RSS Actus Radio1 | Radio1 Tahiti https://www.radio1.pf/custom-rss/rss-actus-radio1/ Flux RSS utilisé pour la newsletter Radio1 au 2018-09-23 en-us webmaster@radio1.pf (Radio1) <![CDATA[Le farerei haga bat son plein à Rangiroa]]> http://www.radio1.pf/le-farerei-haga-bat-son-plein-a-rangiroa/

© Vaite Urarii-Pambrun

Les habitants de plusieurs atolls des Tuamotu se sont donnés rendez-vous à Rangiroa pour le farerei haga. Pendant une semaine, ils vont s’affronter dans plusieurs disciplines telles que course de pirogue, la danse, le chant ou encore le décorticage de coco.

Les habitants de Tikehau, Manihi, Arutua, Ahe et Makatea se sont rendus à Rangiroa pour le farerei haga, autrement dit « la rencontre ». Cette manifestation a débuté lundi et pendant cinq jours les habitants des différents atolls ont échangé et se sont affronter à travers la danse, les chants, les courses de pirogue, le pitara’a opa’a ou encore le décorticage de noix de coco. Pour cette dernière épreuve par exemple, l’organisation est millimétrée. Jusque dans le choix des noix de coco. Le travail de Tetua Faranui.

Roti s’occupe du transport. Pour gagner du temps et de l’énergie, elle met les cocos dans un sac et s’évite de nombreux allers retours.

Discipline d’adresse, de vitesse et de dextérité, le décorticage de coco est souvent l’occasion de petites, ou plus grosses, blessures. La sécurité est d’ailleurs assurée lors de toutes les soirées du farerei haga par des professionnels. Le chef de corps des pompiers de Rangiroa, Heimoana Gfeller, constate qu’il y a aujourd’hui de moins en moins de blessés.

Guy Trompette fait partie du jury pour tout ce qui relève des tu’aro ma’ohi lors de ce farerei haga. Présent depuis les premières éditions de cet évènement, il estime que les athlètes sont de plus en plus performants et acquièrent de mieux en mieux les techniques.

Teumere est originaire de Mataiva. Ce n’est pas la première fois qu’elle vient à Rangiroa pour le farerei haga, mais cette fois-ci elle s’est déplacée pour encourager son tane.

IMG_20180920_192330 (Copier)
IMG_20180920_191252 (Copier)
IMG_20180920_175729 (Copier)
IMG_20180920_192322 (Copier)
IMG_20180920_180232 (Copier)
IMG_20180920_192328 (Copier)
IMG_20180920_191812 (Copier)
IMG_20180920_183040 (Copier) (2)
IMG_20180920_180151 (Copier)

]]>
Sun, 23 Sep 2018 06:04:18 +0000 http://www.radio1.pf/le-farerei-haga-bat-son-plein-a-rangiroa/ CULTURE
<![CDATA[« Ra’au Tahiti » ou la mémoire des plantes médicinales polynésiennes]]> http://www.radio1.pf/raau-tahiti-ou-la-memoire-des-plantes-medicinales-polynesiennes/

© Pascal Bastianaggi

Trente ans après l’ouvrage de Paul Pétard « Plantes utiles de Polynésie et raau Tahiti » considéré comme la bible de la pharmacopée polynésienne, l’Académie Tahitienne ajoute sa pierre à l’édifice en publiant « Ra’au Tahiti ». Premier ouvrage dédié aux plantes médicinales polynésiennes écrit uniquement en reo tahiti.

Il existe peu d’ouvrages consacrés à la médecine traditionnelle locale. Le premier qui vient à l’esprit est celui de Paul Pétard, « Plantes utiles de Polynésie et raau Tahiti » où le botaniste et pharmacien de l’hôpital de Papeete de 1937 à 1945, décrit plus de 220 espèces et leurs propriétés pharmaceutiques. Désormais il  est rejoint par « Ra‘au Tahiti », une publication initiée par l’Académie Tahitienne qui a la particularité d’être uniquement rédigé en langue tahitienne. Ceci afin, selon Flora Devatine, présidente du Fare Vana’a, de « Mettre en valeur le patrimoine polynésien dans sa langue. (…) Symboliquement, c’est important. »

L’ouvrage recueille en ses pages des recettes glanées çà et là de la bouche même de ceux et celles qui utilisent ces remèdes depuis toujours, ayant vu leurs parents les appliquer avec succès pour guérir ou du moins rendre supportable certains maux.

