ACTUS LOCALESECONOMIE

Électricité : la péréquation repoussée au 1er janvier prochain

Le ministre des Finances et de l’Économie, en charge de l’énergie, a expliqué ce lundi les raisons du report. ©CP/Radio1

Voté en décembre 2020, prévu pour juillet 2021, repoussé au 1er octobre, ce n’est finalement qu’au 1er janvier prochain que le mécanisme de péréquation des tarifs de l’électricité sera mis en œuvre. En cause, les conventions et les nouvelles grilles tarifaires qui n’ont pas pu être signées par les conseils municipaux pour cause de confinement, a expliqué Yvonnick Raffin.

Il aura fallu presque 6 ans pour y arriver, mais les derniers mètres sont difficiles : le dispositif de solidarité qui doit permettre de limiter les tarifs de l’électricité dans les archipels éloignés, et devait entrer en vigueur au 1er octobre, attendra encore 3 mois pour être traduit sur les factures des usagers.

Fini le système de « péréquation interne » pratiqué par EDT, mais qui ne concernait que les usagers des communes qui ont recours à EDT. Dans le nouveau dispositif, tous les gestionnaires de réseaux électriques, de EDT aux régies communales, verseront 6,30 Fcfp/kWh à un fonds de solidarité qui redistribuera cette somme entre les 57 réseaux distincts que compte la Polynésie, afin de lisser les tarifs.

EDT, qui prélevait déjà 5 Fcfp/kWh sur les factures pour sa péréquation interne, prélèvera donc 1,30 Fcfp de plus à ses abonnés de Tahiti Nord pour que les usagers des îles soient moins pénalisés par l’éloignement : dans certaines îles, le prix du kWh peut atteindre 100 Fcfp.

La mise en route de la péréquation supposait la signature par les conseils municipaux de la convention de péréquation et de la nouvelle grille tarifaire. Mais le dernier confinement les a empêchés de se réunir, particulièrement aux Tuamotu-Gambier qui sont les principaux bénéficiaires de cette péréquation api. C’est donc à la demande du syndicat intercommunal à vocations multiples des Tuamotu-Gambier (SIVMTG), appuyés par le SPCPF, que le gouvernement sursoit à l’entrée en vigueur du mécanisme, expliquait ce lundi le ministre des Finances et de l’Économie en charge de l’Énergie, Yvonnick Raffin.

La complexité du nouveau dispositif s’est aussi révélée « un peu délicate » pour les petites communes, notamment sur « la conception de la grille tarifaire ». Le Service de l’énergie a mis à leur disposition une formation spécifique et un calculateur Excel pour ajuster les paramètres tout en restant dans le tarif de référence à l’usager de 36,33 Fcfp/kWh, péréquation comprise.

Ainsi, les communes sans concession électrique ne seront plus obligées d’abonder leur budget annexe de l’électricité par une subvention prélevée sur le budget général, et pourront affecter ces ressources à d’autres postes.

La péréquation représente une enveloppe globale de 4 milliards de Fcfp par an – 3 milliards provenant d’EDT et 1 milliard des régies. Le fonds de solidarité sera amorcé par le Pays à raison d’un milliard, le temps que la nouvelle facturation produise ses effets.

 

 

Article précedent

Les écoles bilingues français-langues polynésiennes recrutent via le service civique

Article suivant

Journal de 7h30, le 28/09/21

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Électricité : la péréquation repoussée au 1er janvier prochain