INTERNATIONAL

États-Unis: Donald Trump, huit jours pour déjouer les pronostics

Kent (Etats-Unis) (AFP) – Donald Trump croyait possible lundi de gagner la Maison Blanche le 8 novembre en chassant sur les terres démocrates, profitant du soudain affaiblissement d’Hillary Clinton dans le nouvel épisode de l’affaire de ses emails. 

« Si Hillary est élue, elle ferait l’objet d’une enquête pénale prolongée, et probablement un procès pénal », a déclaré le candidat républicain à la Maison Blanche lors d’un meeting à Grand Rapids, dans le Michigan, un État traditionnellement favorable aux démocrates où le milliardaire populiste tente une percée, à huit jours de l’échéance.

« Son élection enfoncerait l’État et notre pays dans une crise constitutionnelle », a-t-il affirmé.

Donald Trump est légèrement en retard dans les sondages sur la démocrate, mais Hillary Clinton ne peut plus se reposer sur l’avance exceptionnelle dont elle bénéficiait il y a deux semaines, et qui a largement fondu, à 2,8 points en moyenne.

Un sondage Politico réalisé ce week-end crédite Hillary Clinton de 42% des intentions de vote contre 39% pour Donald Trump et 7% pour le libertarien Gary Johnson. Une autre enquête de la chaîne ABC ne donne qu’un point d’avance à la démocrate.

« Je crois qu’ils n’étaient pas prêts à un nouveau tournant dans cette course », s’est félicitée la directrice de campagne de Donald Trump, Kellyanne Conway, sur la chaîne CBS.

Pour Donald Trump, le scénario d’une victoire reste plus compliqué que pour Hillary Clinton. Sa « base » d’États conservateurs est moins riche en grands électeurs que celle de la démocrate. Les Américains éliront le 8 novembre des grands électeurs en bloc, État par État, qui à leur tour désigneront le président.

Ce qui explique que le républicain se soit rendu dimanche dans le Nouveau Mexique, lundi dans le Michigan, et qu’il ait ajouté une étape dans le Wisconsin mardi, trois États gagnés par Barack Obama et ainsi traditionnellement peints en bleu, la couleur démocrate, sur les cartes électorales.

« Donald Trump doit remporter un État bleu ou deux, en plus de gagner tous les États où l’issue est incertaine », dit à l’AFP Larry Sabato, politologue de l’université de Virginie.

« Il doit gagner presque tout », résume cet expert.

– « Catastrophe » –

Le camp démocrate restait furieux de ce qu’ils estiment être une interférence politique du directeur du FBI, James Comey, qui a annoncé vendredi au Congrès que ses enquêteurs avaient découvert de nouveaux messages susceptibles d’être pertinents dans l’affaire classée en juillet de la messagerie personnelle de l’ancienne chef de la diplomatie.

Hillary Clinton a en effet communiqué via un serveur privé pendant ses années au département d’État, de 2009 à 2013, au lieu d’utiliser un compte gouvernemental sécurisé, risquant de disséminer sur des réseaux privés des secrets d’État.

« Cette intervention directe du directeur du FBI, qui est sans précédent et contre le protocole du FBI, a changé la course », observe Larry Sabato. « Cette semaine, elle avait prévu une tournée de victoire, et au lieu de cela elle doit s’accrocher. Tout cela grâce au directeur du FBI. »

Ce rebondissement pourrait-il lui coûter l’élection?

« Cela pourrait bien », a estimé le parlementaire démocrate Steve Cohen sur CNN.

Mais si les démocrates tiraient à boulets rouges sur James Comey, la Maison Blanche a opté pour une forme de neutralité, refusant de critiquer ou défendre le chef policier.

Hillary Clinton fera campagne lundi dans l’Ohio, où Donald Trump la dépasse légèrement dans les sondages.

Le président Barack Obama passera également la semaine sur le terrain, de mardi à vendredi, dans les États où se décidera l’issue du scrutin, notamment la Floride et la Caroline du Nord. Bill Clinton, Bernie Sanders et d’autres poids lourds sillonneront les États-Unis.

Leur mot d’ordre: la mobilisation. L’équipe Clinton envoie ses bénévoles frapper aux portes des électeurs identifiés comme peu intéressés par l’élection ou peu habitués à voter, afin de s’assurer leurs voix.

Dans une majorité d’États américains, les bureaux de vote sont ouverts de façon anticipée, et plus de 22 millions d’Américains ont déjà voté ou envoyé leur bulletin par correspondance, selon le décompte de Michael McDonald, professeur à l’Université de Floride.

« L’équipe Clinton s’était préparée à l’éventualité d’une catastrophe, et voilà, la catastrophe a frappé », conclut Larry Sabato, qui estime qu’Hillary Clinton reste la favorite, mais qu’elle n’a plus le droit à l’erreur.

Donald Trump en meeting le 30 octobre 2016 à   Las Vegas au Nevada. © AFP

© AFP John GURZINSKI
Donald Trump en meeting le 30 octobre 2016 à Las Vegas au Nevada

75d3b3dc15629df84634223c5dc2a199d5bcadab-3
Article précedent

Deux ans de prison requis contre le couple aux 271 oeuvres de Picasso

aed9e83986109e25fa7582f9ffebbc088b32d87c
Article suivant

Tennis: Monfils s'explique sur ses forfaits

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

États-Unis: Donald Trump, huit jours pour déjouer les pronostics