Attention aux apprentis sorciers

« Ecrire n’est pas prescrire », cette phrase inscrite en tête de préface de l’ouvrage résonne comme un avertissement aux apprentis sorciers désireux de s’économiser une visite chez le taote. Ou pire, de s’improviser spécialiste des soins par les plantes. Bien qu’utilisées traditionnellement depuis des lustres, celles-ci contiennent des principes actifs qu’il serait dangereux de sous estimer en ignorant les dosages. Ce dont prévient Yvette Temauri, présidente de la Chambre de l’agriculture et de la pêche lagonaire de Polynésie française.

Il faut considérer cette publication comme une sauvegarde des connaissances locales en matière de médecine par les plantes, et non comme un plébiscite de la médecine traditionnelle polynésienne en opposition à la médecine occidentale, explique Yvette Temauri.

« Il est nécessaire de créer des passerelles entre les connaissances traditionnelles en matière de médecine et la recherche scientifique », écrit en préambule de l’ouvrage, Tearii Alpha, ministre de l’Economie verte. Pour lui, la médecine du futur sera un mixage entre la pharmacopée traditionnelle et la recherche en blouse blanche.

Si le livre « Ra’au Tahiti » a le mérite de figer pour l’éternité sur papier la médecine traditionnelle polynésienne, encore faut-il que les plantes utilisées à cet effet soit encore de ce monde, certaines se faisant de plus en plus rares. C’est dans le but de sauvegarder certaines espèces qu’une association a vu le jour afin de mettre en place un arboretum entièrement dédié aux plantes médicinales qui se situera sur la commune de Papara.

« Ra’au Tahiti » a été tiré à 4 000 exemplaires et sera bientôt disponible dans les librairies. Pour l’instant le prix de vente n’a pas été encore fixé.

]]>
Sun, 23 Sep 2018 05:44:10 +0000 http://www.radio1.pf/raau-tahiti-ou-la-memoire-des-plantes-medicinales-polynesiennes/ SANTÉ
<![CDATA[La réforme des retraites votée dans le calme]]> http://www.radio1.pf/la-reforme-des-retraites-votee-dans-le-calme/ Le projet de réforme des retraites a été voté vendredi midi par les 39 voix de la majorité. L’opposition a voté contre, à l’exception d’Angélo Frébault qui s’est abstenu. L’âge légal de départ à la retraite à taux plein va donc passer progressivement, lors des quatre prochaines années, à 62 ans « et » 38 annuités de cotisations.

Six mois après l’envahissement de l’assemblée par les manifestants opposés à la réforme des retraites, trois heures de débats ont suffi vendredi midi à voter le texte présenté par le gouvernement. Avec une campagne des territoriales passée et des syndicats désorganisés par les accusations de récupération politique de leur mouvement, le contexte était beaucoup plus calme vendredi pour la majorité. L’opposition Tahoeraa et Tavini s’est faite entendre timidement, principalement pour remettre en cause les projections jugées trop pessimistes du gouvernement sur la création d’emploi et donc le nombre de cotisants dans les prochaines années.

Les élus ont examiné en procédure simplifiée les huit amendements déposés par la majorité et par l’élu Tahoeraa, Angélo Frébault. Finalement, la majorité n’a pas ajouté son amendement « et/ou » qui faisait passer l’âge de départ à la retraite à 62 ans « ou » 38 années de cotisations. Selon les calculs de la CPS, l’amendement était en effet trop coûteux pour la réforme. Le reste des amendements apportait uniquement des précisions techniques sans effet sur le fond du texte. L’amendement d’Angélo Frébault, proposant de déplafonner la prime d’ancienneté au delà de 25 ans, a été rejeté par la majorité.

