AFPINTERNATIONAL

Crash en Colombie: le conte de fées du footbal brésilien termine en tragédie

La Unión (Colombie) (AFP) – Le conte de fées sportif du petit club brésilien de Chapecoense a été stoppé net lundi soir: son avion s’est écrasé dans les montagnes de Colombie, faisant 75 morts, six survivants, et plongeant dans le deuil la planète football.

« La douleur est terrible. Alors que notre équipe était parvenue à avoir une renommée nationale, il arrive cette tragédie, une immense tragédie », a réagi Ivan Tozzo, le vice-président de Chapecoense à Globo SportTV.

L’équipe de Chapeco, ville d’environ 200.000 habitants située dans le sud du Brésil, avait réussi une performance exceptionnelle pour atteindre la finale de la Copa Sudamericana, l’équivalent de l’Europa League européenne, où elle devait affronter le grand Atletico Nacional de Colombie.

Sur la scène du crash, on pouvait voir des dizaines de secouristes s’activer autour de la carlingue de l’appareil désintégrée. Des sacs blancs accueillant les corps étaient rassemblés à proximité de l’appareil.

« Nous avons trouvé ce panorama désastreux (…) l’avion a été totalement détruit », a déclaré à l’AFP le capitaine des pompiers Elkin Gonzalez, parmi les premiers sur place. 

– Trois jours de deuil au Brésil –

Après l’accident, le président brésilien Michel Temer a décrété trois jours de deuil alors que les plus grands clubs et stars planétaires du football faisaient part de leur émotion, de Messi à Maradona en passant par Pelé.

« Malheureusement, ces gars, qui étaient en train de s’ouvrir un chemin à force de football, ont pris le mauvais avion. A partir d’aujourd’hui, je suis supporter du Chapecoense… », a lancé le Pibe de Oro Maradona. 

« La famille du football brésilien est en deuil », a résumé la légende du ballon rond Pelé.

L’Atletico Nacional, qui devait affronter Chapecoense en finale, a demandé que le trophée soit attribué à l’équipe brésilienne.

La Copa Sudamericana est la deuxième plus importante compétition de clubs au niveau continental en Amérique du Sud.

Partie du Brésil, l’équipe a dû faire escale en Bolivie à Santa Cruz pour des raisons de législation, avant de reprendre un vol pour la Colombie.

L’appareil de la compagnie bolivienne Lamia, en provenance de Santa Cruz, s’est écrasé dans une zone montagneuse près de Medellin, deuxième ville de Colombie (nord-ouest).

– Avion mis en circulation en 1999 –

L’avion, un British Aerospace 146, transportait 72 passagers et neuf membres d’équipage, selon les autorités. Il avait été mis en circulation neuf en 1999 et utilisé par deux autres compagnies avant d’être acheté par Lamia, a déclaré un porte-parole du constructeur à l’AFP. 

Selon le site Planespotters, qui répertorie tous les avions en circulation, l’appareil se trouvait depuis octobre 2013 entre les mains de Lamia, spécialisée dans les vols charters.

Des sites spécialisés ont révélé que le même avion avait été utilisé deux semaines avant pour transporter l’équipe d’Argentine, dont Lionel Messi, à San Juan pour un match de qualification au Mondial-2018 en Russie.

Lors d’un appel d’urgence à 03:00 GMT dans la nuit de lundi à mardi, le pilote a fait état de « pannes électriques » à bord.

Les autorités britanniques ont annoncé mardi l’envoi en Colombie de trois enquêteurs sur le site du crash, ils sont attendus mercredi à Medellin.

– 22 journalistes –

Selon le directeur de l’Aviation civile, Alfredo Bocanegra, parmi les 81 passagers se trouvaient « 22 footballeurs, 28 accompagnants et membres de l’équipe technique, 22 journalistes ». La chaîne Fox Sport Latin America, qui retransmet en exclusivité les rencontres de la Copa Sudamericana, a confirmé que six de ses employés étaient morts dans l’accident.

Six ont miraculeusement survécu : les footballeurs Helio Hermito Zampier Neto, Alan Luciano Ruschel et Jackson Ragnar Follman; une hôtesse Ximena Suarez et un technicien Erwin Tumiri; ainsi qu’un journaliste Rafael Hensel, selon l’Aviation civile. Ils ont été transférés dans des hôpitaux proches. 

L’accident est survenu quelques minutes avant l’atterrissage sur l’aéroport José Maria Cordova de Rionegro, qui dessert Medellin. Selon les autorités, les conditions météorologiques étaient mauvaises, en raison de fortes pluies. Les secours ont même dû être suspendus dans la nuit et n’ont repris qu’au petit matin.

La Conmebol a annoncé que la finale avait été suspendue, et le congrès de l’organisme du football sud-américain prévu ce mercredi à Montevideo reporté, selon un communiqué précisant que le président de la Conmebol, Alejandro Dominguez, se rendait sur place.

Sur le site du crash d'un avion dans la zone montagneuse d'El Gordo, à environ 50 km de Medellin, en Colombie, le 29 novembre 2016. © AFP

© AFP RAUL ARBOLEDA
Sur le site du crash d’un avion dans la zone montagneuse d’El Gordo, à environ 50 km de Medellin, en Colombie, le 29 novembre 2016

0444345da94d43f1c316b0d84355959b54240ac3
Article précedent

"Chemise arrachée": verdict pour les "15 d'Air France"

c03001a8831c2f5bc6049355967856830a058312
Article suivant

Génocide rwandais: enquête sur le rôle de responsables français

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Crash en Colombie: le conte de fées du footbal brésilien termine en tragédie