INTERNATIONAL

Europa League: Saint-Etienne et Nice devront maîtriser l'allemand

Monaco (AFP) – Saint-Etienne et Nice ont été versés dans des groupes assez relevés en Europa League, avec chacun un adversaire allemand, respectivement Mayence et Schalke, à affronter lors d’une première phase qui s’étalera du 15 septembre au 8 décembre, selon le tirage au sort effectué vendredi à Monaco.

Dans le groupe C, les Verts seront également opposés à Anderlecht et aux modestes Azerbaïdjanais de Qabala. Pour les Niçois, Salzbourg et les Russes de Krasnodar seront les autres opposants dans le groupe I.

Saint-Etienne, qualifié mercredi soir après son barrage retour contre le Beitar Jerusalem (2-1, 0-0), devra prendre au sérieux Anderlecht, 8e de finaliste la saison passée et rompu aux joutes européennes. Mais aussi étrange que cela puisse paraître, ce sera la première fois que les deux clubs s’affrontent, malgré une heure de gloire commune sur la scène continentale à la fin des années 1970.

Mayence, 6e de la dernière Bundesliga, où évolue l’ancien Lensois Jean-Philippe Gbamin, sera comme toute équipe allemande compétitive. Enfin, Qabala sera plus à la portée des Verts, mais avec un long voyage d’environ 3500 km à effectuer jusqu’en Azerbaïdjan.

« C’est un groupe difficile mais équilibré quand même », a convenu auprès de l’AFP Dominique Rocheteau, coordinateur sportif de Saint-Etienne. « Anderlecht a un grand passé, Mayence c’est le football allemand, difficile, compliqué, ce sont deux très belles équipes. Et puis il y a Qabala. On connaît, on est déjà allés là bas. » Ou presque, l’ASSE avait en effet affronté Qarabag, autre club azerbaïdjanais, il y a deux ans.

– Manchester United évité –

Du côté niçois, l’exotisme aura Krasnodar pour cadre, dans le sud de la Russie, à 2500 km de distance. Et cela enchante guère le président Jean-Pierre Rivère: « Il y a de belles équipes en face, on verra ce que ça donne, bon c’est dommage, il y aura un long voyage en milieu de semaine » pour aller à Krasnodar, a-t-il commenté.

Mais, si elle n’est pas à mésestimer, l’équipe où sévit le buteur Roman Pavlyuchenko semble moins à craindre que Schalke. Le club de la Ruhr, 5e la saison passée de son championnat, a affirmé ses ambitions en recrutant Coke (Séville), Baba Abdul Rahman (Chelsea), Nabil Bentaleb (Tottenham) et Benjamin Stambouli (Paris SG), pour compenser la perte de sa perle Leroy Sane, parti à Manchester City.

Enfin les Aiglons devront aussi se méfier de Salzbourg, champion d’Autriche en titre.

Pour Saint-Etienne comme pour Nice, la satisfaction est finalement d’avoir évité de bien plus gros adversaires, en premier lieu desquels l’épouvantail Manchester United. Les Red Devils, désormais entraînés par José Mourinho et avec Paul Pogba et Zlatan Ibrahimovic en leurs rangs, devront notamment se méfier de Fenerbahçe et de Feyenoord dans un groupe A corsé.

Pour Robin van Persie, cette phase de groupe promet son lot d’émotions: au crépuscule de sa carrière au Fenerbahçe, il retrouvera ses anciens partenaires mancuniens ainsi que Feyenoord, le club de ses débuts.

Trophée de l'Europa League (c) exposé dans la salle où est effectué le tirage au sort des groupes, le 26 août 2016 à Monaco. © AFP

© AFP VALERY HACHE
Trophée de l’Europa League (c) exposé dans la salle où est effectué le tirage au sort des groupes, le 26 août 2016 à Monaco

Article précedent

Crise du lait: Lactalis fait un pas en avant, les producteurs ne cèdent pas

Article suivant

Inutile et irréaliste, le mur de Trump

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Europa League: Saint-Etienne et Nice devront maîtriser l'allemand