EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Des smileys comme s’il en pleuvait – Edito 06/10/2017

Je suis sûr que vous ne le saviez pas mais derrière les smileys, émoticônes ou autres emojis, il y a une incroyable histoire de gros sous. Pour ceux qui se sentent largués je parle de ces combinaisons de caractères qui permettent de créer des petits dessins exprimant un ressenti comme les deux points, le trait d’union et la parenthèse fermée  pour représenter un visage qui sourit 🙂 . Cela se traduit par un pictogramme où une jolie petite bouille jaune vous sourit et d’ailleurs le logiciel de traitement de texte que j’utilise pour taper cet édito ne m’a même pas demandé mon avis et a directement affiché le smiley équivalent.

Ce célèbre petit avatar a été créé en 1963 par un artiste américain, Harvey Ball. Le seul hic, n’anticipant l’ombre d’un instant pas le succès mondial et colossal de son invention, il omet de la protéger dans un institut spécialisé, l’équivalent de l’INPI en France. C’est ainsi qu’en 1972 un journaliste français, Franklin Loufrani, reprend l’idée et la transforme quelque peu, sauf que lui il la protège. Il crée une société baptisée « Smiley World » qui lui permettra de commercialiser des milliers de déclinaisons différentes, et de faire fortune. Avec l’avènement de l’internet et des réseaux sociaux ils ont été mis à la disposition gratuite du grand public qui se les ont accaparés.

Ces symboles graphiques sont devenus la carte de visite d’une génération numérique dont ils forment l’ADN. Comme le notait un article des Echos l’an dernier, grâce à eux « fini les barrières de la langue », les signes sont reconnus n’importe où dans le monde et permettent des interactions inédites entre individus culturellement aux antipodes les uns des autres. Les japonais ont joué un rôle majeur pour que ces smileys devenus des emojis deviennent des incontournables.

Il y en a de toutes sortes, qui expriment une panoplie quasi complète d’émotions, certains sont mêmes particulièrement figuratifs et explicites, comme le célèbre caca qui sourit et qui change quelque peu notre rapport à la chose. Ils ont en tout cas une vertu, c’est d’avoir permis grâce à Harvey Ball qui en est historiquement à l’origine la création de la journée mondiale du sourire. Et comme par hasard, elle tombe aujourd’hui.

L’idée c’est qu’en ce jour en particulier on se rende compte de notre pouvoir de changer le monde grâce à un sourire. Alors ne vous retenez surtout pas, utilisez vos zygomatiques à fond et faites-vous un artisan d’une société où l’on arrive encore à prendre du recul sur nos problèmes du quotidien avec cette simple expression de votre visage. Regardez ensuite le potentiel quasi magique que cela peut avoir sur la personne qui la capte et vous vous rendrez vite compte du pouvoir réparateur que cela vous procurera.

Article précedent

Répondeur de 7:30, le 06/10/2017

Article suivant

Disparition de l’anthropologue Yoshihiko Sinoto

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Des smileys comme s’il en pleuvait – Edito 06/10/2017