ACTUS LOCALESEDUCATIONEMPLOI

Édouard Fritch à Paris pour discuter de la continuité territoriale

©Cédric Valax/Archives Radio1

Le président du Pays est parti samedi soir à Paris pour assister au lancement du chantier de la rénovation de la continuité territoriale.

Suite au vote, en 2017, de la loi sur l’égalité réelle en Outre-mer (Erom), un rapport parlementaire d’information, présenté en octobre dernier par la Délégation aux Outre-mers, avait souligné l’urgence de rénover le dispositif de continuité territoriale, qui ne satisfait aucun des départements et des territoires d’outre-mer français.

La ministre des Outre-mers Annick Girardin ouvre cette semaine à Paris les discussion sur la continuité territoriale, et Édouard Fritch estime qu’il devait y être alors que les besoins sont si grands. Rappelons que la continuité territoriale n’a bénéficié qu’à 492 personnes (hors passeport mobilité pour les étudiants) et une dépense de 27,8 millions de Fcfp. Toutefois il ne sera pas question cette fois de continuité intérieure, une demande récurrente de la Polynésie où le coût d’un aller-retour entre les Marquises et Tahiti est désormais égal à celui d’un Papeete-Los Angeles-Papeete.

Le mode de calcul de l’aide aux déplacements est également une préoccupation. Doit-on garder un montant forfaitaire, ou plutôt déterminer un pourcentage du prix du billet d’avion ?

Enfin, le président du Pays a bon espoir d’obtenir gain de cause sur l’inclusion dans le dispositif de continuité territoriale des déplacements dans le cadre de la formation continue, mais ce ne sera pas pour tout de suite : «  Je pense que je réussirai, mais on n’est pas totalement prêt pour l’heure parce que déjà ici, en Polynésie française, j’estime que nous avons encore beaucoup à faire pour accompagner les demandeurs d’emploi et ceux qui sont en reconversion, je trouve qu’il faut parfaire notre système pour qu’il soit plus efficient. »

Article précedent

Internet : l’OPT va augmenter la capacité des câbles cette année

Article suivant

Répondeur de 6:30, le 27/01/2020

1 Commentaire

  1. Kiaora
    26 janvier 2020 à 18h08 — Répondre

    La continuité territoriale ne profite aujourd’hui (hormis de rares exceptions) qu’à des tricheurs qui ne déclarent pas leurs revenus. En effet, les seuils de ressources sont tellement bas, que les personnes concernées n’ont pas les moyens du payer le reste du prix du billet et surtout n’ont pas la possibilité de séjourner en France. Les rares exceptions sont surtout des accompagnateurs non agréés de personnes en evasan et qui bénéficient de la solidarité familiale.

Répondre à Kiaora Annuler la réponse.

PARTAGER

Édouard Fritch à Paris pour discuter de la continuité territoriale