INTERNATIONAL

Espagne/Législatives: les conservateurs en tête devant les socialistes

Madrid (AFP) – Les conservateurs étaient en tête des élections législatives dimanche en Espagne, selon les résultats partiels, devant les socialistes qui résistaient à la coalition dirigée par le parti anti-austérité Podemos dans ce scrutin tenu trois jours après le Brexit.

Après le dépouillement de plus de 85% des bulletins, le résultat était proche de celui des élections en décembre, quand la fragmentation des voix entre quatre partis avait conduit à un blocage politique et à la convocation d’un second scrutin en six mois.

Le Parti Populaire (PP) du chef du gouvernement sortant Mariano Rajoy remporterait 136 députés, contre 123 obtenus aux élections de décembre. Il reste cependant loin de la majorité absolue de 176 sur 350.

Le Parti socialiste, qui alterne au pouvoir avec le PP depuis plus de 30 ans, est crédité de 88 sièges, contre 90 en décembre et reste la première force d’opposition.

Les mises en garde de Mariano Rajoy contre les « expérimentations… des extrémistes et des radicaux » après le Brexit, qui a entrainé vendredi la bourse de Madrid dans la pire chute de son histoire, semblent avoir endigué la progression de la gauche radicale.

La coalition Unidos Podemos, formée par Podemos – fondé il y a deux ans à peine – et le petit parti Izquierda Unida, héritier du Parti Communiste, est créditée de 71 sièges. Un résultat similaire à celui de décembre quand Podemos avait eu 69 députés et Izquierda Unida deux.

Si cette tendance se confirme, a estimé le numéro 2 de Podemos, Iñigo Errejon, « ce ne sont pas de bons résultats, ce ne sont pas ceux que nous espérions et ils ne sont pas bons pour l’Espagne parce qu’ils retardent le processus de changement politique ».

– Renversement de tendance –

 Les résultats partiels contredisent le sondage sortie des urnes de la télévision publique qui donnait Unidos Podemos devant les socialistes et les partis de gauche proches de la majorité absolue. 

Pablo Iglesias, le chef de Podemos, veut gouverner avec le PSOE, qu’il appelle « la vieille social-démocratie ». Mais les tensions sont telles entre ces deux formations rivales que leur alliance semble improbable. Ils n’avaient pas réussi à s’entendre la dernière fois.

Ce professeur d’université de 37 ans dit ne pas se décourager à cette perspective. Podemos « gouvernera l’Espagne tôt ou tard », a-t-il assuré en déposant son bulletin dans l’urne.

Podemos promet de mettre fin à l’austérité en relançant les dépenses sociales et de mettre fin à la corruption. 

Le message a porté pour Jonatan Mora, un physiothérapeute de 31 ans qui a voté Podemos à L’Hospitalet de Llobregat près de Barcelone. 

« Je veux un changement général, profond, et Unidos Podemos est le seul qui peut le réaliser », a-t-il dit. « Je veux qu’on chasse les corrompus, qu’on prenne en compte les questions sociales et qu’on écoute les citoyens ».

Le parti libéral Ciudadanos, quatrième des principales formations et lui aussi nouveau venu sur la scène nationale, recule. Il ne recueille que 29 sièges, loin des 40 remportés en décembre quand il avait séduit les électeurs du PP en dénonçant la corruption. 

Mais il peut cette fois apporter un soutien précieux au PP.

– Longues tractations –

Les tractations pour former un gouvernement s’annoncent à nouveau longues et difficiles. 

La dernière fois Mariano Rajoy avait renoncé à tenter de former un gouvernement, sachant qu’aucun parti ne voulait gouverner avec le PP, affaibli par de nombreux scandales de corruption et la dure politique d’austérité qu’il a imposé pour le sortir de  la crise. Il avait attendu que les autres partis échouent. 

Rajoy table sur cette fois sur la division de la gauche pour qu’elle le laisse cette fois former un gouvernement et évite ainsi aux électeurs exaspérés un troisième retour aux urnes.

Justina Zamora, une retraitée de 65 ans qui a voté pour le PSOE près de Barcelone, a exprimé l’espoir que cette fois-ci les partis « seront capables de dépasser leurs égoïsmes et de former un gouvernement. Chacun doit y mettre du sien ».

Des partisans du Parti Populaire (PP) du chef du gouvernement sortant Mariano Rajoy au pouvoir en Espagne, le 26 juin 2016 à Madrid. © AFP

© AFP JOSE JORDAN
Des partisans du Parti Populaire (PP) du chef du gouvernement sortant Mariano Rajoy au pouvoir en Espagne, le 26 juin 2016 à Madrid

Article précedent

ND-des-Landes: large victoire du "oui" à l'aéroport, avec 55,17% des voix

Article suivant

Euro-2016: Allemagne, Belgique et France qualifiées, les quarts se dessinent

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Espagne/Législatives: les conservateurs en tête devant les socialistes