RSS Actus Radio1 | Radio1 Tahiti https://www.radio1.pf/custom-rss/rss-actus-radio1/ Flux RSS utilisé pour la newsletter Radio1 au 2020-05-30 en-us webmaster@radio1.pf (Radio1) <![CDATA[Vente d’alcool : la FGC demande le retour à la normale « au plus vite »]]> https://www.radio1.pf/vente-dalcool-la-fgc-demande-le-retour-a-la-normale-au-plus-vite/ Alors que le gouvernement présentait son dernier arrêté comme le fruit d’une concertation avec les commerçants, la Fédération générale du commerce réclame le retour à la normale « au plus vite », à la fois sur les horaires et sur la vente de boissons réfrigérées.

La Fédération générale du commerce a le sentiment de s’être fait blouser. C’est ce qui ressort d’un communiqué diffusé ce vendredi soir, deux jours après la énième modification des règles de vente d’alcool en Polynésie.

« Suite à la décision prise par le Conseil des ministres réuni le mercredi 27 mai 2020 concernant la vente de boissons alcoolisées sur l’ensemble de la Polynésie française, écrit la FGC,  qui prévoit qu’à compter du 2 juin la vente à emporter de boissons alcoolisées non réfrigérées sera autorisée dans tous les commerces du lundi au samedi de 8h à 18h, et sera interdite les dimanche et jours fériés, la FGC souhaite préciser que le texte adopté ne répond pas du tout aux attentes des commerçants. »

Rappelant que la crise du covid-19 a « fragilisé bon nombre d’entreprises du commerce, y compris alimentaire », la FGC demande à revenir d’urgence aux horaires habituels de vente d’alcool, à savoir du lundi au samedi de 7h à 20h et dimanche et fériés de 7h à 12h.

Car la nouvelle réglementation ne reflète pas le « deal » que la FGC – et encore, pas tous ses adhérents – pensait avoir passé avec le Pays : « Nous souhaitons aussi préciser que c’est en contrepartie d’un retour à la plage horaire antérieure aux restrictions de vente d’alcool que certains membres de la FGC ont proposé de ne pas vendre de boissons alcoolisées réfrigérées. »

« Il n’en demeure pas moins, conclut le communiqué, que la FGC souhaite que cette mesure soit limitée dans le temps, tout comme la restriction actuelle de jours et d’horaires qui frappe les ventes d’alcool ».  Vient ensuite l’argument sur « les conséquences économiques pour les commerçants »,  « très préoccupantes et allant entraîner à court terme des suppressions d’emploi » « Par conséquent, conclut le communiqué, nous sollicitons que le gouvernement revoie les mesures restrictives au plus vite pour rétablir les ventes d’alcool dans le contexte normal d’avant la crise du Covid-19″.

]]>
Sat, 30 May 2020 06:30:20 +0000 https://www.radio1.pf/vente-dalcool-la-fgc-demande-le-retour-a-la-normale-au-plus-vite/ ECONOMIE
<![CDATA[Un logiciel pour identifier les « clusters de contamination » en cas de nouvelle circulation du Covid-19]]> https://www.radio1.pf/un-logiciel-pour-identifier-les-clusters-de-contamination-en-cas-de-nouvelle-circulation-du-covid-19/
Le Pays travaille sur un logiciel qui doit permettre d’organiser les informations sur les cas positifs de coronavirus et leurs contacts potentiels. Une façon de se préparer à une hypothétique reprise de la circulation du virus en Polynésie. Le ministre de la Santé Jacques Raynal a insisté sur la différence entre cette « plateforme », baptisée Firiora, et l’application « Stop Covid » qui va être lancée dans les jours à venir en métropole.

La cellule de crise Covid-19 du Pays s’arrêtera de fonctionner fin juin. C’est l’annonce faite par le ministre de la Santé Jacques Raynal jeudi soir. Mais la veille sanitaire, elle, se poursuivra bien. Car si l’épidémie a été jugulée au fenua, elle est toujours active dans le monde entier. Et la réouverture du trafic aérien international, à partir de juillet, implique un risque de nouvelle circulation de la maladie, plus ou moins maîtrisé en fonction des protocoles sanitaires en place à cette date.

Les autorités se préparent donc à gérer cette nouvelle phase de d’alerte. Ainsi Jacques Raynal a expliqué que le bureau de veille sanitaire allait s’organiser pour assurer une meilleure surveillance des arrivants au fenua. Mais il s’agit aussi d’être prêt sur le plan technique.

Des milliers d’informations à traiter

C’est la raison pour laquelle le gouvernement a fait l’acquisition, début mai, pour environ 6,2 millions de francs, du logiciel Damoc, éditée dans la société spécialisée Epiconcept. Il s’agit d’un système de suivi des malades et de leurs contacts, originellement créé pour lutter contre les épidémies de tuberculose. Depuis quelques semaines, la Direction de la santé, et les services informatiques du Pays travaillent à adapter cette plateforme aux besoins du bureau de veille sanitaire. Avec 4000 tests de dépistages réalisés depuis début mars, une soixantaine de cas positifs avec à chaque fois plusieurs dizaines de cas contacts potentiels, le traitement des données est devenu difficile pour les médecins épidémiologistes.

