EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Débat du second tour : l’indignité signée Marine – Edito 04/05/2017

Ce n’est pas qu’une drôle de présidentielle, c’est une drôle d’époque car manifestement l’on vit dans une drôle de France. Ce qui nous a été donné de voir et d’entendre hier lors du débat télévisé entre les deux candidats du second tour était trop souvent indigne de notre République, indigne de la fonction visée.

Marine Le Pen était censée s’être rachetée une vertu en se mettant en retrait de la présidence du Front National, mais elle a finalement porté sur ce plateau de télévision tout l’héritage haineux qui est un des piliers fondateurs du dit parti. Elle aurait mieux fait d’éviter de pointer d’entrée de jeu un soi-disant rictus qu’elle disait remarquer sur le visage d’Emmanuel Macron, tant elle a, tout au long du débat, su n’arborer que le sourire forcé de la moquerie sur-jouée en permanence. C’était son attitude béquille, sa contenance, face à l’à-propos, au calme, à l’aplomb de son opposant. Bien entendu que rien ne pouvait trouver grâce à ses yeux. Elle a bien fait du Le Pen, la classe avait été laissée en loge.

C’est une très bonne chose que Macron ait accepté ce débat tant il a été pour quiconque de non endoctriné l’occasion de découvrir à quel point la véhémence ne sied pas à la haute fonction visée. Mais s’il n’y avait que ça … Quand l’hôpital se fout de la charité on atteint les sommets. Marine Le Pen qui ose conseiller aux téléspectateurs de faire du fact-checking à propos de ce que disait Emmanuel Macron, c’est le pompon. C’est à dire aller vérifier les faits sur internet en temps réel en retrouvant les sources. Elle n’allait sûrement pas nous inciter à le faire pour ce qu’elle elle disait, et pourtant, certains l’ont fait. Ainsi nos confrères du journal Le Monde ont relevé, tenez-vous bien, 19 intox, de vrais mensonges. Que ce soit sur l’état de l’économie britannique qui se porterait mieux depuis le Breixit, du montant de la contribution de la France au budget de l’Europe, en passant par le nombre de travailleurs étrangers détachés dans notre Pays, jusqu’au délai de deux mois après son éventuelle élection pour la mise en place de la retraite à 60 ans et 40 annuités de cotisation, tout est faux, on en a le tournis.

Et vous savez quoi ? C’est sans doute ce qui était recherché, nous faire tourner la tête en assénant mensonge sur mensonge pour rester volontairement vague et ne pas rentrer dans le débat de fond. Même s’il a parfois été emporté vers les profondeurs de la calomnie, force est de remarquer que Macron s’est montré brillant. Lorsque à 39 ans on est capable de maîtriser tous les sujets, d’argumenter avec dignité face à l’invective, de savoir hausser le ton quand il le faut tout en recadrant le débat sur les enjeux réels et des faits, cela force le respect qu’on ait voté pour lui au premier tour ou pas.

C’est la dernière fois que je vous parle de cette foutue élection, c’est à nous de passer d’une drôle de France à une sacrée France, celle qui se nourrit du respect des peuples et de la vérité, et pas son contraire, qui sait reconnaître qu’elle a failli faire une connerie et passer à autre chose.

Article précedent

JOURNAL DE 07:30 LE 04/05/17

Article suivant

Beachsoccer – Coupe du monde 2017 : Les Tiki Toa arrachent la qualification pour les demi finales

3 Commentaires

  1. 4 mai 2017 à 22h52 — Répondre

    Bravo Monsieur Talercio ! votre édito est parfait ! félicitations !

  2. StopChalala-Action
    5 mai 2017 à 4h54 — Répondre

    Ton édito se passe de commentaire tant il est bien vu et bien dit, n’en déplaise à certains.

  3. mana
    5 mai 2017 à 10h49 — Répondre

    Mr Talercio et si vous parlé un peu du bilan de Mr Macron losrqu’il était ministre durant le quinquennat de Mr Hollande…

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Débat du second tour : l’indignité signée Marine – Edito 04/05/2017