ACTUS LOCALESECONOMIE

Faa’a contrainte de payer plus de 35 millions Fcfp au CGF

La commune de Faa’a va être amputée de plus de 35 millions Fcfp sur son budget de fonctionnement. Il s’agit des cotisations obligatoires, de janvier à décembre 2016, que la commune doit au Centre de gestion et de formation (CGF). Un arrêté dans ce sens a été pris par le haut-commissaire. La sixième adjointe au maire, Rosina Chin Foo, dénonce le taux élevé de 2,4% ponctionné sur la masse salariale. Elle affirme que cet argent va aussi servir à payer la construction du siège social du CGF.

La commune de Faa’a a été mise en demeure de payer la somme de 35 169 841 millions Fcfp au profit du Centre de gestion et de formation. Cette somme correspond aux cotisations obligatoires couvrant la période de janvier à décembre 2016. Cette mise en demeure n’a pas été suivie d’effet. Le 4 décembre dernier, le haut-commissaire ,René Bidal, a donc pris un arrêté de mandatement sur le budget de fonctionnement de la commune. La sixième adjointe au maire de Faa’a en charge des Finances et Ressources humaines, Rosina Chin Foo, affirme qu’« ils nous font cela chaque année même si nous contestons ce prélèvement automatique de 2,4% sur la masse salariale en augmentation tous les ans avec les primes d’anciennetés par exemple ». Un taux qui selon l’adjointe au maire leur a été imposé : « On n’a pas demandé au conseil municipal si il acceptait ce taux ». L’élue bleu clair rajoute qu’avec cet argent « on aurait pu aider plus nos associations, et la commune aurait pu mettre en place plusieurs projets ». Selon Rosina Chin Foo, la commune ne déboursait que 10 millions Fcfp pour la formation de ses agents avant la mise en place du CGF. L’élue dénonce également le fait que la construction du siège social du CGF soit en partie supportée par les communes.

Le directeur général des services du CGF, Karl Martin, explique que le « taux de cotisations obligatoires des communes de Faa’a est fixé par le conseil d’administration du CGF dans la limite maximum de 5% ». En 2017, 125 agents de la commune de Faa’a ont bénéficié de formation dans différentes filières : la sécurité pour les pompiers et les muto’i, le traitement des déchets ou la réforme du code des marchés publics. Le directeur général des services rappelle d’ailleurs que « avant la mise en place du CGF, il n’y avait pas de formation d’accueil et d’intégration de fonctionnaire puisqu’il n’y avait pas de fonctionnaires communaux comme on l’entend aujourd’hui ».

Et concernant la baisse du taux de cotisations, « je ne sais pas si le taux sera amené à baisser un jour car il est conforme à ce qui se fait d’une manière générale. Et les missions du CGF vont évoluer et des services supplémentaires pourront être proposés aux communes » affirme Karl Martin.

Article précedent

Le fiancé polynésien de Marine Lorphelin poignardé par un fan

Article suivant

Répondeur de 6:30, le 05/01/2018

2 Commentaires

  1. Pulcian
    5 janvier 2018 à 6h36 — Répondre

    Monsieur le naissance c’est bien de dire à la population de citer les caniveaux quand on voit que certaines servitudes n’ont pas de caniveaux c’est le tiers monde allez voir servitude lehartel à paea .même la mairie ne fait rien .

  2. maohi dans l'ame
    5 janvier 2018 à 7h56 — Répondre

    c’est pour payer les salaires exorbitant du personnel du CGF

Laisser un commentaire

PARTAGER

Faa’a contrainte de payer plus de 35 millions Fcfp au CGF