A l’heure du vote général sur le texte, en début d’après-midi, les 39 élus de la majorité ont voté « pour », le Tavini et le Tahoeraa ont voté « contre » et seul le représentant orange et ancien leader de la CSTP-FO, Angélo Frébault, s’est abstenu.

]]>
Sat, 22 Sep 2018 04:11:32 +0000 http://www.radio1.pf/la-reforme-des-retraites-votee-dans-le-calme/ POLITIQUE
<![CDATA[L’intersyndicale reconnaît avoir « perdu une bataille »]]> http://www.radio1.pf/lintersyndicale-reconnait-avoir-perdu-une-bataille/ Avec 200 à 300 grévistes mobilisés vendredi matin à Tarahoi, l’intersyndicale divisée n’a pas réussi à peser sur le vote de la réforme des retraites. Pour autant, elle refuse de lever la grève générale.

Bien loin de la mobilisation des 4 000 manifestants du 8 mars dernier, l’intersyndicale a réuni 200 à 300 personnes contre la réforme des retraites, vendredi matin sur la place Tarahoi. « C’est une bataille de perdue », concédait le vice-président de la confédération syndicale des agents communaux, Vatea Heller, qui souhaitait tout de même profiter de l’occasion pour « poursuivre la communication » sur les effets de la réforme des retraites.

Parmi les principaux leaders syndicaux présents, le secrétaire général de Aro no Porinetia Mahinui Temarii, celui de O oe to oe rima Atonia Teriinohorai et donc Vatea Heller ont regretté les nombreuses absences dans leurs rangs. Si plusieurs grévistes de la CSIP étaient présents, ni l’ancien leader de la confédération Cyril Le Gayic, ni la secrétaire générale de Otahi Lucie Tiffenat ne se sont montrés. Grand absent depuis le dépôt des préavis de grève général, le secrétaire général de la CSTP-FO, Patrick Galenon, est quant à lui arrivé vers 10 heures pour assister à la séance à l’assemblée et sans s’attarder place Tarahoi.

Vendredi après-midi, les grévistes refusaient néanmoins de lever la grève générale. Instruction a été donnée aux grévistes de retourner sur les piquets de grève et de poursuivre les négociations sur les deux autres principaux points des préavis : l’augmentation des salaires de 2% et la « sécurité des travailleurs ». Au port, où la grève est la plus suivie, Mahinui Temarii annonce qu’il continuera d’empêcher les containers de sortir, sauf le samedi pour les denrées périssables.

]]>
Sat, 22 Sep 2018 03:37:15 +0000 http://www.radio1.pf/lintersyndicale-reconnait-avoir-perdu-une-bataille/ SOCIAL
<![CDATA[Neuf ans de prison pour les agresseurs d’Angelo Opuu]]> http://www.radio1.pf/neuf-ans-de-reclusion-pour-les-agresseurs-dangelo-opuu/ La cour d’assises de la Sarthe a condamné à neuf ans de prison les deux principaux accusés de la mort d’Angelo Opuu, militaire polynésien décédé lors d’une rixe en décembre 2015 en pleine centre-ville du Mans. Les deux autres accusés ont été condamnés à 4 ans de prison dont 2 avec sursis.

Cette semaine s’est déroulé devant la cour d’assises de la Sarthe, le procès des quatre personnes impliquées dans la bagarre qui a entraîné la mort d’Angelo Opuu, militaire tahitien au 2ème Rima. Au terme de quatre jours de procès, le verdict est tombé. Neuf ans de prison ferme pour les deux principaux protagonistes de la rixe, les auditions n’ayant pas défini lequel était l’auteur du coup mortel. Quant au deux autres accusés, il se sont vus condamnés à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis, avec 3 ans de mise à l’épreuve.

