EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

De la gestion de nos ordures en Polynésie … – Edito 07/09/2020

Il y a quelques semaines un reportage dans un JT national de France 3 avait de quoi faire honte aux polynésiens et écornait sévèrement notre image de supposée destination carte postale. Il y était question de la manière dont nous traitions les ordures ménagères sur notre Territoire, entre décharges sauvages, aberration de ce qui se passe à Faa’a, et transports coûteux de cargaisons de détritus inter-îles qui finissent en grande majorité dans le centre d’enfouissement technique de Paihoro pour tout ce qui n’est ni recyclable ni exportable. L’incendie qui s’est déclaré sur ce site ce week-end et qui heureusement a fini par être circonscrit est finalement une énième illustration de l’incurie de nos pouvoirs publics à pouvoir se projeter dans un futur où le traitement de nos ordures serait rationalisé et s’avèrerait même être un atout pour répondre à d’autres problématiques qui nous touchent, nous encore plus qu’ailleurs.

Il n’est aucunement question de jeter la pierre aux professionnels locaux du secteur qui ne sont pas en position de décider, et qui au fil des ans ont réussi non seulement à démontrer un réel savoir faire mais aussi une abnégation sans faille lorsqu’ils sont confrontés notamment aux impondérables liés aux limites du modèle industriel dont ils ont à gérer la maîtrise d’œuvre.

A la bonne heure, on pourra toujours se consoler suite à l’entrée en vigueur la semaine dernière de la loi de Pays visant à interdire la fabrication, l’usage, la vente, ou le don, de sacs plastiques à usage unique, en se disant qu’au moins c’est déjà ça de gagné. Toutefois, quand en parallèle selon un témoignage lu dans la presse, le Gouvernement répondrait aux fabricants qu’ils n’ont qu’à continuer d’en produire mais avec une densité de plastique supérieure à 50 microns, pour ne pas tomber sous le joug de l’interdiction, cela laisse assez songeur.

Où se situent les ambitions polynésiennes pour le traitement de nos déchets, qui pourraient changer la donne ? Je vous parle au moins d’annonces liées à des intentions. Oui, moi aussi ça ne me dit rien. D’autres pourront arguer que la gestion des ordures est de compétence communale, mais un peu de sérieux, le sujet est tellement sensible qu’il est évident que rien ne saurait se faire dans ce Pays sans une impulsion depuis les plus hautes sphères.

Il existe pourtant aujourd’hui des technologies qui permettent non seulement d’éviter que 90% de nos ordures ménagères ne finissent dans une décharge, mais en plus que leur traitement serve à produire de l’électricité. Le concept du « Waste to Energy » est déjà une réalité pour de nombreux pays, une piste d’avenir pour d’autres, avec des process déjà disponibles et en action, et dont l’empreinte écologique est sans aucune mesure bien plus raisonnable que ce que l’on fait actuellement et qu’on s’apprête à faire encore longtemps. Sans compter que plus le temps passe et plus les performances à ce niveau se renforcent y compris pour la création de petites unités de traitement. Faire d’une pierre deux coups sur des sujets aussi fondamentaux doit manifestement être un tri sélectif d’idées bien trop compliqué à intellectualiser.

Article précedent

La revue de presque de Nicolas Canteloup d'Europe 1 - L'intégrale du 7/09/2020

Article suivant

Les avocats et magistrats de Papeete mobilisés pour leurs confrères turcs et iraniens

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

De la gestion de nos ordures en Polynésie … – Edito 07/09/2020