La future plateforme baptisé Firiora doit donc permettre d’organiser les informations sur chaque cas suspect ou positif, sur ses contacts identifiés et déclarés lors des enquêtes sanitaires… Et donc de pouvoir repérer rapidement des clusters de contamination et contacter les personnes à risque pour les inciter à protéger leur entourage ou pour les prendre en charge rapidement. « Un outil performant » qui sera utilisé « en accord avec les réglementations sur le traitement des données », insiste Jacques Raynal.

Pas de traçage, ni d’application sur les téléphones

Les logiciels et applications de lutte contre l’épidémie de Covid-19 font l’objet de beaucoup de spéculations et de débats depuis le début de la crise mondiale. En Métropole, l’application « Stop Covid », développée par le gouvernement central et qui doit être mis en opération le 2 juin, a beau avoir été approuvée, cette semaine, par l’Assemblée nationale et le Sénat, elle continue d’inquiéter les défenseurs de la vie privée. Elle permet « d’informer les citoyens ayant été à proximité de porteurs du virus », en retraçant les contacts d’un cas positif grâce à la géolocalisation.

Firiora « n’a rien à voir » avec cette application, a insisté Jacques Raynal. Ni traçage ni installation sur les téléphones, « il s’agit simplement d’un répertoire » insiste le ministre de la Santé, « et les gens qui y figureront en seront bien évidemment informés ».

La plateforme, que les autorités espèrent lancer dans le courant du mois de juin, ne sera accessible qu’aux professionnels de santé. Ce sera le cas des membres du bureau de veille sanitaire, mais aussi de certains libéraux de santé « associés au dispositif », qui disposeront de « codes uniques » qui permettront de contrôler la bonne utilisation du logiciel. Un fonctionnement qui aurait été travaillé avec l’Agence de régulation de l’action sanitaire et sociale et une juriste « spécialisée dans la sécurité des données ».

La cellule de crise sanitaire précise en outre que seules les informations liées à l’épidémie de coronavirus seront renseignées sur la plateforme, et seront automatiquement détruites au terme de la durée légale de conservation, « actuellement de 3 mois ».

Le numéro gratuit 444 789 fermé le 31 mai

Moins d’inquiétudes, moins d’appels. Le numéro gratuit d’information sur le coronavirus ouvert par la direction de la Santé au début de la crise, le 444 789 avait « perdu de son utilité » ces derniers jours. La ligne a donc fermé ce dimanche. « Les personnes ayant des questions d’ordre administratif sur la continuité territoriale pourront joindre le Haut-commissariat au 40 46 87 00 », pointe la cellule de crise sanitaire. Les symptômes évoquant un Covid-19 doivent, eux, être signalés auprès d’un médecin traitant ou au numéro des urgences, le 15, en cas de situation alarmante. Le bureau de veille sanitaire  reste lui aussi joignable, pour des informations générale sur l’épidémie de coronavirus, entre 7h30 et 15h30 (14h30 le vendredi, pas de permanence le weekend) au 40 488 246.

]]>
Sat, 30 May 2020 05:00:25 +0000 https://www.radio1.pf/un-logiciel-pour-identifier-les-clusters-de-contamination-en-cas-de-nouvelle-circulation-du-covid-19/ SANTÉ
<![CDATA[Le tribunal administratif confirme la révocation du Dr Faure]]> https://www.radio1.pf/le-tribunal-administratif-confirme-la-revocation-du-dr-faure/ Le tribunal administratif a confirmé la révocation du chirurgien vasculaire et thoracique dont l’un des patients avait du être amputé.

En 2016, au CHPF, un des patients du chirurgien vasculaire et thoracique Eric Faure avait dû être amputé d’une partie de la jambe droite suite à des complications survenues après une première opération. Il était reproché au premier chef au chirurgien de n’avoir pas suffisamment bien surveillé son patient après la première intervention, choisissant d’opérer un autre patient dont l’état ne présentait pas de caractère d’urgence, et perdant ainsi un temps précieux avant de tenter de sauver le pied du plaignant. S’ajoutaient au dossier de nombreuses considérations sur la personnalité et le comportement du chirurgien, qui lui avaient d’ailleurs valu une suspension de deux mois, en 2018, par la chambre disciplinaire des médecins.

Le chirurgien avait été suspendu par le président du Pays, pour une durée de deux ans, en mars 2017, avant d’obtenir sa réintégration en référé. Il avait été de nouveau révoqué, et obtenu de nouveau la suspension de la sanction en référé. Cette fois, le tribunal a jugé l’affaire au fond.