]]>
Sat, 22 Sep 2018 01:55:19 +0000 http://www.radio1.pf/neuf-ans-de-reclusion-pour-les-agresseurs-dangelo-opuu/ FAITS DIVERS
<![CDATA[Le Centre du Bon Pasteur ne veut plus de l’école bilingue de la Mission]]> http://www.radio1.pf/le-centre-du-bon-pasteur-ne-veut-plus-de-lecole-bilingue-de-la-mission/

© Benoît Buquet

Un conflit est apparu à la rentrée entre l’école primaire bilingue privée de Benoît Picault et le Centre du Bon Pasteur qui l’accueille dans ses locaux à la Mission depuis deux ans. Une première requête en référé a été rejetée vendredi matin. Une procédure civile démarre mercredi.

Depuis 2016, l’école primaire bilingue privée dirigée par Benoît Picault est installée dans les locaux du Centre du Bon Pasteur sur les hauteurs de la Mission. Il y avait 10 élèves en 2016. Il y en a 60 pour cette troisième rentrée.

Cette augmentation des effectifs ne plaît pas au Centre du Bon Pasteur, ni au Conseil d’administration de la mission catholique (Camica), qui ont déposé une requête en référé devant le tribunal administratif pour faire annuler l’autorisation d’ouverture de l’école. Selon eux, l’autorisation accordée il y a deux ans était provisoire, et le fonctionnement de l’école porte aujourd’hui préjudice à l’activité du Centre du Bon Pasteur, un pensionnat pour jeunes filles.

C’est ce qu’a défendu, vendredi matin, l’avocat du Centre du Bon Pasteur, Me Tauniua Céran-Jérualémy.

Vendredi matin, le juge des référés a rejeté la requête du Centre du Bon Pasteur. Le juge a estimé en substance que ni l’urgence à faire cesser le fonctionnement de l’école, ni l’irrégularité des actes administratifs d’autorisation, n’étaient évidentes.

Deux ans sans bail

Mais le résultat de cette requête en référé ce vendredi matin ne met pas un terme au conflit, qui va se poursuivre sur le fond.

Benoît Picault a contre-attaqué et engagé une procédure devant la justice civile pour réclamer un bail commercial. « Depuis deux ans, M. Picault n’a jamais reçu de réponse à sa demande de bail. Pourtant, il paie un loyer, il paie la cantine, il libère une salle quand l’Église le lui demande, il y a une vie qui ne peut pas s’arrêter comme ça », a expliqué ce matin à l’audience le défenseur de Benoît Picault, maître Vincent Dubois.

Une première audience de mise en état doit avoir lieu mercredi devant le tribunal civil de première instance de Papeete. Le conflit entre l’école bilingue et la mission catholique ne fait que commencer.

 

]]>
Sat, 22 Sep 2018 01:20:42 +0000 http://www.radio1.pf/le-centre-du-bon-pasteur-ne-veut-plus-de-lecole-bilingue-de-la-mission/ EDUCATION
<![CDATA[Une convention entre les assemblés du Vanuatu et de Polynésie]]> http://www.radio1.pf/une-convention-entre-les-assembles-du-vanuatu-et-de-polynesie/ Vendredi 21 septembre à 9h, avant la reprise de la séance, le président du Parlement du Vanuatu, Esmon Saimon, a prononcé, dans l’hémicycle de l’assemblée de la Polynésie française, une allocution venant clôturer le déplacement officiel de sa délégation en Polynésie française.

Le Président du Parlement du Vanuatu a tenu, dans son discours, à remercier Gaston Tong Sang et l’ensemble des élus de l’assemblée pour leur accueil chaleureux, leur bienveillance et leur grande disponibilité. Esmon Saimon a également souligné la richesse et la qualité des échanges qui ont eu lieu à l’occasion des nombreuses rencontres officielles effectuées durant son séjour en Polynésie française. Il est revenu longuement sur la question de la francophonie qui constitue un point de convergence entre plusieurs pays de la région Pacifique. Saluant le dynamisme des institutions polynésiennes, le Président Esmon SAIMON s’est dit plus que jamais convaincu de la nécessité de tisser avec elles des relations solides et de confiance.

