RSS Actus Radio1 | Radio1 Tahiti https://www.radio1.pf/custom-rss/rss-actus-radio1/ Flux RSS utilisé pour la newsletter Radio1 au 2018-02-25 en-us webmaster@radio1.pf (Radio1) <![CDATA[Les économies de la CPS pour payer la prime retraite]]> http://www.radio1.pf/les-economies-de-la-cps-pour-payer-la-prime-retraite/ L’information était passée jusqu’ici inaperçue. Pour réussir à faire passer la coûteuse prime de départ à la retraite des employés de la CPS, le conseil d’administration a décidé le 22 décembre dernier d’économiser sur les investissements. Le projet d’extension et d’aménagement de l’espace évasan est notamment remis à plus tard.

« Le budget administratif présente une impasse de 373 millions de Fcfp en 2018 et ne permettrait pas de fonctionner jusqu’à fin 2018 » : c’est ainsi que le directeur de la CPS, Yvonnick Raffin, a présenté la situation aux administrateurs de la caisse, le 22 décembre dernier, selon le procès verbal du CA que Radio 1 s’est procuré. Le problème, aujourd’hui bien connu, vient du protocole d’accord signé en avril 2017, qui fait passer la prime de départ à la retraite des employés de la CPS à 12 mois de salaire maximum, pendant trois ans. La mesure était une revendication des syndicats de salarié, acceptée lors du protocole d’accord de fin de grève en 2015. Comme le détaille le directeur de la CPS, qui a hérité de la situation, le coût des indemnités de départ à la retraite s’élève en 2018 à « près de 350 millions de Fcfp pour 59 départs recensés : 144 millions de Fcfp correspondant à l’ancienne disposition (5 mois) auxquels s’ajoutent 205 millions de Fcfp suite à la modification de l’article 45 de la convention portant à 12 mois de départ plafonnée ».

Lors de la réunion, l’agent-comptable de la CPS, Michel Ruiz, a expliqué que les administrateurs n’avaient pas franchement le choix, que le budget devait impérativement être modifié, sans quoi « à partir du mois d’octobre, il refuserait de prendre en charge et de payer les mandats, notamment les salaires, puisqu’ils constituent la plus grosse dépense ».

Espace evasans, photocopieuses…

Pour équilibrer les comptes, Yvonnick Raffin a donc proposé de baisser le budget d’investissement en le portant de 309 millions de Fcfp à 134 millions de Fcfp (-175 millions de Fcfp). « Un recensement des opérations qui peuvent être repoussées en 2019 voire 2020 a été réalisé », précise le directeur de la CPS. Parmi ces opérations, le projet d’extension et d’aménagement de l’espace évasan. Il s’agit d’un bâtiment situé dans les jardins côté « ancien CHT » de la CPS, qui devait être réaménagé depuis plus d’un an maintenant. Mais Yvonnick Raffin assure que « les évasans fonctionnent, qu’il n’y a pas de contraintes particulières aujourd’hui, d’où la proposition de différer les travaux en 2019 ». La CPS reporte aussi son projet d’achèvement des travaux d’aménagement du service informatique. Il est également annoncé que le fonctionnement en interne sera optimisé ; il n’y aura plus qu’une photocopieuse par service, indique-t-on. Mais tout cela ne suffira pas, alors pour pouvoir boucler l’année, il a été aussi proposé « d’abonder le budget de fonctionnement, ligne « charges de personnel » de 200 millions de Fcfp afin de couvrir la différence en termes de masse salariale ».

La délibération a été adoptée par 15 voix pour et 9 abstentions. Le budget administratif de la CPS a donc été modifié le 22 décembre 2017, et cette modification a été approuvée par le Conseil des ministres le 14 février dernier.

]]>
Sat, 24 Feb 2018 23:41:53 +0000 http://www.radio1.pf/les-economies-de-la-cps-pour-payer-la-prime-retraite/ SOCIAL
<![CDATA[Clean up Fenua, une journée pour l’environnement]]> http://www.radio1.pf/clean-up-fenua-une-journee-pour-lenvironnement/

Les étudiants de 3ème année de licence information et communication de l’Isepp organisent le 3 mars prochain l’évènement Clean Up Fenua à Mataiea. Une journée dédiée à la protection de l’environnement autour de stands d’information, de conférence et d’une course aux déchets.

