EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Et si on parlait davantage de contraception au Fenua ? – EDITO 26/09/2016

Ce lundi 26 septembre est la journée mondiale de la contraception. Et pour tous ceux qui auraient besoin d’un petit rappel, ce terme désigne l’emploi de moyens visant à empêcher qu’un rapport sexuel entraîne une grossesse. Inutile de se voiler la face en Polynésie, quand on constate le nombre de jeunes filles de 15 ou 16 ans à peine qui tombent enceinte durant leur scolarité, la contraception c’est encore une notion bien vague.

Outre le fait de diminuer ou d’éviter les possibilités de conception, les moyens dits contraceptifs sont aussi des moyens de lutter contre les MST, les maladies sexuellement transmissibles. Depuis des mois on nous parle d’une recrudescence des cas de syphilis au Fenua et pourtant je ne vois aucune campagne de prévention d’envergure sur tous ces sujets dans les médias locaux. En décembre dernier, sur cette radio on se faisait déjà l’écho de la totale absence de quelque action de terrain que ce soit par les autorités à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le Sida.

On parle d’obésité, de malbouffe, de zika ou autre dengue, mais le sujet de la prévention des MST et la communication sur les moyens de contraception sont me semble-t-il des thèmes qui mériteraient un traitement de premier plan et ce de manière récurrente, voire ininterrompue. Une priorité de santé publique localement pour laquelle on devrait mettre davantage de moyens lorsque l’on fait face à la fois à des épidémies et à un manifeste laisser aller de société.

On met l’huile, le sucre la farine parmi les PPN et on les exempt de taxes, mais quel ado va aller casser sa tirelire pour acheter à plus de 1000 ou 1200 francs une boîte de capotes ? C’est d’une hypocrisie absolument dingue. On les entretien dans le fait de jouer à la roulette russe, et advienne que pourra.  Et qu’on arrête de croire que l’abstinence à de beaux jours devant elle, on le sait, en Polynésie quelle que soit sa confession religieuse et depuis toujours ça a l’air de gratter plus tôt qu’ailleurs … Va-t-il falloir attendre encore d’énièmes rapports ou brainstormings d’experts pour confirmer ce qu’on sait déjà, oui chez nous, plus qu’ailleurs : des gosses deviennent parents trop tôt et gâchent leur vie car ils manquent d’informations et de moyens contraceptifs accessibles.

Je suis sûr que vous serez vigilants aujourd’hui de savoir si le ministère de la santé aura prévu de marquer le coup, je ne me fais malheureusement pas trop d’illusions … Alors en ce jour, vous les parents, prenez les devants, parlez de tout ça avec vos enfants, oui, même si ça fait honte, car ce n’est pas en faisant semblant de ne pas voir que ça ne peut pas arriver. N’attendez pas que votre gamine ait mal au ventre pour l’emmener pour la première fois chez le gynéco, et vous les papas, avec un clin d’œil complice, offrez ses premiers préservatifs à votre ado, ça pourrait éviter de qu’on vous appelle papy trop tôt …

7a95d8844cf0fdf7575ade9a942861816ec1152e
Article précedent

La Nasa pourrait confirmer l'existence d'un océan sur une lune de Jupiter

46913ddb10520f093557028f8a10eac57eaf2a14-1
Article suivant

Yvelines: l'auteur des coups de feu devant un supermarché s'est rendu

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Et si on parlait davantage de contraception au Fenua ? – EDITO 26/09/2016