À l’issue de cette allocution, le Président Gaston Tong Sang et son homologue vanuatais ont signé, dans l’hémicycle et en présence des élus de l’assemblée et du gouvernement, une convention de partenariat liant leurs deux assemblées et qui a fait l’objet d’une validation unanime des membres du bureau l’institution.

Ce partenariat, conclu pour une durée indéterminée permettra à la troisième institution du Pays et au Parlement du Vanuatu d’échanger sur des sujets d’actualités internationales et régionales. Il a également pour but de favoriser le partage des savoir-faire et des pratiques administratives et techniques en vue de moderniser le travail parlementaire dans la région Pacifique. Enfin, cette coopération facilitera les échanges interparlementaires en matière de législation dans les thématiques qui touchent à leurs compétences respectives.

La signature de cette convention de partenariat s’est suivie d’une cérémonie du kava à laquelle ont également participé le Président Édouard Fritch et les présidents des groupes politiques représentés à l’assemblée.

La délégation parlementaire du Vanuatu est en déplacement officiel en Polynésie française depuis le 14 septembre dernier dans le cadre du dispositif régional d’appui aux parlements du Pacifique supervisé par le bureau du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) pour les États du Pacifique. Cette mission prendra fin demain, samedi 22 septembre.

Communiqué de l’assemblée.

]]>
Fri, 21 Sep 2018 17:02:06 +0000 http://www.radio1.pf/une-convention-entre-les-assembles-du-vanuatu-et-de-polynesie/ POLITIQUE
<![CDATA[Fritch tenté de lâcher du lest sur la réforme des retraites]]> http://www.radio1.pf/fritch-tente-de-lacher-du-lest-sur-la-reforme-des-retraites/

© Assemblée

Le président du Pays, Edouard Fritch, a réaffirmé jeudi matin à l’assemblée « l’urgence » de voter la réforme des retraites. Mais dans le même temps, il annonce des amendements de dernière minute pour lâcher -encore- du lest sur sa réforme.

La session budgétaire s’est ouverte jeudi matin à l’assemblée par un court discours du président de l’institution, Gaston Tong Sang, avant le discours politique plus attendu du président du Pays, Edouard Fritch. Comme à son habitude, le chef de la majorité est largement revenu sur les bons chiffres des indicateurs économiques (IEOM, ISPF…). « Nous avons retrouvé le chemin d’une croissance durable. » Il a évoqué quelques réformes à venir et issues du programme du Tapura. Et il a évidemment évoqué la « refondation inévitable » du système des retraites.

A la veille du vote de la réforme à l’assemblée, Edouard Fritch a balayé la demande des syndicats de surseoir à l’examen du texte. « Il faut savoir arrêter de tourner en rond. » Il a martelé que les réserves de la CPS pour la tranche A étaient de « 5,7 milliards de Fcfp », soit un peu plus d’un an de réserves. « Tous les administrateurs de la CPS sont au courant de ces chiffres », a lancé le président à l’adresse des syndicats. Pour autant, Edouard Fritch a tout de même annoncé que « de nouveaux amendements doivent être déposés en séance (vendredi, NDLR) ».

La majorité veut lâcher du lest

Ce n’est qu’à la sortie de l’hémicycle que le président du Pays a précisé ses propos. Les amendements seront déposés « par la majorité » et « pour faire évoluer le texte de la réforme ».

Selon les informations de Radio 1, le principal amendement sorti du comité de majorité du Tapura de mercredi soir change une disposition importante de la réforme. Le départ en retraite à taux plein ne serait plus ouvert à « 62 ans et 38 anuités de cotisation » mais à « 62 ans ou 38 anuités de cotisation ». Un petit mot qui change beaucoup de choses, à commencer par réduire l’économie espérée par la réforme. La CPS devait d’ailleurs calculer avant jeudi soir l’impact financier de cet amendement.