Au vu de la situation d’urgence dans laquelle se sont déroulées les premières interventions, le tribunal n’a pas retenu le manquement au devoir d’information du patient et de son épouse ; il n’a pas retenu non plus le manque d’expérience du chirurgien dans ce type précis d’intervention, son expérience générale en chirurgie vasculaire étant bien établie.

En revanche, « les manquements du requérant aux obligations professionnelles précitées constituent une faute de nature à justifier une sanction disciplinaire », a jugé le tribunal administratif, qui estime que cette sanction n’est pas disproportionnée compte tenu de « la particulière gravité des négligences dans la prise en charge».

]]>
Sat, 30 May 2020 04:36:24 +0000 https://www.radio1.pf/le-tribunal-administratif-confirme-la-revocation-du-dr-faure/ JUSTICE
<![CDATA[L’État veut reporter le référendum d’indépendance de la Nouvelle-Calédonie au 4 octobre]]> https://www.radio1.pf/letat-veut-reporter-le-referendum-dindependance-de-la-nouvelle-caledonie-au-4-octobre/ Le Premier ministre Édouard Philippe a proposé, dans une lettre adressée aux institutions calédoniennes, de reporter d’un mois le deuxième référendum sur l’accession à la pleine souveraineté de la Nouvelle-Calédonie. Initialement prévu le 6 septembre, il devrait finalement être organisé le 4 octobre. 

Dans cette lettre publiée par les Nouvelles Calédoniennes, Édouard Philippe rappelle que « la crise actuelle du Covid-19 affecte le calendrier de certaines échéances politiques ». La date du 6 septembre, fixée fin 2019 après des négociations entre indépendantistes et loyalistes à Paris, a ainsi dû être « réexaminée » pour « assurer le caractère irréprochable de l’organisation du référendum afin que son résultat soit incontestable et incontesté ». Principale difficulté pointée par l’État :« la capacité de réunir les candidatures pour les 250 délégués de la commission de contrôle », chargés de contrôler la bonne marche du scrutin jusque dans les bureaux de vote.

Alors que la métropole se déconfine progressivement et que la Nouvelle-Calédonie a d’ores et déjà annoncé que son trafic aérien international ne reprendrait pas avant la fin juillet, la venue de ces délégués, mais aussi des observateurs internationaux ou des journalistes qui couvriront l’événement pourrait encore être difficile début septembre.  C’est donc par « prudence » que le Premier ministre met sur la table cette nouvelle date du 4 octobre sous la forme d’un projet de décret. Le gouvernement et le Congrès calédoniens ont 15 jours pour donner un avis, purement consultatif. Le texte devrait ensuite être présenté en Conseil des ministres avant la fin du mois de juin. L’Avenir en confiance, mouvement politique majoritaire et principale force pro-France du pays, a d’ores et déjà signifié son accord avec cette proposition.

Paris assure que le « calendrier global » de sortie de l’accord de Nouméa ne devrait pas être modifié. Les Calédoniens ont déjà été consultés sur l’accession à la pleine souveraineté en novembre 2018. Le « non » à l’indépendance l’avait alors emporté avec 56,7 % des suffrages. Une avance nette pour les loyalistes mais loin d’être aussi confortable que ce que projetaient les élus et commentateurs. Si le « non » l’emporte de nouveau en octobre, un troisième référendum pourrait être organisé en « 2021, ou en 2022″.  

]]>
Sat, 30 May 2020 04:08:45 +0000 https://www.radio1.pf/letat-veut-reporter-le-referendum-dindependance-de-la-nouvelle-caledonie-au-4-octobre/ NOUVELLE-CALEDONIE
<![CDATA[Tauhiti Nena soutenu par Gaston Flosse pour le 2e tour des municipales]]> https://www.radio1.pf/tauhiti-nena-soutenu-par-gaston-flosse-pour-le-2e-tour-des-municipales/

©CP/Radio1

Ce matin au siège du Tahoeraa, Tauhiti Nena tenait une conférence de presse avec Gaston Flosse qui apporte son soutien à la liste Papeete To’u Oire, arrivée en 2e position au premier tour des élections municipales à Papeete. La formation Amuitahira’a de Maryse Ollivier le soutient également, ainsi que Nathalie Cuneo-Parau, l’ex tête de liste de A Ti’a Mai sur Papeete, désavouée par son mouvement dans un communiqué diffusé ce matin. Chantal Galenon et Marcel Tuihani ont refusé de se joindre à cette alliance.

La conférence de presse a débuté sur un lapsus révélateur de Gaston Flosse : « je voulais confirmer la décision des instances du Tahoeraa Huiraatira de soutenir pleinement, entièrement, la candidature de Tauhiti Nena pour ce second tour des élections présidentielles. » Hilarité générale, évidemment.

