EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Et vous ? Vous arrêtez quand ?… – Edito 31/05/2017

Ce mercredi nous fêtons la journée mondiale sans tabac. Elle revêt un caractère très particulier pour moi et sans doute pour bon nombre d’entre vous qui sont dans le même cas. C’est la première fois depuis des années que je vais pouvoir la célébrer vraiment. C’est à dire sans me retenir, sans lutter contre une irrépressible envie d’en griller une coûte que coûte … parce que j’ai arrêté. Je fumais plus d’un paquet et demi par jour et en fait c’est ma vie que je consumais petit à petit. Mais je ne jette la pierre à personne, je ne supportais pas les donneurs de leçons à l’époque et je m’abstiendrai d’en devenir un. Je veux juste témoigner. Evidemment le déclic doit être personnel, il est le fruit d’une réflexion parfois longue, d’une remise en question parce que certains signes vous font dire que c’est le moment … sinon. Sinon quoi ? En fait figurez-vous qu’il n’y a pas d’âge pour faire un cancer des poumons, ça peut arriver aussi à 30 ou 35 ans. L’image d’Epinal de se dire que c’est le résultat d’un processus sur toute une vie qui risque d’arriver à nos vieux jours est totalement fausse, c’est transformer la réalité pour se rassurer. Comme de croire que faire du sport permet de se décrasser les poumons.

Ce sont notamment ces axes de communication que la campagne nationale anti-tabac a décidé de mettre en avant : la lutte contre les idées reçues pour faire prendre conscience du danger sans nécessairement sombrer dans le trop anxiogène. Au plan local on est borderline avec le merveilleux monde des bisounours, la campagne est particulièrement gentillette. C’est toujours mieux que rien vous me direz mais j’ai tendance à préférer qu’on mette en garde par rapport à un péril vital plutôt qu’à un risque de mauvaise haleine. Je connais des gens qui ne fument pas et qui pourtant refoulent quand même énormément du goulot et qui semblent en permanence avoir un rat qui aurait mis fin à ses jours par dépit derrière leurs amygdales. Mais passons.

Il y a des chiffres qui inquiètent en Polynésie, en 20 ans l’entrée dans le tabagisme avant l’âge de 12 ans est passée de 33 % à 50 %, par ailleurs chez nous  les maladies liées au tabagisme sont responsables d’au moins un tiers des décès avant l’âge de 65 ans. Et si ce qui vous parle c’est le porte-monnaie, surtout après les dernières augmentations de prix, en ce qui me concerne j’ai fait un rapide calcul. Depuis le 25 décembre dernier (oui c’était un cadeau de noël que je me faisais) j’ai donc économisé à ce jour plus de 168 000 Fcp. Un SMIC en 5 mois.

Chacun trouve son palliatif pour arrêter de fumée, mais tous permettent en tout cas d’éviter la combustion du tabac et de la centaine d’additifs qu’il contient dans une cigarette comme l’ammoniac, le benzène, l’acétone, arsenic, le plomb, le mercure, et j’en passe et des meilleures.

Etre à la hauteur de ses ambitions est une chose, se donner les moyens de ses ambitions en est une autre surtout quand l’une d’elle est de donner de l’amour aux siens le plus longtemps possible. Alors que ce soit pour vous ou pour les autres, prenez le temps aujourd’hui de commencer à penser à arrêter, c’est déjà un bon premier pas.

Article précedent

Remise de diplôme

Article suivant

Rencontre présidentielle pour Mister Tahiti

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Et vous ? Vous arrêtez quand ?… – Edito 31/05/2017