Cet amendement déjà baptisé « le et/ou » par l’intersyndicale est en tous cas une demande précise de A ti’a i mua. En l’acceptant, Edouard Fritch maintient le seul syndicat non signataire des préavis de grève générale en dehors de l’intersyndicale. La décision de voter ou non cet amendement dépendra vendredi des calculs de la CPS.

L’opposition s’oppose

Ces derniers ajustements au texte de la réforme des retraites ont en tous cas eu le don d’énerver le président du groupe Tavini à l’assemblée, Anthony Geros. Il n’en fallait pas moins pour que le groupe indépendantiste annonce qu’il votera contre le texte.

Au Tahoeraa, la situation était plus compliquée jeudi matin. Le groupe s’est réuni sans Teura Iriti et Geffry Salmon et les avis étaient partagés. Certains élus orange soutenaient un vote « pour » la réforme, les autres un vote « contre ». La présidente du groupe était attendue pour faire pencher la balance en faveur du « contre ». Mais là aussi, le soutien de la majorité Tapura à l’amendement annoncé par l’élu orange, Angélo Frébault, pourrait changer la donne au moins pour l’ancien syndicaliste.

Rappelons que l’ancien secrétaire général de la CSTP-FO entend faire passer le déplafonnement de la prime d’ancienneté à l’occasion de l’examen du texte de la réforme des retraite.

]]>
Fri, 21 Sep 2018 04:00:31 +0000 http://www.radio1.pf/fritch-tente-de-lacher-du-lest-sur-la-reforme-des-retraites/ POLITIQUE
<![CDATA[Les syndicats espèrent une grève « crescendo »]]> http://www.radio1.pf/les-syndicats-esperent-une-greve-crescendo/

A l’occasion d’une nouvelle conférence de presse jeudi après-midi à Motu uta, l’intersyndicale a souhaité ré-annoncer les effets précis de la réforme sur les salariés. Les leaders syndicaux espèrent une mobilisation plus forte vendredi, jour de l’examen de la réforme à l’assemblée.

Mahinui Temarii, Lucie Tiffenat, Cyril Le Gayic, Atonia Teriinohorai, Vatea Heller et Tunia Terevaura. Tous les leaders de l’intersyndicale, à l’exception notable de Patrick Galenon, étaient réunis jeudi après-midi à Motu uta sur le piquet de grève de Mahinui Temarii pour une nouvelle conférence de presse dans un contexte de grève générale peu suivie.

Les syndicats avaient préparé un tableau comparatif des effets de la réforme des retraites sur les salariés qu’ils ont lu aux médias et en Facebook live.

Principal objectif, rappeler les terme d’une réforme évidemment impopulaire avant la journée cruciale de vendredi pour espérer une meilleure mobilisation. Les syndicats qui ont refusé d’annoncer s’ils seraient présents aux côtés de Vatea Heller, de la confédération des agents communaux, vendredi matin à Tarahoi. La CSIP réaffirmant avoir donné pour instruction à ses salariés de n’entrer en grève que vendredi.

« C’est une grève crescendo, c’est Aro no Porinetia qui donnait le départ mercredi. Les autres vont suivre vendredi », a assuré Mahinui Temarii. De son côté, Lucie Tiffenat, tout en maintenant que « tous les salariés sont nécessairement contre cette réforme » concédait que ses affiliés n’avaient pas forcément envie d’une nouvelle mobilisation après le mouvement de mars dernier.

© Intersyndicale

]]>
Fri, 21 Sep 2018 03:50:06 +0000 http://www.radio1.pf/les-syndicats-esperent-une-greve-crescendo/ SOCIAL
<![CDATA[La réforme des retraites en « procédure simplifiée »]]> http://www.radio1.pf/la-reforme-des-retraites-en-procedure-simplifiee/ La réforme des retraites sera finalement examinée vendredi à l’assemblée sous le régime de la « procédure simplifiée » qui permet d’accélérer l’examen du texte et d’éviter qu’une éventuelle grogne syndicale ne puisse monter en dehors de l’hémicycle.

