SPORT

Euro-2016: la France, son rêve, ses défis, ses peurs

Paris (AFP) – Le rideau de l’Euro-2016 se lève enfin, sur un spectacle incertain: la France affronte la Roumanie vendredi (21h00) au Stade de France en ouverture du 3e évènement sportif mondial, dans un pays secoué par la fronde sociale et plombé par les craintes d’attentat.

Les fans de foot pourront-ils se rendre sans problèmes à Saint-Denis, aux portes de Paris, alors que les transports en commun ferroviaires sont perturbés par les grèves depuis 10 jours?

Le Stade de France et ses 80.000 places sont devenus un enjeu du conflit social qui secoue le pays sur fond de contestation de la loi travail. Cette enceinte est un marqueur fort dans l’imaginaire collectif français. 

C’est sur cette pelouse que Zinédine Zidane souleva la Coupe du monde le soir du 12 juillet 1998. C’est sur ce terrain que l’équipe du sélectionneur Didier Deschamps se qualifia pour le Mondial-2014 au terme d’un barrage renversant contre l’Ukraine, le 19 novembre 2013, sur le score de 3-0, identique à celui de la finale de 1998. C’est aussi autour de ce stade que des kamikazes se firent exploser lors de la tragique soirée du 13 novembre 2015, où 130 personnes périrent principalement dans les attaques au coeur de Paris.

C’est sur le podium du Stade de France que les fans de foot français espèrent voir Didier Deschamps brandir le trophée européen, comme il l’avait fait en 1998 comme joueur avec la Coupe du monde aux côtés de « Zizou ».

Mais avant de connaître l’identité du vainqueur le 10 juillet, la 15e édition du Championnat d’Europe des nations ne s’ouvre pas dans le climat de fête populaire espéré. 

La France vit des heures agitées sur le front social, qui renforcent à l’étranger sa réputation de pays éternellement en grève. Et sa capitale, Paris, n’a plus le même charme avec ses poubelles qui débordent, une des conséquences des multiples blocages dans le pays.

– Hollande n’exclut rien –

« L’Etat prendra toutes les mesures qui seront nécessaires » face aux grèves, a prévenu jeudi soir le président de la République François Hollande. Le Premier ministre Manuel Valls a ajouté qu’il n’excluait « aucune hypothèse » pour acheminer les supporters vers le Stade de France, alors que les conducteurs SNCF des RER B et D qui le desservent seront massivement en grève.

Le leader de la CGT, syndicat en pointe de la mobilisation contre la loi travail, a lui lancé une formule d’apaisement: « Je ne suis pas sûr que bloquer les supporteurs soit la meilleure image que l’on puisse donner de la CGT ».

Qu’en sera-t-il vendredi et dans les jours qui suivent? Car les syndicats de pilotes d’Air France maintiennent la pression, avec leur grève toujours annoncée du 11 au 14 juin. Le 14 juin est également la date retenue pour une manifestation nationale contre la loi travail. Ce jour-là, les matches de l’Euro seront Autriche-Hongrie à Bordeaux et Portugal-Islande à Saint-Etienne.

Le grand concert du DJ David Guetta à la veille du coup d’envoi de l’Euro sur le Champ-de-Mars a donné le ton en terme d’organisation, avec plus de 80.000 personnes massées au pied de la Tour Eiffel, dans une ambiance très festive après de longues minutes d’attente avant de pénétrer dans la fan zone.

– L’ombre des attentats –

Une belle pagaille dans les transports pendant l’Euro n’est pas le scénario catastrophe le plus redouté. La peur de l’attentat est présente dans toutes les discussions et désormais intégrée dans les smartphones avec une application « alerte attentat » lancée par le gouvernement. 

Les « cracks » de l’Euro, comme le triple Ballon d’Or Cristiano Ronaldo (Portugal), vont apprendre à cohabiter avec les forces de l’ordre déployées massivement pour leur protection. Sur le terrain, les « Euro-stars » tenteront d’oublier ce contexte anxiogène pour renouer avec leurs rêves de gloire.

Les attentes placées sur les Bleus sont immenses. La génération actuelle incarnée par les Antoine Griezmann, Paul Pogba et Dimitri Payet soulève un élan qui s’était fait rare ces dernières années autour de la sélection française.

A eux de faire fi du poids du passé, de la comparaison inévitable avec leurs aînés, que ce soit « Zizou » pour 1998, ou Michel Platini pour l’Euro-1984 remporté également à domicile.

Au-delà du contexte sécuritaire et social, sur le plan sportif, les questions ne manquent pas non plus. L’Euro-2016 proposera-t-il des nouveaux classiques du football moderne, avec un France-Allemagne (championne du monde en titre) possible en demi-finale?

Le refrain « campeones (champions), campeones! » retentira-t-il encore le 10 juillet pour célébrer à nouveau l’Espagne, double tenante du titre?

L'équipe de France à l'entraînement sur la pelouse du Stade de France, à la veille du match d'ouverture de l'Euro, le 96 juin 2016. © AFP

© AFP FRANCK FIFE
L’équipe de France à l’entraînement sur la pelouse du Stade de France, à la veille du match d’ouverture de l’Euro, le 96 juin 2016

Article précedent

Miss Tahiti 2016 : 10 nouveaux portraits avant l’élection

Article suivant

Sanquer fait le point avec les fédérations sportives

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Euro-2016: la France, son rêve, ses défis, ses peurs