ACTUS LOCALESJUSTICE

Deux premières gardes à vue au SG de l’assemblée

C’est une information Radio 1. En fin de semaine dernière, deux des quatre « chargés d’études » du secrétariat général (SG) de l’assemblée ont été placés en garde à vue pendant quelques heures à la brigade financière de la Direction de la sécurité publique (DSP). Des auditions menées dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte en février dernier pour des soupçons de « détournement de fonds publics » sur l’embauche des quatre employés de l’institution réputés proches du Tahoeraa.

L’enquête sur les mystérieux chargés d’études de l’assemblée se poursuit. Après la perquisition menée en mars dernier dans les locaux de l’assemblée et dans le bureau de son président Marcel Tuihani, les policiers de la brigade financière de la DSP ont procédé à deux premières auditions sous le régime de la garde à vue en fin de semaine dernière. Ranitea Amaru et Fabien Dubois, deux chargés d’études du secrétariat général de l’assemblée, ont été entendus pendant quelques heures par les enquêteurs avant d’être remis en liberté. Les deux autres employés visés par l’enquête, Liza Chan et l’ancienne ministre du gouvernement Flosse, Manolita Ly, doivent également être convoqués dans les jours à venir. A partir des données collectées lors de la perquisition à l’assemblée, les enquêteurs cherchent à savoir si les quatre employés ont travaillé pour le compte de l’institution, comme le prévoit leur contrat, ou s’ils ont en réalité été recrutés pour le compte du Tahoeraa.

Ce sont les déclarations de l’élue RMA, Nicole Bouteau, en pleine séance à l’assemblée qui ont conduit à l’ouverture de cette enquête préliminaire en février dernier. Quelques semaines plus tôt, l’élue avait interrogé Marcel Tuihani sur les missions dévolues aux quatre chargés d’études rémunérés sur un budget annuel de 39 millions de Fcfp et censés oeuvrer pour le compte de l’assemblée. Nicole Bouteau s’étonnait notamment de la présence de ces quatre employés de l’institution « aux réunions du groupe Tahoeraa ». Après la perquisition de mars dernier, le président de l’assemblée, Marcel Tuihani, avait défendu sur Radio 1 la réalité du travail « pour l’assemblée de la Polynésie française » des quatre chargés d’études, reconnaissant qu’ils pouvaient parfois être « mis à la disposition des élus et des groupes politiques ».

Article précedent

Prêtre assassiné: hommage à Notre-Dame, l'EI diffuse une video des assassins

Article suivant

Maison Blanche: Obama veut conduire "Hillary" à la victoire

3 Commentaires

  1. et l'autre alors
    28 juillet 2016 à 7h05 — Répondre

    le tahoéraa a embauché aussi le mari du mootua de leur président celui qui était a fénua ma,au moyen généraux du pays a ne rien foutre en olus chef de service oui le gendre a président condamnédu gouvernement on appelle ça la mafiautonomie interne

  2. Polux
    28 juillet 2016 à 7h15 — Répondre

    Comment voulez vous que nous puissions faire confiance aux hommes politique de ce pays ? Cela n’est pas possible et c’est pour cela que ceux-ci ne se cache plus et pillent le pays. Ce sont des peines de prisons fortes qu’ils faut appliquer à ces gangsters.

  3. Iritahua
    28 juillet 2016 à 7h50 — Répondre

    Elle n’est pas belle la vie pour un salaire de 812 500 XPF par mois, vu le salaire ce sont plutôt des ministres. Encore sur le dos des contribuables. Vive le Tahoeraa.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Deux premières gardes à vue au SG de l’assemblée