ACTUS LOCALESSANTÉ

Don d’organe par défaut : la Polynésie devra attendre

© DR

Depuis le 1er janvier en métropole tout citoyen est automatiquement considéré comme potentiels donneur d’organes à son décès, sauf à se déclarer sur le registre de refus. Ce décret n’est pas encore applicable au fenua.

Le décret relatif aux modalités d’expression du refus de prélèvement d’organes après le décès est entré en vigueur le 1er janvier 2017 en métropole. Dans les faits, tous les citoyens sont désormais des donneurs potentiels sauf à en avoir exprimé le refus.   Toute personne refusant le prélèvement d’organes devra donc faire la démarche de le faire savoir explicitement.  Soit en s’inscrivant sur un registre de refus, soit en l’exprimant par écrit dans un document confié à un proche. Sans quoi le prélèvement d’organe pourra être réalisé, et c’est la nouveauté, même sans l’accord de la famille. Pour l’instant ce décret n’est pas encore applicable au fenua. Ce que regrette l’infirmière en charge de la coordination hospitalière des prélèvements d’organes, Karine Domelier. Elle affirme que désormais en métropole « les gens vont se positionner et réellement se poser la question de savoir si oui ou non ils veulent donner leur organes à leur mort, cela peut-être un avantage pour nous ».

En Polynésie près d’une cinquantaine de transplantation rénale a déjà eu lieu. Plus d’une centaine de patients sont toujours  inscrits sur la liste d’attente pour recevoir un greffon.

 

Article précedent

En 2017 le divorce par consentement mutuel se fait sans juge

Article suivant

Les braconniers de Bora Bora seront jugés le 25 janvier

3 Commentaires

  1. 2 janvier 2017 à 18h13 — Répondre

    L’état nous pompe… même après la mort !
    Je rappelle que les interventions chirurgicales sont onéreuses et qu’on vous demande un don.

    Alors, non, non et non !

  2. Carron
    2 janvier 2017 à 20h35 — Répondre

    Réponse à JBAUDHUIN
    Si je te comprends tu n’est pas donneur c’est ton droit par contre si un jour tu as besoin d’un rein d’un poumon d’un coeur ou autre organe tu refuseras? J’attends ta réponse merci

  3. 3 janvier 2017 à 16h03 — Répondre

    Que cela soit un choix propre à chacun, je suis pleinement d’accord… Qu’on te ponctionne sans te demander ton avis, c’est un abus !

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Don d’organe par défaut : la Polynésie devra attendre