En début de semaine, la conférence des présidents de groupes à l’assemblée avait décidé d’examiner le projet de réforme des retraites à l’assemblée selon la procédure classique, articles par articles. Soit un débat qui s’annonçait particulièrement long, vus les 108 articles du projet de loi du Pays. Mais vendredi matin, une nouvelle conférence des présidents a été convoquée par le président de l’assemblée, Gaston Tong Sang, et changement de braquet : la réforme sera finalement examinée en « procédure simplifiée ».

Ce qui signifie que les débats ne porteront que sur les articles amendés et sur le texte dans sa globalité. De quoi gagner un peu de temps sur cette réforme et éviter, pour la majorité, qu’une éventuelle grogne syndicale ne puisse s’installer autour de Tarahoi.

]]>
Fri, 21 Sep 2018 03:30:55 +0000 http://www.radio1.pf/la-reforme-des-retraites-en-procedure-simplifiee/ POLITIQUE
<![CDATA[La péréquation de l’électricité dans les îles avant la fin de l’année]]> http://www.radio1.pf/la-perequation-de-lelectricite-dans-les-iles-avant-la-fin-de-lannee/ Le président du Pays, Edouard Fritch, a annoncé jeudi matin en ouverture de la session budgétaire qu’un texte permettant la péréquation des tarifs de l’électricité entre toutes les îles de la Polynésie serait présenté « avant la fin de l’année ».

C’était une annonce du plan de transition énergétique de Nuihau Laurey en 2013 et un « préalable absolu » pour la chambre territoriale des comptes en 2017, la péréquation du prix de l’électricité dans toutes les îles de la Polynésie française a été ré-annoncée mardi par le président du Pays. A l’occasion de son discours d’ouverture de la session budgétaire, Edouard Fritch a en effet déclaré : « nous finalisons également un projet de loi de Pays permettant la péréquation du prix de l’électricité entre toutes les îles. Ce projet sera également présenté à l’Assemblée avant la fin de l’année. »

Ce texte, très attendu pour assurer l’équilibre économique des petites concessions de production et distribution d’électricité dans les îles, doit permettre d’établir un tarif de l’électricité adapté à la spécificité de chaque île et permettant une activité rentable à tout opérateur qui déciderait de s’y installer.

]]>
Fri, 21 Sep 2018 03:20:41 +0000 http://www.radio1.pf/la-perequation-de-lelectricite-dans-les-iles-avant-la-fin-de-lannee/ ECONOMIE
<![CDATA[Premier concert solo pour Nohorai Temaiana]]> http://www.radio1.pf/premier-concert-solo-pour-nohorai-temaiana/

Ce jeune chanteur de 22 ans, musicien du groupe Huimana de Teiva LC, donnera son premier concert en solo le 11 octobre sur le paepae de la Maison de la culture.

Dans le cadre des concerts « Toare » des espoirs de la musique, Nohorai Temaiana, un jeune chanteur et guitariste du groupe Huimana de Teiva LC, donnera son premier concert en solo, le 11 octobre à 19 heures sur le Paepae a Hiro de la Maison de la culture. Il sera accompagné de cinq musiciens et chantera des reprises et des compositions.

Nohorai Temaiana a sorti l’année dernière son premier titre : Toa Marama, qui circule déjà sur les réseaux sociaux (déjà 400 000 vues sur Youtube). Une chanson composée pour le groupe Tamariki Poerani pour le Hura Tapairu et qui avait remporté un prix du jury en 2017.

L’artiste a 22 ans. Dans quinze jours, il donnera son premier grand concert en solo. Évidemment, il a le trac. Mais par contre, une très belle voix.

Pratique :

Les billets pour le concert du 11 octobre sont déjà en vente auprès de la Maison de la culture. Tarif : 1500 Fcfp (1000 Fcfp pour les moins de 12 ans et les PMR).

]]>
Fri, 21 Sep 2018 03:10:07 +0000 http://www.radio1.pf/premier-concert-solo-pour-nohorai-temaiana/ CULTURE