« Je n’aurai jamais vu une élection aussi difficile que celle-là, a poursuivi Gaston Flosse faussement surpris par des pratiques qu’il n’a pas toujours vilipendées, on va être en pleine magouille, des CAE, des CAES, des barquettes de ma’a par-ci, des cartons de ma’a par là, du jamais vu dans notre pays, mais ça ne fait rien, nous vaincrons quand même. (…) J’ai vu le programme de Tauhiti, il est parfait. Et je crois que dans 6 ans, vous allez être obligés de revoter pour lui. »

Chantal Galenon et Marcel Tuihani lui ont dit non

Si le Tahoeraa et le Tavini avaient réussi leur regroupement au premier tour, Tauhiti Nena l’aurait rejoint. « L’accord ne s’est pas fait, donc j’avais décidé de courir tout seul au premier tour. Pour le 2e tour, on ne peut pas faire autrement que de s’unir pour le changement. » Mais pour le deuxième tour, Chantal Galenon et Marcel Tuihani ont refusé de se joindre à cette alliance qui inclut Gaston Flosse. « Marcel, à aucun moment il n’a voulu me rencontrer, il ne m’a pas caché qu’il devait rencontrer des personnes du côté du maire en place, je ne sais pas quel accord il a eu. Pour Chantal, le point bloquant c’était pas le programme, c’était personnel. Mais je suis très optimiste, on devrait y arriver. »

Mais Tauhiti Nena affirme que le soutien du Tahoeraa et du Amuitahira’a sera suffisant pour rattraper le retard de 2 000 voix constaté au premier tour. il compte notamment sur une meilleure mobilisation des abstentionnistes. Le 15 mars dernier, plus de 9 700 électeurs de Papeete s’étaient abstenus. Tauhiti Nena aurait préféré un report des élections à septembre, qui aurait permis de refaire le match en entier, « mais le gouvernement et les maires et le maire de Papeete veulent absolument qu’il y ait des élections tout de suite, »

Le slogan choisi par Tauhiti Nena pour ce 2e tour : « Le changement c’est maintenant, tous ensemble » – si ça vous rappelle quelque chose, c’est normal, c’était le slogan de François Hollande en 2012.

Pas de changement de la liste… pour l’instant

Soutien ne signifie pas que la liste de Papeete To’u Oire va changer. Elle est déjà déposée, mais peut être changée jusqu’à mardi en fin de journée, et si Tauhiti Nena ne semble pas exclure totalement une modification de sa liste, pour l’instant il n’en est pas question, dit-il. De toute façon, a conclu Tauhiti Nena, « faire mieux, je ne pense pas que ce soit compliqué, mais on sera prêt à faire beaucoup mieux que Michel Buillard ».Rendez-vous est donc donné au 15 juin prochain pour la présentation du programme.

La plainte pour injures de Me Bourion : Gaston Flosse en fait un sketch

Le président du Tahoeraa Huiraatira a expliqué qu’il avait traité de « voyou » et de « vaurien » l’avocat de Michel Buillard, qui l’avait accusé devant le tribunal d’avoir falsifié ses factures d’électricité. Et il en a rajouté une couche, au plus grand plaisir de l’assistance.

 

]]>
Sat, 30 May 2020 01:26:04 +0000 https://www.radio1.pf/tauhiti-nena-soutenu-par-gaston-flosse-pour-le-2e-tour-des-municipales/ MUNICIPALES
<![CDATA[Morsure de requin à Faa’a : le prestataire jugé le 9 juin]]> https://www.radio1.pf/morsure-de-requin-a-faaa-le-prestataire-juge-le-9-juin/ Le prestataire touristique, dont la cliente avait été mordue à la jambe par un requin pointe noire lors d’une sortie en mer le 17 mai, a été déféré hier au tribunal de Papeete, suite à la plainte déposée par la victime. Il est poursuivi pour blessures involontaires aggravées. Le procès se tiendra le 9 juin.

Le patenté proposait de type snorkeling et plongée sous-marine. La victime faisait du snorkeling en surface de la Vallée blanche à Faa’a, alors que des appâts jetés par le prestataire flottaient en surface à proximité. Un requin pointe noire l’a alors mordue à la jambe, lui occasionnant 10 jours d’ITT. Elle a déposé une plainte et la brigade nautique a été chargée des investigations concernant ces faits de blessures involontaires et d’infraction au code de l’environnement.

L’homme a été déféré jeudi au tribunal où il a été poursuivi pour blessures involontaires aggravées, en se livrant à une activité interdite par le code de l’environnement de la Polynésie française, le shark  feeding. Il a été placé sous contrôle judiciaire en attente de son procès qui se tiendra le 9 juin prochain. Il est également poursuivi pour avoir exposé des plongeurs subaquatiques à un risque de mort ou de blessure car au moment de l’attaque, une palanquée évoluait sous l’eau.

Le prestataire est dans le viseur des autorités judiciaires, pour d’autres faits similaires qui remontent jusqu’à janvier 2018. C’est l’ensemble de ces faits qui seront jugés le mois prochain.

