EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Du bruit à en devenir dingue … – Edito 14/08/2018

Je finis par comprendre les gens qui tombent en dépression à cause du bruit. J’ai déjà eu l’occasion que l’on se confie à moi de manière poignante. Je sentais les gens au bout du rouleau, et au fond de moi, comme je ne l’avais pas vécut personnellement je me disais qu’ils en rajoutaient peut être un peu. Mais en fait je confirme, le bruit use, le bruit abîme, le bruit peut rendre fou.

J’ai ainsi une pensée affectueuse pour cette dame qui depuis des années n’a droit à aucun répit le week-end venu. Le tapage est continu, injurieux, rien n’y fait. Certains lui ont bien dit de rentrer chez elle car elle a la peau un peu pâle par rapport à eux, mais croyez le où non, là où elle vit elle est chez elle.

Je pourrais vous faire une longue liste de cas poignants, de personnes qui se retrouvent en incapacité de pouvoir être productifs à cause des abuseurs. Moi comme d’autres depuis des mois, après la montagne qui a été sacrifiée à coups de marteaux-piqueurs, c’est maintenant une résidence qui est en train de sortir de terre. Dès 6h15 du matin les nuisances démarrent, et aujourd’hui à 18h30 la scie à métaux était encore en action. Parfois quand vous allez chez des amis ou de la famille, qu’eux ils sont dans un environnement paisible, vous êtes pris aux tripes, vous vous sentez déboussolé car vous aviez oublié ce que c’était que le silence, la sérénité.

Il faudrait punir la pollution sonore au même titre que la pollution « tout court ». Mais j’oubliais, à ce niveau-là déjà c’est vrai que l’on a largement un train de retard. Au moins un. Alors il y a des valeureux, je pense à Roland Garrigou et les membres de son association Te Ora Hau qui martèlent depuis des années, démonstrations à l’appui que la situation est très grave. Qu’il s’agit en réalité d’un véritable problème de santé public dont nous n’effleurons qu’à peine le sommet de l’iceberg. Ils avaient bien tenté de demander aux candidats aux dernières territoriales de s’engager pour leur manifeste, mais vous savez ce que c’est, une fois les élections passées, un problème vient après l’autre au rythme où on veut bien les traiter. Et comme je ne vous apprend rien, vu qu’il n’y a pas des flèches partout dans ce pays, y’en a qui auront le temps de devenir dix fois sourds ou d’avoir fait trois séjours en psychiatrie avant que ça n’arrive sur le sommet de la pile.

Comme je l’avais déjà préconisé pour les pollueurs que l’on surprend à jeter leurs détritus n’importe où, il faut aussi oser s’ériger contre les nuisances sonores, devenir s’il en est vraiment besoin l’élément de nuisance de celui qui nuit. Faire le dos rond, ne pas oser parler, subir ce n’est franchement pas la solution.

Article précedent

Championnat OFC U-19 / Bruno Tehaamoana : ” On compte sur le soutien de la population mercredi soir”

Article suivant

Kevin Richmond candidat à Mister Grand International

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Du bruit à en devenir dingue … – Edito 14/08/2018