ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Edouard Fritch président à 39 voix

© Nicolas Perez

Le leader du Tapura, Edouard Fritch, a été élu président de la Polynésie française vendredi avec les voix de sa majorité, ajoutées à celle du représentant Tahoeraa et tavana de Tubuai, Fernand Tahiata. Le président du Pays a appelé au « rassemblement ». Il a annoncé que figuraient parmi ses priorités la réforme de la retraite ou encore l’amélioration de la vie quotidienne des familles et des Polynésiens.

Edouard Fritch a été officiellement réélu président de la Polynésie française vendredi midi à Tarahoi. Le président sortant a obtenu 39 voix pour 38 élus Tapura à l’assemblée. A 66 ans, le leader du Tapura devient donc le 17ème président de la Polynésie française. Il annoncera la composition de son gouvernement le mercredi 23 mai prochain.

Dans son discours, juste avant son élection, Edouard Fritch a d’abord répondu à plusieurs attaques du leader du Tavini, Oscar Temaru. Il a affirmé que l’ONU n’avait rien apporté à la Polynésie. « Si on regarde le bilan de la réinscription depuis 2013, de la Polynésie de la liste des pays à décoloniser. Quelle plus-value a apporté cette opération pour notre Pays ? Rien, rien, rien du tout ». Edouard Fritch qui a assuré qu’il ne demandera pas « la désinscription de la Polynésie française, c’est eux même qui le feront (…) car vous utilisez l’ONU à des fins politiques et cela n’est pas admis de l’ONU ».

Dans son discours, le nouveau président du Pays a également repris le programme du Tapura lors de la campagne. Il a bien sûr assuré qu’il mettrait tout en œuvre pour que les mesures annoncées soient mises en place, comme celle d’atteindre « une plus grande autonomie alimentaire » ou encore celle de mener à bien « la digitalisation de notre administration». Il a aussi été question de la modernisation des aéroports de Faa’a et de celui de la perle du Pacifique. Le président qui a annoncé que l’aéroport de Rangiroa aux Tuamotu devrait servir d’aéroport de dégagement. Des discussions avec l’Etat doivent d’ailleurs avoir lieu rapidement à ce sujet.

La réforme des retraites en urgence

Le leader du Tapura a aussi annoncé que parmi les réformes urgentes, il relancerait rapidement la réforme des retraites. « Nous sommes tous conscients que, sans réforme, c’est la faillite de la caisse de retraite d’ici deux ans (…). Par devoir et par responsabilité, je mènerai la réforme à son terme. Des discussions reprendront rapidement et je souhaiterai que nous puissions aboutir à une proposition en septembre prochain ». Parmi les différentes mesures évoquées, Edouard Fritch a bien évidemment repris le premier axe de sa campagne : l’amélioration de la vie quotidienne des familles et Polynésiens.

« C’est beaucoup d’émotion », a déclaré Edouard Fritch juste après son élection en tant que président de la Polynésie. Il a encore appelé tous les représentants à travailler ensemble. S’il affirme avoir le soutien d’une quarantaine de tavana, il estime que : « ce n’est pas suffisant. J’ai besoin du Tavini, j’ai besoin du Tahoeraa pour qu’ensemble nous puissions confronter nos idées (…) et pouvoir construire demain ce que nous voulons que la Polynésie devienne ». Et pour le coup, son appel a été entendu, puisqu’une voix dissidente du Tahoeraa, celle de Fernand Tahiata, lui a déjà apporté son soutien.

Article précedent

Fernand Tahiata, la 39ème voix d'Edouard Fritch

Article suivant

Tournoi des sections sportives: Clôturer la saison par un trophée !

5 Commentaires

  1. MATA
    18 mai 2018 à 14h10 — Répondre

    Bravo à Edouard FRITCH pour cette élection mais nous osons espérer que la composition de votre gouvernement respectera le principe d’intégrité. Les condamnés, surtout lorsqu’il s’agit de denier public, aux toilettes et on tire la chasse. Pour que le peuple se retrouve dans un gouvernement il faut avant tout que les membres soient exemplaires sur le plan judiciaire et moral.

    • Warning sign
      19 mai 2018 à 11h06 — Répondre

      Mon cher ami, votre candeur est touchante et si futile

  2. moana
    19 mai 2018 à 8h19 — Répondre

    çà commence mal avec un président dinosaure de l’assemblée condamné..espérant un gouvernement de nouvelles t^tes avec des jeunes, fiu des faatau qui a coulé la spacem, des dinosaures raynald, buissou ou encore bouteau. ….on peut toujours espérer mais hélas on prend les m^mes et on recommence..peu de jeunes au tapura.

  3. Christian
    21 mai 2018 à 0h30 — Répondre

    C’est bien joli les gesticulations verbales de Fritch dont l’élection n’était qu’un formalité, un non évènement! Bref un discours sans aucun intérêt! Cependant en parlant futur gouvernement il y a un silence sur la ministère de la culture qui a toujours été dirigé par des hommes : en l’occurrence à ce jour encore un homme Heremoana. Et c’est vraiment consternant! La période sanquer n’ayant été que transitoire. En effet dans d’autres pays des femmes sont ministres de la culture. En France depuis 2012 ce sont des femmes. En Polynésie toujours rien alors qu’il y a des jeunes femmes, imprégnées de leur culture, maitrisant le reo ma’ohi, diplômées, compétentes et connaissant parfaitement les dossiers, elles sont là prêtes à servir le fenua et ne doivent plus être cantonnées à des postes de second plan. Votez pour une femme ministre de la culture ! Vu que selon le Tapura nous sommes dans une nouvelle ère d’amour et de solidarité il serait judicieux et intelligent que Heremoana (lequel détient déjà plusieurs portefeuilles) avec l’humilité légendaire qu’on lui connaît cède sans aucune difficulté ce poste auquel il n’est pas attaché à vie, le ministère de la culture n’étant pas sa propriété, et ainsi appliquer la parité et l’alternance afin de mettre à l’honneur la première femme polynésienne par sa nomination à la tête du ministère de la culture ! Alors un peu de courage et d’humilité il faut nommer une femme et cela fera le plus grand bien à la démocratie ainsi qu’aux femmes! Mais Heremoana aura-t-il l’humilité nécessaire là est toute la question!

  4. tam
    21 mai 2018 à 8h40 — Répondre

    Bravo!! Mr Edouard Fritch, maintenant  » LÉGITIME  » par ton élection de président de la Polynésie française… Soldats!!!!! au travail la population attend beaucoup de vous.

Répondre à tam Annuler la réponse.

PARTAGER

Edouard Fritch président à 39 voix