EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Et si les maires n’avaient pas vraiment tort ?… – Edito 11/08/2016

« Euh Rappelez-moi qui c’est le patron s’il vous plait ? Juste qu’on soit sur la même longueur d’ondes … », c’est en substance le message envoyé par Edouard Fritch aux maires après leur fronde sous forme de résolution prise à l’issue du Congrès des Communes. En effet nous apprenions ce mercredi via nos confrères de Tahiti Infos que 20 arrêtés concernant des demandes de subventions communales avaient été suspendus.

Jean-Christophe Bouissou en tant que porte parole du gouvernement a tenté du mieux qu’il le pouvait de noyer le poisson. Selon ce dernier il ne s’agirait que d’un moratoire le temps de dialoguer avec les maires intéressés. Il ne s’agirait pas d’un jeu politique, on serait dans une quête de compréhension mutuelle. Vous aussi vous avez attrapé votre boîte de mouchoirs en papier ? On se croirait dans un mauvais épisode de … bah vous avez reconnu le générique…

Allo, on est là … Jean-Christophe, vous ne croyez pas réellement à ce que vous dîtes là rassurez nous ? C’est bon, on a changé d’époque, ce n’est pas grave si une fois de temps en temps, et trop rarement à mon humble avis, votre Président bombe un peu le torse, pour ne pas utiliser d’autres expressions plus imagées mais nettement en dessous de la ceinture abdominale. En fait on aime bien même …

Point de manipulation des Tavana pour Cyril Tetuanui que l’on imaginerait très mal avouer publiquement que Christian Vernaudon lui a servi de souffleur pour l’écriture de cette résolution coup de poing.  Toutefois, en y regardant de plus près cette fameuse résolution n’est pas non plus totalement aberrante. Cesser les palabres et passer à l’action en décentralisant le pouvoir là où on peut le faire et au plus vite. Est-ce une telle opprobre ? Non, évidemment faire passer les membres du Gouvernement et leur patron pour les escargots de service n’est pas spécialement fair play, mais a-t-on le luxe de l’être ? Le temps passe et Sœur Anne ne vois-tu rien venir ? A part des projets qui capotent et du soupoudrage économique, en fait, non, rien, nada, que dalle, macache.

Alors que Fritch veuille rappeler ses prérogatives en faisant le forcing via la carotte des subventions certes, mais le fond du message adressé par les maires est loin d’être dénué de bon sens et il serait de bon ton après le choc d’en saisir toute la substantifique moelle et la portée. Il va être clairement temps de passer la deuxième sous peine d’abîmer de manière irréversible la boîte à vitesses.

Article précedent

JO-2016/Natation: 22e médaille d'or olympique pour Phelps

Article suivant

Tatauroscope du vendredi 12 août 2016

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Et si les maires n’avaient pas vraiment tort ?… – Edito 11/08/2016