ACTUS LOCALESENVIRONNEMENT

Environnement : « S’il faut bloquer, on va bloquer »

©Cédric Valax

©Cédric Valax

Rassemblées au sein du syndicat No te aru tai Mareva, les responsables des associations de défense de l’environnement se sont réunis mardi matin devant l’assemblée de la Polynésie pour protester contre le sort réservé aux rivières de Tahiti. Extractions, projet de barrage, les protestataires menacent de bloquer Papeete si le gouvernement ne prend pas en compte leurs doléances.

Le sort des rivières et des vallées de Tahiti n’en fini pas de provoquer la colère des associations de défense de l’environnement et de propriétaires terriens. Fédérées au sein de la centrale syndicale No te aru tai Mareva, elles dénoncent les extractions d’agrégats dans les rivières, le projet de barrage de la Vaiihia et demandent au gouvernement d’accéder à leurs revendications en créant des comités de suivi pour toutes les vallées de Tahiti. Président du syndicat, Denis Helme demande à être écouté et promet que dans le cas contraire, il bloquera Papeete. « S’il faut bloquer, on va bloquer », a t’il déclaré à notre micro.

Hasard ou non, c’est pendant cette conférence de presse organisée devant l’assemblée de la Polynésie que le ministre de l’Environnement, Heremoana Maamaatuaiahutapu, est venu saluer les contestataires. S’il dit comprendre leurs inquiétudes, il explique que certaines décisions prendront du temps avant d’être mises en place. Quant à savoir si les comités de suivi seront installés, le ministre botte en touche et explique que la décision d’Édouard Fritch sera connue en temps utile.

Si les deux parties se sont rencontrées, elles ne se sont pas entretenues plus avant sur leurs positions. Toutefois, le ministre de l’Environnement assure que sa porte reste ouverte pour discuter avec les associations.

Article précedent

JOURNAL DE 12:00, LE 25/08/15

Article suivant

Desserte : Les armateurs contre le projet du Pays

3 Commentaires

  1. simone grand
    26 août 2015 à 7h56 — Répondre

    Que les propriétaires concernés interpellent donc le Haut commissaire pour abroger la délibération de 2004 définissant le domaine public fluvial. Et bien des choses seront résolues

  2. Paitia
    26 août 2015 à 10h07 — Répondre

    Ça suffi ,où est l’arrêté de protection d’environnement ? BREF . Nous ,le peuple avons placé des hommes politiques pour veiller sur notre patrimoine et d’être à l’écoute du peuple . ( Mataiea ,Papeno’o et demain Vaiha ? ) .je dis non non non . Idée supplémentaires utilisez les Passes , les courants sont présentés comme potentiel alors ! Je réfléchi , j’analyse , je le soumet et nous nous lançons dans se projet . Dans le future , les rivières perdrons ses faunes d’eau douce ( chevrette , nato , anguille , coquillage , etc….) et tous ça pour le bienêtre de quelques hommes véreux bref l’argent …

  3. tupai
    26 août 2015 à 11h47 — Répondre

    plus d’infos Simone svp !

Laisser un commentaire

PARTAGER

Environnement : « S’il faut bloquer, on va bloquer »