EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

CSIP : grandeur (?) et décadence (!)… – Edito 10/06/2016

Je vais être franc, j’ai fait hier midi un effort surhumain pour ne pas sortir de mon devoir de réserve pendant le journal de Cédric Valax. J’attendais juste avec impatience de pouvoir me lâcher ici et maintenant. J’aurais pu me dire qu’il valait mieux entendre ça que d’être sourd, mais ce serait trop simple.

Ainsi notre rédaction à Radio 1 a recueilli hier les réactions de Patrick Taaroa de la CSIP qui était entouré de son bureau exécutif et dont l’objet principal de la conférence de presse qu’il donnait était de répondre aux propos d’Olivier Kressmann du Medef.

En effet ce dernier a eu le courage de dire haut et fort ce que je dénonçais déjà en Mai de l’année dernière, et il y a encore deux semaines pendant la grève d’Air Tahiti, à savoir qu’en gros il était navrant de voir s’asseoir à la table des négociations portant sur la PSG2 un certain Cyril Legayic. Ce dernier a en effet été condamné en juillet 2014 pour recel de détournement de fonds publics dans l’affaire des emplois fictifs et n’est plus censé selon la loi avoir de fonction de direction dans une quelconque organisation syndicale. Il est privé de ses droits civiques.

Alors c’est certain que dans un contexte où l’Etat, par ses services, ne fait pas appliquer la loi, et laisse un pied de nez calamiteux se faire depuis deux ans, on peut comprendre que du côté de la CSIP on en profite largement. Hier Patrick Taaroa continuait d’affirmer je cite que « Cyril Le Gayic restera là où il est actuellement, c’est une décision prise et entérinée en novembre dernier lors de l’assemblée générale du syndicat par les adhérents », fin de citation. C’est un attentat au bon sens et à la probité totalement éhonté et assumé. C’est totalement écœurant. Alors cela veut dire quoi ? Que parce qu’un ersatz de gourou a réussi à endoctriner ce qui ressemble à des disciples dénués de libre arbitre cela justifie le principe de violer la loi ? Ils voudraient en plus qu’on joue aux abrutis nous aussi à ne pas comprendre que lorsque l’on est »Directeur Général des Services » d’un Syndicat c’est induit assez explicitement dans l’intitulé du poste qu’on bien dirige quelque chose non ? Ah on nous répond qu’il ne signe rien ? Quelle hypocrisie …

Mesdames et messieurs les adhérents de la CSIP, si c’est vous qui en effet avez décidé de vous satisfaire d’une telle situation il serait peut-être temps de vous poser des questions. Et les bonnes. Vous continuez de vouloir porter aux nues quelqu’un qui a reconnu toucher des pots de vins de patrons pour éviter les conflits sociaux. Les fondamentaux du syndicalisme sont bafoués, la crédibilité est perdue, si les connexions synaptiques ne connaissaient aucun trouble vous auriez du dire « NEXT ».

Et l’excuse de mettre en avant que d’autres sont condamnés et restent des interlocuteurs du MEDEF, est un argument de cour d’école, qui au final est assez révélateur du niveau qui règne dans les instances dirigeantes de la CSIP.

Article précedent

Michel Houellebecq fait de son bulletin de santé une installation artistique

Article suivant

Venezuela: entre heurts et pillages, le référendum anti-Maduro fait son chemin

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

CSIP : grandeur (?) et décadence (!)… – Edito 10/06/2016