ACTUS LOCALESJUSTICE

Douaniers de l’aéroport : les parties civiles réclament plus de 100 millions

©Cédric Valax

©Cédric Valax

Deuxième journée d’audience au tribunal correctionnel de Papeete qui examine toute cette semaine une vaste affaire de concussion, d’importation illégale de marchandises et de fausses déclarations. Vingt-cinq prévenus sont à la barre dont treize douaniers. Le Pays, l’Etat et Air Tahiti Nui se sont constitués parties civiles et réclament au total plus de 100 millions de Fcfp au titre des préjudices subis.

Les auditions des prévenus se poursuivent au tribunal correctionnel de Papeete. Au deuxième jour de ce vaste procès pour concussion, importation illégale de marchandises fortement taxées et fausses déclarations, le président du tribunal a entendu une partie des treize douaniers impliqués dans ce dossier. Accusés de ne pas avoir appliqué la réglementation en favorisant l’entrée de marchandises et d’avoir bénéficié en échange de petits arrangements, ces derniers ont cherché à minimiser les faits. Les débats se poursuivront mercredi avant les plaidoiries des parties civiles, jeudi. Elles sont trois dans cette affaire avec le Pays, l’Etat et la compagnie Air Tahiti Nui. Toutes réclameront des dédommagements au titre des préjudices subis. Au total, ce sont plus de 100 millions Fcfp qui seront demandés. Dans cette affaire, et puisque la douane est un service d’Etat mis à disposition de la Polynésie, c’est le Pays qui s’estime le plus lésé. En premier lieu pour ne pas avoir perçu les taxes sur le matériel importé illégalement mais surtout en terme d’image comme l’explique Me Stéphane Maillard.

L’avocat du Pays précise que les 5,9 millions Fcfp qu’il demandera au titre du préjudice matériel n’est que « la partie immergée de l’iceberg ». Il explique que le calcul a été réalisé sur la base des 12 millions Fcfp de marchandises ayant pu être identifiées sur la période 2008-2011 « sachant à priori qu’il y a beaucoup plus qui est passé ».

Double préjudice également pour l’Etat représenté ici par Me Dominique Bourion. Il demande 6 millions Fcfp au titre du préjudice moral et surtout des mesures disciplinaires à l’encontre des douaniers.

Air Tahiti Nui réclame pour sa part 9 millions Fcfp pour les fausses déclarations de concubinage ayant permis à certains agents impliqués de voyager avec des billets GP.

 

Article précedent

La réforme de la perliculture inquiète les négociants

Article suivant

Sous le périph' parisien, un restaurant-squat contre le gaspillage alimentaire

2 Commentaires

  1. Iritahua
    6 avril 2016 à 8h11 — Répondre

    Ça commence par œuf et la gourmandise termine par un bœuf.

  2. popo
    7 avril 2016 à 2h31 — Répondre

    5,9 + 6 + 9 = 20,9 M ou 100 M ?

Laisser un commentaire

PARTAGER

Douaniers de l’aéroport : les parties civiles réclament plus de 100 millions