Avant de finir leur licence, les étudiants de 3ème année en information et communication de l’Isepp ont un projet de fin d’étude à mettre en place. Cette année, c’est le thème de l’environnement qui a été choisi comme sujet d’étude. Les futurs diplômés ont donc décidé de mettre sur pied un événement pour promouvoir les gestes éco-citoyens. Clean Up Fenua aura lieu le samedi 3 mars de 8 à 19 heures, sur le site Tehoro à Mataiea. Au-delà du projet d’étude, les étudiants veulent surtout redonner l’image d’une Polynésie propre et à la nature préservée, comme l’explique Haunui Tefana, l’un des organisateurs du Clean Up Fenua.

Les élèves de l’Isepp ont prévu une journée chargée pour attirer le plus de participants possible. Des stands d’associations telles que Nana Sac Plastique ou encore La vie en abondance seront présents pour faire de la sensibilisation et proposer des alternatives aux plastiques ou encore aux produits industriels. Une conférence sur la pollution de l’eau sera donnée par Céline Hervé-Bazin, chercheuse spécialisée en communication sur l’eau. Mais le point d’orgue sera la course aux déchets qui démarrera le matin. Ici pas de défi sportif, mais bien un message écologique délivré d’une façon ludique.

Et pour être sur de garder ses participants toute la journée, les étudiants ont également prévu un stand de ma’a tahiti.

]]>
Sat, 24 Feb 2018 23:19:39 +0000 http://www.radio1.pf/clean-up-fenua-une-journee-pour-lenvironnement/ ENVIRONNEMENT
<![CDATA[La République en marche va soutenir Édouard Fritch]]> http://www.radio1.pf/la-republique-en-marche-va-soutenir-edouard-fritch/ Selon La Dépêche de Tahiti, le délégué général du parti d’Emmanuel Macron va annoncer mardi prochain le soutien de La République en marche à la liste du Tapura aux prochaines territoriales. Un soutien, mais pas une investiture officielle, annonce le quotidien.

En raison d’un mouvement de grève, La Dépêche de Tahiti n’est pas disponible en version papier, ce vendredi. Mais sur le site Internet du journal, on peut y lire son information principale : la République en marche a l’intention de soutenir la liste Tapura menée par Édouard Fritch. La décision aurait été prise jeudi, à Paris, par le délégué général du parti, Christophe Castaner, et elle devrait être confirmée mardi, après son déplacement en Guyane, ajoute La Dépêche.

Selon nos informations, ce soutien, qui n’est pas une investiture officielle, ne changera pas la stratégie du Tapura pour les territoriales. Il n’est pas prévu que la liste d’Édouard Fritch accueille des représentants du mouvement En marche en Polynésie.

]]>
Sat, 24 Feb 2018 03:00:44 +0000 http://www.radio1.pf/la-republique-en-marche-va-soutenir-edouard-fritch/ POLITIQUE
<![CDATA[Le Tahoeraa confirme sa « plateforme autonomiste » avec Sandras]]> http://www.radio1.pf/le-tahoeraa-confirme-sa-plateforme-autonomiste-avec-sandras/ Le Tahoeraa huiraatira a envoyé vendredi un communiqué signé des trois leaders politiques du Tahoeraa, du Ia Hau Noe et du Here Ai’a, officialisant ainsi le rapprochement entre Gaston Flosse et Bruno Sandras. Le communiqué porte sur la réforme des retraites et promet un maintien de l’âge de départ à 60 ans en cas de victoire aux territoriales.

L’annonce du rapprochement entre le Tahoeraa de Gaston Flosse et le Ia Hau Noa de Bruno Sandras avait été amorcé lundi par le site TahitiToday. Vendredi midi, le parti orange a officialisé le partenariat entre les deux formations politiques en envoyant un communiqué commun signé des trois leaders d’une « plateforme autonomiste » composée du Tahoeraa, du Ia Hau Noa et du Here Ai’a.

Sur le fond, le communiqué affirme le soutien des trois entités politiques au combat de l’intersyndicale et promet qu’en cas d’élection à la tête du Pays, il maintiendra l’âge de départ à la retraite à 60 ans et la durée de cotisation à 35 annuité, tout en faisant une réforme de la PSG.

