EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Evénementiel : deux poids deux mesures – Edito 21/01/2021

Dans la série « on ne fait rien comme tout le monde » et pour faire écho à ce que je vous disais hier, il existe ainsi des choses qui défient l’entendement, frôlent drôlement avec l’injustice. Le genre de celles qui laissent un arrière-goût plutôt amer à toute une profession, en l’occurrence tous ceux qui bossent dans l’événementiel. Le secteur est totalement sinistré depuis bientôt un an. J’ai même vu des jeunes gens absolument talentueux qui avaient pu démontrer leur savoir-faire dans le passé, qui ont dû changer de job pour pouvoir payer leur loyer et se nourrir. Pas sûr que tout le monde ait pu faire pareil.

Dans notre Pays à partir du moment où on porte un masque on a le droit d’aller et venir où on veut que ce soit dans les commerces ou les restaurants. En outre ces derniers sont les seuls avec les hôtels qui ont le droit de proposer des animations musicales à condition qu’on y mange ou qu’on y boive en limitant les tables à 6 personnes. Sauf que samedi dernier par exemple j’ai pu remarquer des petits malins qui pour encourager un groupe de musique dont ils sont fans, ont remplis deux tables de six séparées par 30cm de vide à tout casser. Le comble qui fait rire jaune aura été d’assister à une scène surréaliste où l’une des convives arrive masquée mais fait le tour des deux tables pour taper la bise à tout le monde. Un grand moment.

Et dans le même temps impossible d’aller au théâtre, ou à un concert en plein air, ou place To’ata alors que les gens n’y consommeraient pas d’alcool et qu’ils auraient ainsi toutes leurs facultés pour se souvenir des fameux gestes barrières. Sans compter que les organisateurs non seulement s’assureraient du respect de la distanciation dans les files d’accès au spectacle et dans l’espace réservé à l’installation du public, et ce, tout en limitant la jauge de la capacité totale d’accueil.

Ce n’est absolument pas normal, en métropole d’ailleurs ce n’est pas l’un ou l’autre, tout est fermé et interdit alors pourquoi chez nous on fait-on deux poids deux mesures ? Puisqu’apparemment on est plus intelligents que tout le monde en estimant qu’il n’y a pas besoin de fermer les restos, pourquoi laisser sur le carreau des professionnels prêts à respecter des contraintes encore plus strictes ? Et puis, on laisse bien s’officier les cultes non ?…

A partir du moment où les autorités ont ouverts la boîte de Pandore en autorisant des rassemblements conditionnés, y a-t-il une paresse intellectuelle qui les empêche d’aller au bout de leur logique afin d’éviter de sinistrer totalement tout un pan de l’économie ? Mariah Carey si quelqu’un la faisait venir ici, elle vaudrait donc moins qu’un Ave Maria ? Dommage car par les temps qui courent on a bien besoin d’un peu de « Fantasy » …

(extrait de la fin du titre « Fantasy » de Mariah Carey)

Article précedent

Le Conseil d’État rejette 3 requêtes concernant E. Fritch, R. Temeharo et V. Bruant

Article suivant

Recette du jour : Quinoa bowl avocat et saumon

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Evénementiel : deux poids deux mesures – Edito 21/01/2021