]]>
Fri, 29 May 2020 21:50:08 +0000 https://www.radio1.pf/morsure-de-requin-a-faaa-le-prestataire-juge-le-9-juin/ JUSTICE
<![CDATA[Pourquoi l’arrêt des vols vers certaines îles va faire gonfler les dépenses de santé]]> https://www.radio1.pf/pourquoi-larret-des-vols-vers-certaines-iles-va-faire-gonfler-les-depenses-de-sante/

Air Tahiti ne dessert à l’heure actuelle que 10 îles, et bientôt 19, à des fréquences moindres que dans l’avant-crise, quand la compagnie couvrait 48 destinations. ©D.R.

Difficultés financières obligent, Air Tahiti ne devrait pas reprendre la desserte de certaines îles dans les mois à venir. Un arrêt qui pourrait avoir des conséquences sanitaires pour les habitants, et financières pour la collectivité, a expliqué le ministre de la Santé Jacques Raynal ce jeudi soir. À défaut de vols réguliers, les autorités devront davantage se reposer sur les coûteuses évasans, ou sur les tournées de « consultations médicales avancées ».

Aux dix destinations déjà rouvertes depuis la semaine dernière, Air Tahiti devrait en ajouter 9 autres dans une dizaine de jours. Son programme de vols comprend en effet, à partir du 11 juin, une rotation hebdomadaire vers Mataiva, Ahe, Arutua, Manihi, Hao, Makemo, Rikitea, Raivavae et Rimatara. Mais la compagnie domestique, qui comme tout le secteur aérien, est profondément ébranlée par la crise, reste loin de son réseau d’avant-confinement. Fin mars, elle desservait encore 48 destinations. Son directeur, Manate Vivish, a été très clair, ces derniers jours, sur « l’impossibilité d’assurer seul » l’exploitation de lignes déficitaires, vers les plus petites îles du fenua. Un appel du pied au Pays, qui n’a pour l’instant pas trouvé de réponse officielle.

Maupiti, Aratika, Nukutavake, Reao, Tureia, Vahitahi, Takapoto ou encore Ua Pou ou Ua Huka… Beaucoup de communes s’attendent donc à ne pas être reliées par des lignes aériennes au moins pour plusieurs mois. Une situation qui soulève beaucoup de questions, notamment du point de vue sanitaire, comme l’a pointé ce jeudi soir, Jacques Raynal. « On pourra observer dans ces îles des nécessités d’évacuations sanitaires urgentes, explique le ministre de la Santé, qui coûteront bien évidemment plus cher qu’un billet d’avion sur une ligne régulière ».

Les évacuations sanitaires inter-îles représentent déjà un poste de dépense important pour la CPS. En 2018, elle a déboursé près de 650 millions de francs pour quelques 3 400 évasans « urgentes ou semi-urgentes ». Auxquelles s’ajoutent 32 000 « évacuations programmées » pesant près de 1,3 milliards de francs.

Davantage de tournées de « consultations spécialisées avancées »

Pour éviter l’explosion des urgences, les autorités réfléchissent à faire évoluer leur système de prévention. « On va organiser des tournées dans les îles pour assurer les consultations spécialisées, notamment en cardiologie, pour les femmes enceintes, et d’autres pathologies comme le diabète », annonce Jacques Raynal. La direction de la Santé gère déjà, en collaboration avec la CPS et le CHPF, un programme de « consultations spécialisées avancées », qui consiste à déplacer des équipes médicales tout autour du fenua. « Peut-être faudra-t-il se focaliser sur ces îles où il n’y aura pas de vols réguliers avant quelques mois probablement », précise le ministre. Des tournées qui ont, elles aussi, un coût important pour la collectivité.

Jacques Raynal lors du point presse de la cellule de crise sanitaire du Pays, ce jeudi 28 mai, aux côté de l’interprète Fanny Wittmer. ©C.R.

]]>
Fri, 29 May 2020 05:03:03 +0000 https://www.radio1.pf/pourquoi-larret-des-vols-vers-certaines-iles-va-faire-gonfler-les-depenses-de-sante/ SANTÉ
<![CDATA[Autorité polynésienne de la concurrence :  Jacques Mérot face à une nouvelle procédure de démission d’office]]> https://www.radio1.pf/autorite-polynesienne-de-la-concurrence-jacques-merot-face-a-une-nouvelle-procedure-de-demission-doffice/  Une première procédure, initiée en février dernier, n’avait pas abouti. Une seconde procédure, toujours à l’initiative de l’économiste Christian Montet, est en cours depuis la semaine dernière. Le président de l’APC sera entendu par le collège le 8 juin prochain,

« C’est comme un virus, il y a une deuxième vague », dit Jacques Mérot, président de l’Autorité polynésienne de la concurrence.

Pour rappel, c’est la deuxième fois que le président de l’APC fait face à une telle procédure. L’économiste Christian Montet, doyen du collège de l’autorité, l’avait initiée en février, questionnant « la dignité et l’impartialité » de l’institution.  Jacques Mérot s’estimait visé par un effort concerté pour réduire les pouvoirs de l’APC, qui a notamment vu le droit de la concurrence modifié par l’assemblée sur proposition du gouvernement – « le code a été modifié pour fragiliser la position du président », dit Jacques Mérot, et les règles de gestion de l’autorité modifiées : « Petit à petit, on transforme l’autorité en service de la Polynésie », disait-il à l’époque.

