EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Du « pito-isme » et du ridicule … – Edito 22/01/2019

Le nombrilisme a son équivalent local, le célèbre « pito-isme ». Cette variante piquée au Tiare se différencie par un ego surdimensionné, un complexe de supériorité et une mauvaise foi sans borne. Le pitoisme trouve toute sa saveur et dévoile son effrayante ampleur lorsqu’au demeurant il est employé par des personnes qui ne jouissent pas d’une très grande culture générale et qui en plus veulent donner des leçons à tout va.

C’est amusant de se rendre compte que tout un pan de la société polynésienne semble découvrir le monde dans lequel il vit via le prisme qui est offert par Vaimalama, au rythme de ses apparitions médiatiques en tant que Miss France 2019. Et vas-y que lui il est vulgaire, que l’autre il est sexiste et celui là est un con.

Nonobstant de l’absolue insignifiance que représente la Polynésie dans l’inconscient collectif du reste du monde – parce que cela ferait bien trop mal de se le figurer – certains trouvent toutes les occasions pour monter sur leurs grands chevaux et dénoncer la supposée inconséquence de tous ceux qui ne seraient pas digne du rang de Vaimalama la tahitienne.

Incapables de se rendre compte que les épanchements de propos souvent totalement racistes ne sont en fait pas susceptibles de glorifier l’esprit polynésien et ce qu’il serait supposé représenter comme exemple aux yeux de tout le genre humain ; c’est l’inverse de ce que l’on vise que l’on récolte.

Honnis soient tous ces scélérats de la bienséance incapables de réfréner un genre qui pourtant leur permet depuis des années de fédérer des millions de téléspectateurs devant leurs émissions. Comment osent-ils attenter à sa majesté Vaimalama ? Très loin d’être dupe ou idiote, notre Miss doit parfois ronger son frein en voyant les sorties de ses compatriotes qui croyant la défendre, créent en fait le malaise en en faisant beaucoup trop.

En se faisant pourfendeur d’une supériorité tahitienne eu égard à la marche de la planète, de ses peuples qui auraient tant à apprendre de nous, on est tout simplement ridicules.

Personne ne vaut mieux qu’un autre, on a tous à apprendre de nos différences, même si parfois elles nous font grincer des dents. Personne n’a le monopole de l’humour qui fait mouche. C’est par leur patience, leur tolérance et leur bienveillance que les polynésiens peuvent faire la différence et prétendre à peser dans la balance.

Article précedent

Jean-Marc Regnault veut réhabiliter Pouvana’a dans les livres d’histoire

Article suivant

Pas de récusation mais un changement de juges pour l’affaire du Street shop

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Du « pito-isme » et du ridicule … – Edito 22/01/2019