ACTUS LOCALESSOCIÉTÉ

Disparition d’Abner Guilloux, personnalité du monde économique et associatif

Abner Guilloux, ancien directeur de la CCISM et administrateur judiciaire, est décédé hier soir en métropole. Membre actif de l’association culturelle chinoise Wen Fa, et président de l’association Taoli, il était très investi dans des œuvres caritatives et éducatives.

Abner Guilloux avait été évasané en début de semaine vers la métropole où il a dû subir une opération chirurgicale. Il s’est éteint la nuit dernière à l’âge de 62 ans. Il laisse, pour ses proches, l’image d’un homme « très engagé dans tout ce qu’il faisait ».

Engagé au niveau professionnel, d’abord. Diplômé de l’Edhec de Lille, il avait longtemps travaillé dans la société familiale, les établissements Farnham, qu’il avait participé à relancer après leur incendie en 1995. En 2001 il devient directeur de la CCISM, poste qu’il occupera pendant onze ans. Une période durant laquelle la chambre « se modernise » et « accompagne énormément de projets de développement du pays », explique un élu. « Il était connu comme un homme de dossier, mais aussi de consensus, très apprécié par les élus et par les ressortissants » se souvient son ami Guy Loussan, élu à la chambre durant ces années.  Après son départ de la CCISM, en 2012, il était devenu administrateur et mandataire judicaire, fréquemment désigné par le tribunal de Papeete dans le cadre de procédures de redressement ou de liquidation de sociétés. « Là encore, il était dans le consensus. Il voulait trouver des solutions pour permettre aux actionnaires et aux salariés de ces entreprises de sortir la tête haute », reprend le commerçant.

Abner Guilloux était en outre très engagé dans le monde associatif. Longtemps footballeur à l’AS Dragon, il restera investi dans le sport, mais a surtout beaucoup donné de son temps dans le milieu culturel et caritatif. Actif au sein de l’association Wen Fa, qu’il avait présidée, et Hei Taina, qui a regretté la disparition d’un « ami, d’un partenaire, et d’un confident », il a aussi été, un temps, président du Lions Club. Depuis 2019, il présidait l’association Taoli, fondée avec sa femme Lucie et qui rassemble les enseignants de mandarin du pays. Ensemble, ils œuvraient pour la promotion de de la langue chinoise et pour encourager les échanges culturels entre la Chine et la Polynésie. « Quelqu’un de très généreux, un cœur très gros, décrit Guy Loussan. C’est une grande perte pour la communauté ».

Abner Guilloux (au centre) avec des proches et Antoine Kombouaré. ©D.R.

« Le décès d’Abner Guilloux ampute la Polynésie française d’un soutien indéfectible de l’esprit d’entreprenariat doublé d’un inlassable défenseur de la culture chinoise, »  écrit le président Édouard Fritch dans un message de condoléances. « Le Président et le gouvernement tiennent à exprimer à sa famille leurs sincères condoléances, leur soutien et leur compassion dans cette épreuve. Ils veulent en outre témoigner de leurs pensées proches à tous ceux qui ont accompagné le parcours du défunt et qui ont pu apprécier les réelles valeurs humaines dont Abner Guilloux, tout au long de sa vie, a su faire montre. »

Article précedent

La revue de presque de Nicolas Canteloup d'Europe 1 - L'intégrale du 4/12/2020

Article suivant

LA PASSION DU VIN 4/12/2020

1 Commentaire

  1. simone Grand
    5 décembre 2020 à 8h37 — Répondre

    Son sourire et son regard bienveillants manqueront à tous. Amicales pensées à son épouse, ses parents et enfants.

Répondre à simone Grand Annuler la réponse.

PARTAGER

Disparition d’Abner Guilloux, personnalité du monde économique et associatif