La réunion du collège n’avait pas pu avoir lieu : Christian Montet avait décidé de se déporter pour ne pas être juge et partie, et le remplacement de Michel Paoletti, démissionnaire, n’avait pas encore été fait. À présent que Marie-Christine Lubrano a été nommée, le quorum peut de nouveau être atteint.

« Là c’est de l’acharnement »

« On m’a demandé mon avis sur la nomination de Mme Lubrano le 6 mai, je l’ai rendu le 19 mai, dit Jacques Mérot. L’arrêté CM a été pris dès le lendemain. Le 21 était férié, et dès le vendredi 22, M. Montet venait déposer la procédure de démission d’office me concernant. Franchement je ne sais pas ce qui le fait courir. Là c’est de l’acharnement. »

La réunion du collège est maintenant prévue le 8 juin prochain pour auditionner le président de l’APC et se prononcer sur le rapport de Christian Montet. Ce sera ensuite au président du Pays, qui nomme le président de l’APC, de décider d’écourter ou non le mandat de Jacques Mérot qui prend fin en juillet 2021. Un acte d’autorité susceptible de recours devant le juge administratif, et « évidemment si c’est nécessaire, je l’utiliserai », dit-il. D’autant plus facilement que le président de l’APC ne peut effectuer qu’un seul mandat de 6 ans : « Je trouve que c’est très bien que ce soit irrévocable et non renouvelable, vous n’avez pas besoin de plaire, » dit Jacques Mérot.

]]>
Fri, 29 May 2020 04:45:48 +0000 https://www.radio1.pf/autorite-polynesienne-de-la-concurrence-jacques-merot-face-a-une-nouvelle-procedure-de-demission-doffice/ ECONOMIE
<![CDATA[Gaston Flosse entendu par la police sur sa domiciliation à Papeete]]> https://www.radio1.pf/gaston-flosse-entendu-par-la-police-sur-sa-domiciliation-a-papeete/ En l’espace de deux jours, Gaston Flosse a été entendu deux fois en audition libre à la DSP. Une fois pour une plainte à son encontre pour injure, et l’autre, pour faux et usage de faux. Celle-ci concerne les pièces qu’il a produites pour justifier de sa domiciliation à Papeete afin de pouvoir s’inscrire sur les listes électorales de la commune.

Mercredi, Gaston Flosse était entendu à la DSP suite à  une plainte à son encontre émanant de Me Bourion pour injure. Les deux hommes avaient échangé quelques mots doux après une audition devant le tribunal de première instance où se débattait la question de savoir si Gaston Flosse habitait bien oui ou non à Papeete, suite à sa demande d’inscription sur les listes électorales de la commune. Gaston Flosse avait émis des doutes sur la probité du conseil de Me Buillard lorsque celui-ci avait évoqué « des factures EDT frauduleuses. » que l’ex-homme fort du Pays avait produites pour justifier de sa domiciliation à Papeete.

Ce jeudi,c’était pour faux et usage de faux concernant les pièces qu’il avait produites pour justifier de sa domiciliation à Papeete. Une première plainte avait été déposée le 6 février, suivie d’une deuxième le 28 février, toutes deux émanant de la commune de Papeete et de Michel Buillard. La première plainte a été déposée pour trois motifs: faux usage de faux, fausse déclaration et faux certificat dans le but de se faire inscrire et de faire inscrire sa compagne sur la liste électorale de la ville de Papeete. Et la deuxième plainte, pour faux usage de faux et violation du code électoral en son article L 88.

 

]]>
Fri, 29 May 2020 02:15:56 +0000 https://www.radio1.pf/gaston-flosse-entendu-par-la-police-sur-sa-domiciliation-a-papeete/ JUSTICE
<![CDATA[La DSP fait la chasse aux stupéfiants]]> https://www.radio1.pf/la-dsp-fait-la-chasse-aux-stupefiants/ Ce jeudi matin, 25 policiers de la Section d’Intervention de la DSP étaient à pied d’oeuvre dans les quartiers chauds de Papeete, véritables libre-services en matière de stupéfiants. Au total ce sont neuf sachets d’ice qui ont été saisis, un plant de cannabis et des sticks.

6h45, cinq véhicules de la section d’intervention débarquent en trombe devant le lotissement Vaitavatava. 25 policiers, dont certains équipés pour la circonstance de LDB (fusils lanceurs de balles), en débarquent et bloquent les issues du lotissement. Cela sous l’œil blasé des occupants qui, de leur fenêtre, assistent au spectacle.