 

]]>
Sat, 24 Feb 2018 02:50:42 +0000 http://www.radio1.pf/le-tahoeraa-confirme-sa-plateforme-autonomiste-avec-sandras/ POLITIQUE
<![CDATA[Gilda Vaiho soutient le Tapura pour les territoriales]]> http://www.radio1.pf/gilda-vaiho-soutient-le-tapura-pour-les-territoriales/ L’élue non-inscrite à l’assemblée, Gilda Vaiho, a annoncé vendredi au travers d’un communiqué de presse qu’elle soutiendrait le tavana de Punaauia Rony Tumahai pour les prochaines territoriales.

La représentante ex-Tahoeraa et aujourd’hui non inscrite, Gilda Vaiho, s’est « réjouie » dans un communiqué du soutien de La République en marche au Tapura pour les territoriales. Elle considère que cette décision émanant du « parti présidentiel national » confirme sa volonté de « garantir la stabilité et l’efficacité de nos institutions réclamées du plus grand nombre ».

L’élue annonce aussi qu’elle « apporte son soutien plein et entier » au tavana de Punaauia, Rony Tumahai, pour les prochaines territoriales. Elle assure aussi dans son communiqué que la victoire du Tapura aux territoriales « confirmera la stabilité institutionnelle actuelle » condition sine qua none pour un « développement à une dimension supérieure ».

 

]]>
Sat, 24 Feb 2018 02:40:43 +0000 http://www.radio1.pf/gilda-vaiho-soutient-le-tapura-pour-les-territoriales/ POLITIQUE
<![CDATA[Chantal Moevai entre à l’assemblée au Tahoeraa]]> http://www.radio1.pf/chantal-moevai-entre-a-lassemblee-au-rma/ Après la disparition tragique du représentant des Tuamotu, Moehau Teriitahi, jeudi des suites d’une maladie, Chantal Moevai va entrer à l’assemblée de la Polynésie française au sein du groupe Tahoeraa qui passe donc à 14 élus.

La suivante de liste de Moehau Teriitahi aux Tuamotu, la directrice d’école de Fakarava, Chantal Moevai, va entrer à l’assemblée de la Polynésie française à la place du représenté décédé jeudi à 67 ans des suites d’une maladie. Élue sur une liste Tahoeraa, la nouvelle représentante siègera, à l’inverse de Moehau Teriitahi, auprès du groupe orange pour les trois derniers mois de la mandature. En effet, contrairement à ce que nous indiquions vendredi matin, Chantal Moevai fera bien porter le nombre d’élus Tahoeraa à l’assemblée à 14 élus, contre 32 pour le RMA.

]]>
Sat, 24 Feb 2018 02:30:28 +0000 http://www.radio1.pf/chantal-moevai-entre-a-lassemblee-au-rma/ POLITIQUE
<![CDATA[Pas de pourvoi dans l’affaire Alcatel-Honotua]]> http://www.radio1.pf/pas-de-pourvoi-dans-laffaire-alcatel-honotua/ Le parquet général a confirmé vendredi l’absence de pourvoi en cassation dans l’affaire Alcatel-Honotua. La relaxe générale prononcée jeudi par la cour d’appel de Papeete est donc définitive.

Le parquet général près la cour d’appel de Papeete a renoncé vendredi à former un pourvoi en cassation contre la relaxe générale prononcée la veille dans l’affaire Alcatel-Honotua. Dans ce dossier, renvoyé pour « favoritisme » dans l’attribution du marché du câble Honotua, le tribunal correctionnel de Papeete avait déjà relaxé l’ensemble des prévenus avant un appel du parquet. Aujourd’hui, le parquet renonce à aller en jusqu’en cassation, juge du droit et non du fond.

L’affaire Alcatel-Honotua avait démarrée en 2008 après les révélations à la justice d’un ancien conseiller de l’OPT, Jean-Paul Pistolet. Le volumineux dossier est aujourd’hui définitivement refermé.

]]>
Sat, 24 Feb 2018 02:20:08 +0000 http://www.radio1.pf/pas-de-pourvoi-dans-laffaire-alcatel-honotua/ JUSTICE
<![CDATA[Accident mortel après une soirée arrosée à Fakarava]]> http://www.radio1.pf/accident-mortel-apres-une-soiree-arrosee-a-fakarava/ Un jeune homme de 24 ans s’est tué en chutant de la benne d’un pick-up, dans la nuit de mercredi à jeudi à Fakarava. C’est le sixième mort sur la route cette année.

