AFPINTERNATIONAL

Cuba: les dirigeants de la gauche latino rendent hommage à Fidel Castro

La Havane (AFP) – Les Cubains poursuivaient mardi leur hommage posthume à Fidel Castro et seront rejoints dans la soirée par les dirigeants de la gauche latino-américaine pour une grande cérémonie, boudée par la plupart des chefs d’Etat d’autres pays amis et occidentaux.

« Nous sommes toujours debout, nous continuons ensemble aujourd’hui plus que jamais avec Fidel », a déclaré à son arrivée à Cuba lundi soir le président vénézuélien Nicolas Maduro, se disant déterminé à poursuivre l’héritage du « Comandante » et de Hugo Chavez.

Cette deuxième journée d’une semaine entière consacrée à la mémoire du père de la révolution cubaine a commencé par un nouvel acte de recueillement sur la célèbre place de la Révolution, au centre de la capitale.

Comme lundi, les Cubains défilent tout au long de la matinée au sein du mémorial du héros national de l’indépendance José Marti, face aux portraits de Fidel.

La veille, des centaines de milliers d’entre eux, souvent en pleurs, avaient déjà rendu hommage à leur ex-président sur cette esplanade emblématique jusque très tard dans la nuit. 

Partout sur l’île ils ont aussi été très nombreux à signer des registres où ils « juraient » de poursuivre l’héritage socialiste de celui qui a façonné pendant un demi-siècle le destin du pays.

Beaucoup d’entre eux ont expliqué à l’AFP qu’ils avaient été vivement incités à ne pas manquer à l’appel. 

Critiqué par l’ONU et par ses opposants pour des violations des droits de l’homme, Fidel Castro reste toutefois vénéré par beaucoup de Cubains, qui ont pris la nouvelle de son décès, vendredi à 90 ans, comme un choc.

« Fidel est un symbole, Fidel est l’Histoire, il a fait l’Histoire, c’est le symbole de +l’homme nouveau+ » que souhaitait le guérillero argentin Ernesto « Che » Guevara, assure à l’AFP Roberto Hernandez Rosabal, 47 ans, parmi les premiers à défiler mardi matin.

Sur la même place de la Révolution, une grande cérémonie aura lieu à 19h00 heure locale (00h00 GMT), à laquelle la communauté diplomatique et les chefs d’Etat étrangers ont été conviés.

La gauche latino-américaine, pour laquelle la révolution cubaine a été une véritable source d’inspiration, sera la plus représentée avec, outre M. Maduro, les présidents de l’Equateur, Rafael Correa, de la Bolivie, Evo Morales, et du Nicaragua,  Daniel Ortega.

– Mugabe présent, Obama non –

Mais ailleurs dans le monde, peu de dignitaires ont répondu à l’invitation : le président américain Barack Obama, pourtant instigateur d’un rapprochement historique depuis fin 2014 entre les deux ex-ennemis de la Guerre froide, a fait savoir qu’il n’irait pas.

Les présidents de pays amis, le Russe Vladimir Poutine, le Chinois Xi Jinping, et l’Iranien Hassan Rohani s’y feront également représenter par de hauts responsables.

En revanche, les dirigeants du Zimbabwe Robert Mugabe, de Guinée Equatoriale Teodoro Obiang Nguema, d’Afrique du Sud Jacob Zuma seront présents, de même que l’ancien roi d’Espagne Juan Carlos et l’ex-chancelier allemand Gerhard Schröder.

Le seul chef d’Etat européen dont la présence était confirmée mardi matin est le Premier ministre grec Alexis Tsipras.

La situation diplomatique de l’île communiste reste complexe, comme en témoigne le tweet menaçant du président-élu des Etats-Unis Donald Trump, qui a averti lundi qu’il mettrait fin au dégel avec La Havane « si Cuba ne veut pas sceller un meilleur accord pour le peuple cubain ».

Lundi soir, l’urne contenant les cendres du Lider Maximo a été dévoilée pour la première fois à la télévision cubaine.

Elle traversera ensuite de mercredi à samedi le millier de kilomètres séparant La Havane de Santiago de Cuba (est), refaisant en sens inverse le chemin parcouru par le jeune Fidel dans sa « caravane de la liberté » lors du lancement de sa révolution en 1959.

Dimanche, enfin, ses cendres seront mises en terre au cimetière de Santa Ifigenia de Santiago, qui abrite déjà la tombe de José Marti.

En vertu du deuil national décrété pour neuf jours, les rassemblements et les spectacles ont été annulés, les matches de baseball suspendus, les discothèques fermées et la vente d’alcool interdite.

Sa mort « a été quelque chose de douloureux car on a grandi sous sa tutelle. On a toujours été avec Fidel, dans les bons comme les mauvais moments », a raconté Ley Castano, ingénieur informaticien de 32 ans qui a fait partie des pèlerins de la place de la Révolution.

« Il n’y aura personne d’autre comme lui », a confié à l’AFP Teresa Oqendo, 84 ans.

Alors que la mort de Fidel avait été accueillie par des scènes de liesse par une partie de la communauté cubaine en Floride, les dissidents à Cuba ont préféré se faire discrets, notamment par crainte de représailles.

Mais ils ont déjà prévenu qu’ils reprendraient ensuite leur lutte contre le régime castriste, désormais incarné par le petit frère de Fidel, Raul, 85 ans, au pouvoir depuis 2006.

Le président cubain Raul Castro rend hommage à son frère Fidel Castro, le 28 novembre 2016 à La Havane. © AFP

© AFP HO
Le président cubain Raul Castro rend hommage à son frère Fidel Castro, le 28 novembre 2016 à La Havane

f242fbf51cd3a787032de01a55c65f7ae30b4e9b
Article précedent

Syrie: des milliers de civils fuient les combats à Alep-Est

231d0b6de0162f542e2483fdd3d9b122169360ed-1
Article suivant

Colombie: 76 morts dans un crash aérien avec une équipe de foot

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Cuba: les dirigeants de la gauche latino rendent hommage à Fidel Castro