©Pascal Bastianaggi

Après avoir fouillé les lieux, les différentes planques possibles, y compris les poubelles, ils en repartent bredouilles. À croire que les dealers possèdent un solide sixième sens ou plus simplement qu’ils ont des guetteurs qui font bien leur boulot.

©Pascal Bastianaggi

À Vaininiore, par contre, ils devaient être encore endormis, puisque ce n’est qu’à la vue des véhicules de la DSP que l’on a assisté à une pétarade de scooters appartenant à des gars à la conscience pas tranquille qui prenaient la fuite ainsi que d’autres ne comptant que sur leur aptitude au sprint pour se faire la belle.

©Pascal Bastianaggi

Si certains ont pu passer à travers les mailles du filet, d’autres moins heureux se sont fait pincer. L’un a fait le mauvais choix de se réfugier dans le magasin Pinson où il a été interpellé, et les six sachets d’ice dont il s’était délesté ont été retrouvés dans les rayons du magasin. Placé en garde à vue, il sera jugé mardi prochain en comparution immédiate.

©Pascal Bastianaggi

Un autre individu, malchanceux à double titre, a voulu lui aussi jouer les filles de l’air à travers les ruelles du quartier Bernardino. Mais les hommes de la DSP n’ont pas tardé à mettre la main dessus. Il était porteur d’une somme d’argent de 72 000 Fcfp et une perquisition à son domicile a permis de retrouver un plant de paka s’avérant appartenir à sa femme. Dans sa fuite, il s’est débarrassé de trois sachets d’ice qui, sur renseignement anonyme, ont été découverts dans une propriété et remis à la police. Dans son audition l’individu, un employé municipal de Papeete, reconnait s’être débarrassé des sachets et se livrer à la vente de stupéfiants. Il sera convoqué ultérieurement par la justice.

©Pascal Bastianaggi

Quartier Estall, c’est un homme qui a été contrôlé et sur lequel les hommes en bleu ont trouvé du cannabis et une « bubble » vide. Connu défavorablement des services de police, car il faisait aussi l’objet d’un avis de recherche de la DSP, il a été placé en garde à vue dans le cadre de l’affaire pour laquelle il était recherché. Enfin, un autre individu a été pris en possession de 9 sticks de cannabis.

Les autres descentes effectuées dans le Quartier Mamao Vallon et au lotissement Temauri Village n’ont quant à elles rien donné.

]]>
Fri, 29 May 2020 01:51:10 +0000 https://www.radio1.pf/la-dsp-fait-la-chasse-aux-stupefiants/ JUSTICE
<![CDATA[La culture revient sur le devant de la scène]]> https://www.radio1.pf/la-culture-revient-sur-le-devant-de-la-scene/ Afin de relancer le secteur de la culture, le ministère a demandé à chacun des services et établissements de repenser certains évènements et d’en envisager de nouveaux. Car la relance passe obligatoirement par la programmation de spectacles de grande ampleur. Ainsi la reprogrammation, mais aussi la création de nouveaux événements rythmeront le second semestre de l’année 2020.

 Parmi les grands événements maintenus et repensés pour s’adapter aux normes et contraintes actuelles, le conseil des ministres a dressé la liste de ces événements.

  • Le Heiva des écoles qui, en accord avec les écoles de danse, se tiendra en juillet sous une forme adaptée.
  • Le Hura Tapairu – Tahiti qui n’accueillera que des troupes locales, au vu de la situation sanitaire internationale
  • Le Festival Cinematamua qui se tiendra au sein des jardins du Musée de Tahiti et des îles.
  • Le Ta’urua himene qui permettra à la population de renouer avec les chants traditionnels.
  • Le concert Tuiro’o qui mettra en valeur les chanteurs et voix qui ont rythmé l’histoire du fenua.
  • Le Grand gala du Conservatoire qui sera organisé à To’ata par le Conservatoire artistique de la Polynésie française et qui sera présenté au public le 12 décembre.
  • Le Concert des orchestres du CAPF où les formations orchestrales présenteront leurs plus belles pièces et notamment un extrait de l’opéra en langue tahitienne.

Les nouveautés au 2e semestre

Pour relancer la créativité et le secteur culturel, le ministère de la Culture a imaginé en partenariat avec ses établissements plusieurs événements. L’un intitulé Fa’aiho, gratuit, se tiendra en deux temps. Le premier, tourné en majorité vers les arts de la scène, se tiendra à TFTN. Le second, en faveur des arts plastiques, sera présenté au sein du Musée de Tahiti et des îles.

Fa’aiho – TFTN est programmé du mercredi 12 au samedi 15 août prochain. Seront ainsi mobilisés des chanteurs, des musiciens, des danseurs, des comédiens, des auteurs, des écrivains, des éditeurs, des animateurs en arts, en langue, en chant, en sport.