Un nouvel accident mortel de la circulation a eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi sur l’atoll de Fakarava aux Tuamotu, comme l’ont révélé vendredi nos confrères de La Dépêche. Après une soirée alcoolisée, la victime âgée de 24 ans aurait sauté de la benne d’un pick-up en marche. Hélas, la chute a été mortelle pour le jeune homme. Une équipe de gendarmerie s’est rendue sur place pour mener une enquête sur les circonstances exactes de l’accident. Il s’agit du sixième accident mortel de l’année.

]]>
Sat, 24 Feb 2018 02:14:15 +0000 http://www.radio1.pf/accident-mortel-apres-une-soiree-arrosee-a-fakarava/ FAITS DIVERS
<![CDATA[Tina Cross demande à Édouard Fritch de résilier son accord avec Seasteading Institute]]> http://www.radio1.pf/tina-cross-demande-a-edouard-fritch-de-resilier-son-accord-avec-seasteading-institute/ Dans une lettre ouverte, la représentante UPLD Valentina Cross demande au président du Pays, Édouard Fritch, de « résilier le protocole d’entente signé avec The Seasteading Institute le 13 janvier 2017 » pour la construction d’îles flottantes. Elle l’invite à « joindre l’acte à la parole », citant des propos tenus sur TNTV : « Je ne suis pas favorable à ce genre de projet dans un lagon ici à Tahiti ; ce serait de la folie furieuse », avait déclaré Édouard Fritch le 15 février.

Le sujet est porteur en pleine campagne des territoriales. Valentina Cross poursuit donc sa croisade contre le projet d’îles flottantes porté par les Américains de l’Institut Seastading. La représentante UPLD et conseillère municipale de Teva i uta demande au président du Pays de résilier le protocole d’entente signé le 13 janvier 2017, puisqu’il a déclaré, sur la plateau de TNTV, le 15 février dernier, qu’il était « opposé à ce projet », écrit-elle dans une lettre ouverte. Édouard Fritch avait ainsi déclaré : « J’apprends qu’il y a un projet à Atimaono. Je n’ai jamais vu de projet sur Atimaono ; et, j’ai envie de dire aux téléspectateurs ce soir que je ne suis pas favorable à ce genre de projet dans un lagon ici à Tahiti ; ce serait de la folie furieuse. » Une « déclaration stupéfiante », juge Valentina Cross, qui note que l’Institut Seastading a réalisé une étude sur les espaces maritimes propices à l’installation d’îles flottantes, et que parmi les « zones potentielles » localisées, il y a Atimaono, Mataiea, Ataiti, Toahotu et Vairao.

La représentante UPLD rappelle que le porte-parole du gouvernement, Jean-Christophe Bouissou, ainsi que le ministre et maire de Teva i uta, Tearii Alpha, ont précisé qu’aucun accord n’avait été passé sur ce projet. Selon elle, si le gouvernement n’y est pas favorable, il faut alors que le protocole d’entente soit résilié, « comme l’autorise l’article 7 du recueil d’intentions réciproques », précise la conseillère municipale de Teva i uta. « Ce sera la preuve irréfutable de l’abandon définitif par votre gouvernement du projet d’îles flottantes dans les lagons de notre Pays », souligne-t-elle.

]]>
Sat, 24 Feb 2018 02:10:04 +0000 http://www.radio1.pf/tina-cross-demande-a-edouard-fritch-de-resilier-son-accord-avec-seasteading-institute/ POLITIQUE
<![CDATA[« Valentina Cross mène un combat politique sur un sujet qui n’existe pas »]]> http://www.radio1.pf/valentina-cross-mene-un-combat-politique-sur-un-sujet-qui-nexiste-pas/

Jean Christophe Bouissou © Vaite Urarii Pambrun

Le porte-parole du gouvernement considère que l’élue UPLD, Valentina Cross, dépasse les bornes en exigeant du gouvernement de résilier l’accord signé avec Seasteading Institute. Il considère que l’élue « mène un combat politique sur un sujet qui n’existe pas ».  

Le porte parole du gouvernement, Jean-Christophe Bouissou, considère que la demande de résiliation de l’accord entre le Pays et Seasteading Institute faite par la conseillère municipale de Teva i uta et élue UPLD à l’assemblée, Valentina Cross, est mal placée. « On n’exige rien d’un gouvernement qui a une légitimité pour mener des dossiers ». Le porte-parole a également souligné que l’accord qui avait été signé début 2017 « ne fait nullement état de l’implantation d’une île flottante en Polynésie ». Il a affirmé qu’il s’agissait de mettre en place des études destinées à connaître « l’utilité de la mise en œuvre d’un tel projet ». Pour le porte-parole du gouvernement, l’élue UPLD « mène un combat politique sur un sujet qui n’existe pas ».

