ACTUS LOCALESSOCIÉTÉ

Deux margouillats ont court-circuité le CHPF

© Cédric Valax

© Cédric Valax

Non, ce n’est pas une blague. Deux margouillats sont à l’origine du blackout survenu lundi soir au CHPF de Taaone. Les deux reptiles ont court-circuités les bornes d’alimentation de l’établissement !

Le directeur par intérim de l’hôpital de Taaone, James Cowan, était entouré de la directrice de cabinet du ministre de la santé, Mareva Tourneux, du président de la commission médicale du CHPF, Philippe Dupire, du directeur de Cégélec, Frédéric Dock, et du responsable de la sécurité, Roger Mahinui, pour annoncer mardi matin les raisons du blackout survenu la veille pendant plus d’une heure à l’hôpital. L’origine de l’incident a été détecté assez rapidement, 20 minutes après le blackout, après la découverte de « deux margouillats » grillés dans les bornes d’alimentation de l’établissement ! « Dans l’automate, il y a un boitier d’alimentation de 48 volt qui a grillé, car il y a deux margouillats qui se sont court-circuités sur les bornes d’alimentation », explique Frédéric Dock. « C’est un évènement extérieur courant sur les postes électriques, mais dans un poste comme celui-là ce n’est pas courant car il est bien étanche  et bien fermé ».

Deuxième blackout

Le président de la commission médicale du CHPF de Taaone Philippe Dupire affirme lui que « le risque zéro n’existe pas, mais que tous les systèmes (de secours) ont fonctionnés ». De son côté le directeur par intérim du CHPF, James Cowan, a expliqué qu’un blackout avait « déjà eu lieu il y a trois ans en pleine journée à cause d’un défaut de câble ». Lorsque ces incidents surviennent, tous les systèmes inutiles comme les cafetières ou les distributeurs sont fermés, pour éviter toute consommation inutiles. Il n’y a donc que les services vitaux comme la réanimation, le bloc opératoire, l’hémodialyse ou encore  l’imagerie qui restent « priorisés ».

Des débriefings ont eu lieu et seront encore organisés avec le personnel pour avoir des retours d’informations de tous les services, affirme James Cowan.

© Radio 1
Article précedent

Simple amende pour Flosse dans l'affaire de la vaisselle

96279c1523e60e7b852274db8328989857eafc9d
Article suivant

Condamné à l'état végétatif, il marche : le miracle du curé gaucho

3 Commentaires

  1. Iritahua
    12 octobre 2016 à 7h23 — Répondre

    Il y avait tellement de magouilles dans la construction de cet hôpital, les margouillats s’en mêlent pour revendiquer leurs parts.

  2. IGASSE
    12 octobre 2016 à 9h46 — Répondre

    c’est quand même drôle cet espèce de satisfécit des dirigeants et du ministère.

    deux petits margouillats qui ont foutu le bordel dans the hôpital censé être le fleuron de notre médecine publique.

    c’était limite,pour cette fois ci.

    and the next?

  3. 12 octobre 2016 à 13h07 — Répondre

    Encore un as de l’orthographe et de la grammaire qui a rédigé ce texte…

    Non, ce n’est pas une blague. Deux margouillats sont à l’origine du blackout survenu lundi soir au CHPF de Taaone. Les deux reptiles ont court-circuités les bornes d’alimentation de l’établissement !

    Le directeur par intérim de l’hôpital de Taaone, James Cowan, était entouré de la directrice de cabinet du ministre de la santé, Mareva Tourneux, du président de la commission médicale du CHPF, Philippe Dupire, du directeur de Cégélec, Frédéric Dock, et du responsable de la sécurité, Roger Mahinui, pour annoncer mardi matin les raisons du blackout survenu la veille pendant plus d’une heure à l’hôpital. L’origine de l’incident a été détecté assez rapidement, 20 minutes après le blackout, après la découverte de « deux margouillats » grillés dans les bornes d’alimentation de l’établissement ! « Dans l’automate, il y a un boitier d’alimentation de 48 volt qui a grillé, car il y a deux margouillats qui se sont court-circuités sur les bornes d’alimentation », explique Frédéric Dock. « C’est un évènement extérieur courant sur les postes électriques, mais dans un poste comme celui-là ce n’est pas courant car il est bien étanche et bien fermé ».

    Deuxième blackout

    Le président de la commission médicale du CHPF de Taaone Philippe Dupire affirme lui que « le risque zéro n’existe pas, mais que tous les systèmes (de secours) ont fonctionnés ». De son côté le directeur par intérim du CHPF, James Cowan, a expliqué qu’un blackout avait « déjà eu lieu il y a trois ans en pleine journée à cause d’un défaut de câble ». Lorsque ces incidents surviennent, tous les systèmes inutiles comme les cafetières ou les distributeurs sont fermés, pour éviter toute consommation inutiles. Il n’y a donc que les services vitaux comme la réanimation, le bloc opératoire, l’hémodialyse ou encore l’imagerie qui restent « priorisés ».

    00:00

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Deux margouillats ont court-circuité le CHPF