ACTUS LOCALESECONOMIEPOLITIQUE

Édouard Fritch plaide pour le couvre-feu… au nom de la « démocratie »

Alors que la France entame une levée progressive des mesures de restrictions sanitaires, le président a rappelé que l’ensemble des tavana soutenaient le couvre-feu. Et assure même que c’est aussi le cas de la majorité de la population.

« C’est l’outil le plus efficace que nous ayons eu à notre disposition ici ». Dominique Sorain et Édouard Fritch sont d’accord : en « cassant les rassemblements festifs », à l’origine de nombreux foyers de contamination lors de la réouverture de juillet, le couvre-feu « a permis d’avoir des résultats » dans la gestion de la crise. Mais dans les discours, c’est bien le président qui a semblé plus insistant sur la nécessité de maintenir cette mesure inédite, en place depuis plus de 7 mois. J’entends quelques esprits procéduriers qui brandissent l’entrave à la liberté d’aller et venir, a ainsi pointé Édouard Fritch. J’affirme que tous les maires de Polynésie désirent le maintien du couvre-feu dans les conditions actuelles. J’affirme qu’une grande majorité de la population polynésienne désire le maintien du couvre-feu dans les conditions actuelles. Aussi, lorsque certains parlent d’entrave à la liberté, c’est sans doute d’une minorité. En démocratie, on m’a toujours dit que c’est la légitimité du plus grand nombre gagne sur le petit nombre ».

Légitime démocratiquement le couvre-feu ? Le chef du gouvernement, qui n’est pas décisionnaire sur ce sujet, ne met en avant ni sondage ni étude pour appuyer cette analyse. Mais le message, lui est clair : à Tahiti et à Moorea, « le couvre-feu sera maintenu de 22h à 4h du matin, tous les jours de la semaine ». Et le Pays semble prêt à demander à l’État le maintien de la mesure aussi longtemps que possible. « Le calme est revenu dans le pays, il y a moins d’accidents de la route, moins de dérapages dans nos quartiers et tout ça est bien sûr favorable à la vie de notre société », précise le président, qui assure tout de même, un peu plus tard, que le couvre-feu est « bien sûr lié à la pandémie ». Cette interdiction de circuler n’est-elle pas surtout arrangeante pour les autorités locales, qui ont à déployer moins de moyens pour la sécurité ? « Quand on lutte contre l’alcoolisme, avec les accidents à partir de minuit sur la route, lorsqu’on lutte contre le bruit, lorsqu’on lutte contre ces jeunes dans la rue à 11 heures, je pense que c’est plus dans l’intérêt général que ce couvre-feu intéresse les responsables de l’ordre public », répond Édouard Fritch.

La Polynésie suspendue aux évolutions nationales

Si le président se montre insistant sur ce point, c’est qu’au niveau national les élus planchent en ce moment même sur une loi organisant la sortie de l’état d’urgence sanitaire. Et cette sortie passe notamment par un allègement du couvre-feu. Après un passage de 19 heures à 21 heures la semaine dernière, en métropole l’interdiction de circuler devrait être repoussée à 23 heures dès le 9 juin. Le 30 juin, « si la situation sanitaire s’est améliorée », le couvre-feu pourrait être purement et simplement supprimé. Dominique Sorain, s’il rappelle lui aussi les intérêts du couvre-feu en Polynésie, laisse entendre que le fenua pourrait suivre cette évolution. Le haut-commissaire rappelle au passage une évidence : le couvre-feu est une « atteinte aux libertés » et « un système tout à fait exceptionnel ». Malgré son « efficacité » en Polynésie ou ailleurs, il n’y aura d’ici quelques semaines « plus de raison de mettre en place un couvre-feu pour des raisons sanitaires ». « Dommage » souffle, en fond, le président Édouard Fritch.

 