]]>
Sat, 24 Feb 2018 02:00:38 +0000 http://www.radio1.pf/valentina-cross-mene-un-combat-politique-sur-un-sujet-qui-nexiste-pas/ POLITIQUE
<![CDATA[Alcatel-Honotua : relaxe générale confirmée en appel]]> http://www.radio1.pf/alcatel-honotua-relaxe-generale-confirmee-en-appel/

La cour d’appel de Papeete a rendu sa décision, ce jeudi matin, concernant la retentissante affaire Alcatel-Honotua. Elle confirme la relaxe générale prononcée en première instance. À l’époque, en mars 2016, le président du tribunal correctionnel avait expliqué avoir retenu les éléments constitutifs du « favoritisme », tout en interprétant les faits « au regard de la situation particulière du dossier ».

La relaxe pour chacun des dix prévenus du procès pour « favoritisme » et « complicité de favoritisme » dans l’affaire de la passation de marché de construction du câble sous-marin Honotua, entre l’OPT et Alcatel Submarine Networks : c’est la décision rendue ce jeudi matin par la cour d’appel de Papeete. C’est la confirmation de la décision rendue par le tribunal correctionnel de Papeete en première instance, en mars 2016. Le parquet avait fait appel de cette décision et lors du procès en appel, l’avocat général, José Thorel, s’était appuyé sur deux récentes jurisprudences pour requérir des peines d’amende et des peines d’inéligibilité.

Pour le moment, la cour d’appel n’a pas rendu public les motivations de sa décision. Me Jacquet, le conseil de Jean-Alain Frébault, ancien PCA de l’OPT, estime que la relaxe générale « n’est pas une surprise ».

Précisons que lors du procès en appel, l’avocat général avait requis la relaxe pour Georges Puchon, mais pas pour Jean-Alain Frébault, Jean-Paul Barral, Émile Vernaudon, ou encore Alphonse Teriierooiterai, Jean-Claude Billy, Jean Godeluck et Georges Krebs.

La cour d’appel n’a donc pas suivi ces réquisitions et prononcé une relaxe générale. Le parquet peut encore décider de porter l’affaire devant la Cour de cassation.

]]>
Fri, 23 Feb 2018 04:00:16 +0000 http://www.radio1.pf/alcatel-honotua-relaxe-generale-confirmee-en-appel/ JUSTICE
<![CDATA[Disparition du représentant Moehau Teriitahi]]> http://www.radio1.pf/disparition-du-representant-moehau-teriitahi/ Le représentant à l’assemblée et ancien ministre originaire de Rangiroa, Moehau Teriitahi, est décédé jeudi à l’âge de 67 ans des suites d’une maladie. « Un homme simple, bon, généreux. Il va nous laisser un grand vide », a réagi la présidence.

Le représentant du groupe RMA à l’assemblée, Moehau Teriitahi, est décédé jeudi à 67 ans des suites d’une maladie. Secrétaire général de la mairie de Rangiroa, puis ministre du Développement des archipels sous le gouvernement Temaru, ministre de l’Aménagement, puis des Transports aériens et maritimes sous le gouvernement Tong Sang, représentant des Tuamotu élu à l’assemblée en 2013 sous les couleurs du Tahoeraa, Moehau Teriitahi s’est engagé en politique dans les années 1980 et a eu une carrière politique bien remplie.

« Moehau Territahi était un homme discret et dévoué qui vivait au plus près de sa communauté. Son engagement s’est d’abord concrétisé au sein des mouvements de jeunesse aux côtés des Sanito, mais aussi au sein de la fédération des œuvres laïques. Enseignant de profession à l’origine, il était très impliqué dans les problèmes de la jeunesse », a réagi la présidence dans un communiqué. De son côté, le président de l’assemblée, Marcel Tuihani, dit avoir « appris avec une grande tristesse (le décès) d’un élu engagé et courageux, un homme simple et discret proche de sa population, et des jeunes en particulier ».

En octobre dernier, Moehau Teriitahi avait annoncé à Radio 1 qu’il ne se représenterait pas aux territoriales de 2018. Il souhaitait à l’époque « laisser la place aux jeunes ».

]]>
Fri, 23 Feb 2018 03:50:30 +0000 http://www.radio1.pf/disparition-du-representant-moehau-teriitahi/ POLITIQUE