mort d’autrui que pratiquent certains. Cela frôle en même temps une sorte d’absurdité quand on consacre la vie comme étant le bien le plus précieux dont nous serions tous dotés. Car s’il s’avère effectivement que des facteurs de comorbidité comme l’âge avancé et le mauvais état général, l’obésité ou encore entre autres l’hypertension artérielle, engendrent plus facilement des complications lorsque l’on est infecté par la Covid-19 ; est-ce pour autant qu’il faille cultiver une sorte de fatalisme en venant à presque minimiser le fait que ces malheureux aient passés l’arme à gauche ?

J’ai déjà eu l’occasion de l’aborder ici mais il me parait tendancieux de tirer des conclusions quant au degré de dangerosité de ce coronavirus en ne se basant que sur des chiffres figés sans faire une double lecture de ce qu’ils pourraient être si des mesures de protection n’étaient pas prise pour enrayer l’infection. A propos de celles-ci et concernant notamment la remise en place ou pas d’un couvre-feu, j’estime aujourd’hui ne pas être assez qualifié pour émettre un avis sur les mesures à prendre lors d’un état d’urgence sanitaire surtout quand tout s’emballe. On pourra d’ailleurs déplorer que cette posture ne soit pas plus généralisée, l’on gagnerait largement en sérénité mais aussi en efficacité.

Il est dorénavant de notoriété publique, y compris sous nos latitudes, avec des mois de recul, que cette infection envoie aussi au tapis des gens à la base en bonne santé, des sportifs mêmes, et peut les emporter. Et ne parlons pas de ceux qui survivent mais qui ne s’en relèvent pas totalement car des séquelles parfois gravissimes, paraissant même irréversibles, en découlent directement.

C’est bien pour ces raisons, et tant d’autres, qu’il est viscéralement intolérable, soit pour tenter de se rassurer à tout prix, soit pour verser dans le complotisme anti-establishment, voire les deux, de ne pas considérer qu’il est absolument impératif de tout faire pour éviter que quiconque ne soit fauché par cette maladie.

N’avoir froidement qu’une lecture purement statistique des chiffres de léthalité, pour soutenir une quelconque thèse, y compris, celles strictement liées au monde économique, n’est pas digne de notre humanité.

A des degrés certes divers, c’est pourtant bien nous tous qui vivons ensemble la calamité du moment. Et ce n’est sans doute pas en campant de rigides positions altérant notre bienveillance et notre compassion pour nos prochains, réduits au rang de données négligeables, que nous sortirons grandis de tout ça. Car oui, n’en doutez pas, nous nous en sortirons.

Article précedent

Journal de 7:30, le 21/10/2020

Article suivant

La revue de presque de Nicolas Canteloup d'Europe 1 - L'intégrale du 21/10/2020

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Covid-19 : Des morts et des hommes – Edito 21/10/2020