Faˈaiho, ta’u tufa’a, au Musée de Tahiti et des îles se tiendra du 6 novembre 2020 au 14 mars 2021. Cet événement sera destiné aux artistes détenteurs de la carte d’artiste professionnel et aux artistes diplômés du Centre des métiers d’art. Les artistes proposeront des œuvres autour de quatre thématiques issues des collections du musée, à savoir : Tiki et Ti’i, l’ornementation, la navigation et la musique. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au vendredi 3 juillet à midi, et le dossier de candidature est téléchargeable sur le site du Musée de Tahiti et des îles.

Afin de faire vivre l’exposition, plusieurs projets seront menés en parallèle :

  • le 14 novembre 2020, pour la Nuit des Musées, une visite guidée ainsi que des manifestations nocturnes seront proposées au public ;
  • du 25 au 28 février 2021, une « garden party artistique » sera proposée dans les jardins du Musée. Dans le cadre de cette opération, le vendredi 27 février 2021 une « Light Party » sera proposée dans les jardins, en partenariat avec TFTN, permettant une mise en lumière des projets proposés.

 

 

 

 

 

 

 

]]>
Thu, 28 May 2020 23:33:41 +0000 https://www.radio1.pf/la-culture-revient-sur-le-devant-de-la-scene/ CULTURE
<![CDATA[[MàJ] Après l’Intercontinental de Moorea, le Méridien de Bora Bora annonce un plan social]]> https://www.radio1.pf/apres-lintercontinental-de-moorea-le-meridien-de-bora-bora-pourrait-annoncer-une-fermeture/ Avis de tempête dans l’hôtellerie. La direction de l’Intercontinental de Moorea a annoncé hier un plan social qui devrait concerner 190 des 192 salariés. À Bora Bora, c’est le personnel du Méridien qui est désormais dans l’attente. Une fermeture de l’établissement pour 18 mois est à l’ordre du jour d’une réunion du comité d’entreprise prévue la semaine prochaine. Un plan social concernant les 149 salarié est d’ores et déjà sur la table.

Fermetures d’établissements et plans sociaux : c’était la crainte des autorités et de tout le secteur touristique depuis le début de la crise. Elle prend corps depuis hier. Comme l’ont confirmé nos confrères de Tahiti-Infos, la direction de l’Intercontinental de Moorea a annoncé au personnel, lors d’une réunion du comité d’entreprise, une non-réouverture de l’hôtel et un plan social qui devrait concerner 190 des 192 salariés de la structure. Des départs en retraite anticipée devraient être actés et des reclassements dans le groupe, très difficiles au vu du contexte économique, sont aussi évoqués, une bonne partie des effectifs pourraient être licenciés pour motif économique. « Ce projet de fermeture, on en entendait parler depuis plusieurs mois, mais ça n’était que des rumeurs, note un syndicaliste. Le plus inquiétant, c’est qu’il n’y a pas de date de réouverture annoncée ».

Fermeture de 18 mois pour « travaux de rénovation »

À cette mauvaise nouvelle s’en ajoute une autre, ce jeudi, du côté des Îles-Sous-le-Vent. Le Méridien de Bora Bora pourrait fermer ses portes pour au moins 18 mois, « pour travaux de rénovation », d’après des informations qui circulent au sein de l’établissement. Aucune annonce officielle n’a pour l’instant été faite par le groupe Wane, qui s’était porté acquéreur de l’hôtel 5 étoiles fin 2016, et qui est aussi en passe de racheter le Sofitel de Moorea à Frederick Grey. Mais une réunion du comité d’entreprise est programmée le mercredi 3 juin, « et la fermeture est à l’ordre du jour« , pointe, là encore, un syndicaliste.

[MàJ 13h45] : D’après une autre déléguée syndicale, un plan social a d’ores et déjà été annoncé, lundi, puis a été détaillé aux représentants des salariés, mercredi. Il concernerait les 149 salariés en CDI que compte Le Méridien de Bora Bora. Ils se voient proposer des départs volontaires « dans des conditions très peu avantageuses » ou des « suspensions de contrat le temps des travaux ». S’y ajoutent une trentaine de salariés en CDD qui devraient perdre leur poste. Un plan immédiatement dénoncé par les syndicats, qui s’interrogent sur le refus du groupe Wane d’avoir recours au dispositif Diese. La déléguée syndicale rappelle qu’avant lundi, la direction communiquait plutôt sur un plan de reprise de l’activité à partir de juillet et « qu’aucun chantier de rénovation n’était prévu avant l’année prochaine ». Elle insiste en outre sur « les bons résultats de l’établissement » ces dernières années en termes de remplissage et de chiffre d’affaires.

Le Méridien est à l’heure actuelle le seul hôtel de l’île de Bora Bora, durement touchée par la fermeture du trafic aérien international depuis la fin mars, à s’orienter vers un plan social. D’autres réunions de comités d’entreprises sont toutefois prévues dans les jours et semaines à venir.

]]>
Thu, 28 May 2020 22:20:01 +0000 https://www.radio1.pf/apres-lintercontinental-de-moorea-le-meridien-de-bora-bora-pourrait-annoncer-une-fermeture/ ECONOMIE