Le couvre-feu moins contraignant qu’en métropole : oui, mais…

Édouard Fritch et Dominique Sorain ont tout deux pris soin de souligner, dans leur discours, que le couvre-feu a « toujours été moins contraignant » en Polynésie qu’en métropole. Et il est vrai que, dans la dureté des mesures de lutte contre la deuxième vague épidémique, la Polynésie, qui avait été la première a mettre en place la mesure en sortie du premier confinement, a eu droit à un régime plus souple que le reste du territoire. Dans l’Hexagone, le couvre-feu a été mis en place à partir du 17 octobre d’abord dans les grandes métropoles, puis, à partir du 22 octobre, à l’échelle nationale. Il s’étale alors de 21 heures à 6 heures du matin, et la Polynésie, qui l’applique à son tour du 4 octobre, bénéficie d’une « dérogation » pour le lever dès 4 heures. Et s’il faudra atteindre le 19 février pour que l’heure d’interdiction de circuler soit repoussée à 22 heures (d’abord deux jours par semaine, puis toute la semaine mi-mars) à Tahiti, la métropole évoluera d’abord dans le sens inverse : couvre-feu à 20 heures fin décembre, puis à 18 heures dans certaines zones à incidence élevée, à partir du 2 janvier. Douze heures d’interdiction de sortir, qui ne seront allégées que le 20 mars (19 heures) puis le 19 mai (21 heures) côté Hexagone.

Mais ce qu’oublient de dire les deux responsables, c’est que ces mesures ont globalement suivi le taux d’incidence en métropole, où la deuxième vague épidémique ne s’est jamais complètement arrêté. L’incidence nationale actuelle, de 124 cas pour 100 000 habitants sur une semaine, et qui justifie en métropole un allègement voire une suppression du couvre-feu, la Polynésie l’avait atteinte dès le 18 janvier. Et si l’incidence était à plus de 700 cas par semaine pour 100 000 habitants lors de la mise en place de la mesure, elle était la semaine dernière à 9 cas/ 100 000. Le couvre-feu polynésien, lui, n’a depuis quasiment pas bougé.

 

Article précedent

La production de crédit baisse de 25% au 1er trimestre

Article suivant

Événement « Mamas and Papas » : rencontrer de nouveaux créateurs pour consommer autrement

3 Commentaires

  1. Wilfried
    26 mai 2021 à 7h38 — Répondre

    Eh bien… Apparemment, plus le mensonge est gros, mieux ça passe! Qui est donc cette fameuse majorité ? Combien de personnes interrogées et sous quelle conditions ? Le couvre feu actuel n’est qu’un prétexte pour camoufler l’incompétence du président et des maires contre la lutte des stupéfiants, de l’alcool et tous les autres types de nuisances laissées de côté depuis des années par ces mêmes représentants successifs. Moins de problèmes ? Ils sont juste déplacés à des endroits plus « discrets », en aucun cas ils sont réglés. Le couvre feu tout comme pour la vente d’alcool réglementée n’empêche pas les beuveries ni le « marché noir » actuel née des ces mesures complètement hallucinantes et inefficaces… En attendant sur la vente d’alcool, à part faire chier les gens qui bossent à la sortie du boulot pour pouvoir passer à la caisse à l’heure, cela n’empêche pas les autres de faire un stock de « munitions » le reste de la journée ou s’alimenter sur le « marché parallèle » (bien présent) à toutes heures. Mr Fritsch, se mettre des oeillères et se venter des résultats mirages face à une population mouton marche peut-être pour votre égo mais les gens ne sont pas dupes : priver de liberté la majorité des concitoyens à cause d’une minorité n’a rien de courageux et est très très loin du concept de « démocratie » que vous aimez tant énoncer… N’oubliez-pas que la vraie démocratie est née de révolutions, ayez donc le courage de mener de vrais combats avec des vrais moyens si cela vous tiens tant à coeur mais arrêtez de nous insulter en nous jetant de la poudre de licorne aux yeux: la naïveté à des limites, même en Polynésie.

  2. Fred
    26 mai 2021 à 11h28 — Répondre

    Non mais ça va pas bien M. Fritch??!! La liberté de circuler est un droit FONDAMENTAL!
    Le couvre-feu n’est mis en place qu’en cas de situation d’urgence comme une guerre, ou en l’occurrence en cas de crise sanitaire, et certainement pas pour simplifier le travail des élus, ou plaire à une certaine population!
    En aucun cas il ne doit perdurer!
    Vous nous avez déjà fait le coup avec les restrictions sur la vente d’alcool, que vous avez fait devenir pérennes (éh oui cela arrange aussi les tavanas…).
    L’épidémie est derrière nous, il faut arrêter ces choses insensées, couvre-feu, port du masque toujours obligatoire!
    Je m’étonne que la population ne réagisse pas à cette folie….

  3. Guillaume Louis
    26 mai 2021 à 23h42 — Répondre

    fritch t as completement pete les plombs???Putain j espere que les gens vont se souvenirs de ses paroles en mai 2023…..

Laisser un commentaire

PARTAGER

Édouard Fritch plaide pour le couvre-feu… au nom de la « démocratie »