ACTUS LOCALESFAITS DIVERS

Des dizaines de polynésiens victimes d’un site de commande groupée

© Capture d’écran du site internet de la société NTI.

La société New Technologie Import (NTI Tahiti) est-elle encore en fonctionnement ? De très nombreuses personnes tirent la sonnette d’alarme sur les réseaux sociaux après avoir passé commande et payé pour du matériel numérique haut de gamme mais sans jamais avoir pu récupérer leurs produits. Conseiller au CESC et victime de cette situation, Patrick Yieng Kow annonce avoir déposé plainte auprès de la gendarmerie.

L’affaire commence à résonner sur les réseaux sociaux. Patrick Yieng Kow, qui siège au CESC, à la CCISM et au CA du régime des non-salariés de la CPS, a publié en fin de semaine un long post sur la célèbre page Facebook « Allo, qui sait quoi ? » pour dénoncer les pratiques de la société NTI (New Technologie Import). Sur la même page, de très nombreux témoignages corroborent les accusations du conseiller au CESC. L’entreprise NTI propose des produits électroniques, comme des ordinateurs, des équipements informatiques ou des logiciels, à des prix d’achats en gros. Patrick Yieng Kow a déjà passé plusieurs commandes avec la société et a récupéré à chaque foi ses produits. Content du service, il a donc repassé commande il y a quelques mois. Mais la commande n’est jamais arrivée, même si le paiement, lui, a bel et bien été débité de son compte en banque. Ne voyant rien venir, Patrick Yieng Kow a appelé le responsable, Laurent Micheau, essayant de comprendre ce qui se passait.

La commande aurait été expédiée vers Haïti au lieu de Tahiti, selon le correspondant de NTI qui a assuré que le nécessaire était fait pour rapatrier le matériel à bon port. Quelques semaines plus tard, ne voyant toujours rien venir, Patrick Yieng Kow a rappelé à nouveau… Mais la société et ses représentants sont maintenant aux abonnés absents.

Une plainte a été déposée jeudi 19 janvier dernier auprès de la gendarmerie de Punaauia. Selon Patrick Yieng Kow, plusieurs dizaine de clients de NTI ont également saisi la justice. Il s’est également déplacé à la boutique du revendeur de la société à l’aéroport de Faa’a où le responsable du magasin lui a affirmé que le responsable de NTI serait allé aux États-Unis puis en Australie. Voulant alerter les consommateurs, Patrick Yieng Kow a posté un message sur Facebook. Et c’est une avalanche de réponses et de commentaires qui sont arrivés. Plusieurs personnes ont dit également attendre leur commande depuis plusieurs mois et s’inquiéter, d’autant que le responsable reste injoignable et que la page Facebook de l’entreprise a été désactivée. Seul le site est toujours en ligne. Radio 1 a également tenté de contacter la société sans y parvenir.

Article précedent

Olivier Pôté, de l'Adie à la FACE Polynésie

Article suivant

Des remèdes à base de peau d'éléphants, nouvelle mode en Birmanie

2 Commentaires

  1. Tama Maohi
    23 janvier 2017 à 8h54 — Répondre

    Vous avez bien raison monsieur de porter plainte et continuez vos démarche juridique et à FAAITOITO …

  2. klington
    25 janvier 2017 à 9h18 — Répondre

    Pour information, Monsieur Laurent Micheau, propriétaire de NTI, vit maintenant en Australie. Il risque d’être difficile à attraper.
    La vie est chère là-bas, il faut le comprendre…

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Des dizaines de polynésiens victimes d’un site de commande groupée