ACTUS LOCALESSOCIAL

Fin de la grève à Air Tahiti

© Cédric Valax

© Cédric Valax

Après plus de trois semaines de grève, l’ensemble des syndicats PNT, PNC, sol et la direction de la compagnie aérienne sont tombés d’accord vendredi après-midi vers 16h30 et ont signé un protocole de fin de conflit. Reprise des vols réguliers à partir de minuit vendredi soir.

Tous les points de revendication « lourds » de la grève à Air Tahiti avaient été évacués cette semaine. Syndicats et direction étaient tombés d’accord dès jeudi soir sur la prime de transport, le management et le plan social de 2015. Les deux derniers points bloquant concernaient des avantages en nature pour le personnel et la possibilité d’échelonner le non-paiement des jours de grève. Vendredi, la direction a accepté d’étaler les journées non payées sur quatre mois en acceptant de faire passer deux jours de grève sur des journées de congés. En revanche, la direction a refusé de lâcher sur les dernières demandes d’avantages en nature pour les salariés. La reprise du travail est prévue pour vendredi soir à minuit dans l’ensemble de la compagnie. Interrogée vendredi après-midi, juste après la signature, la porte-parole de l’intersyndicale, Lucie Tiffenat, estimait avoir eu raison de « tenir » en affirmant que les deux premières semaines de blocage avaient été « perdues » par l’absence de négociation de la direction.

De son côté, la direction d’Air Tahiti a annoncé dès la fin du conflit que « des vols supplémentaires étaient en cours de programmation sur les prochains jours » pour permettre aux passagers qui n’ont pu voyager de partir au plus tôt. Les passagers en attente seront informés de leur nouvel horaire de vol dès que celui-ci sera connu. En revanche, les passagers ayant déjà un billet sur un vol pour les jours à venir sont priés de se présenter à l’enregistrement de leur vol comme prévu. Information au 40 86 42 42 et sur le site de la compagnie.

Article précedent

Le Medef tourne le dos au gouvernement

Article suivant

Tourisme: un début de saison douché par les grèves et les inondations

5 Commentaires

  1. Polux
    4 juin 2016 à 8h03 — Répondre

    En l’an 2016 après Jésus-Christ, toute la France fait la grève …
    Seulement la partie hexagonale ?
    NON, dans un petit pays situé de l’autre côté du monde, qu’on appelle ‘ Polynésie Française’ … une poignée de fonctionnaires et de privilégiés des régimes spéciaux résistent encore et toujours !
    Pour les usagers qui vivent dans les camps de Réfurm, Référendum, Droidelum et Serviceminimum,
    La vie quotidienne est loin d’être facile.
Mais qui sont ces Gaulois assimilés qui résistent à toute réforme ?
    Il y a :
    Galenonix
    Le syndiqué
petit gréviste malin qui se prend pour dieu le père et ment plus vite qu’il respire et à chaque fois trouve un prétexte pour déclencher une grève générale.
    Il y a aussi
    Fonctionpublix
le meilleur ami de Galenonix et Lucia Tiffenatix qui pleure avant qu’on la tape.
    MAIS, Fonctionpublix refuse d’admettre qu’il mange trop et a trop d’avantages.
    Ce qui compte pour lui c’est rigoler et échapper au boulot !
    Et puis, il y a aussi
    Bloklepayx le druide c’est lui qui prépare la potion de grève, la recette magique qui permet de résister encore et toujours aux réformes en prenant le reste du pays en otage.
    Sans oublier Flossakafelonix l’ancien grand chef, d’un âge canonix (époux de picassiettedanmamimine)
qui s’est fait réélire pendant plus de 30 ans
en promettant tout et n’importe quoi à ses militants et en offrant des emplois fictifs à ses amis syndicalix et autres. Il manipule certainement les événement pour sa simple jouissance et pourvoir critiquer l’actuel chef du village.
    Il n’a qu’une seule crainte : que son ex-beauf E. Fritcharix lui pique sa couronne et que la justice lui tombe sur la tête !
    Ah, j’oubliais, son meilleur ennemi Oscarus Temarunix qui lui veut être aussi calife à la place du calife et souhaiterait revenir à l’âge de pierre pour planter des choux sur des morceaux de bouteilles de Hinanonos et être également sacré roi du pays.

    Autres protagonistes du village :
    Titus Viriamunix. Elle dit que dans leurs vies ils travaillent de trop et qu’ils sont fatigués et voudrait beaucoup de jours de repos et plus d’avantages corporatifs car travailler 35 heures par semaine c’est inhumain.

    Toomaruolix. Lui ce qu’il aimerait, c’est que tout redevienne comme en 68 avant JC.
Il est aidé par son copain Sapai paassez Chungix et Cyrilix Lagahix qui aime aussi foute la pagaille.
    Temarudesecourix. Lui, n’a rien à voir la dedans,
mais il adore mettre le bordel, casser les vitrines & brûler immeubles et les voitures de ceux qui bossent et qui n’ont pas assez d’argent pour s’offrir un parking. Il regarde cela d’un air amusé car de toute manière il n’aime pas les transports volants et les brules.
    Ils sont soutenus par l’ensemble des anticapitalix qui ont sont jaloux de ceux qui travaillent et gagnent un peu plus qu’eux. Ils ne veulent pas comprendre que l’on ne veillent pas payer des gens à rien faire. Mais en vérité ils n’en n’ont rien à foutre et utilisent cette excuse pour faire comme les autres et ne rien faire en buvant des Hinanonos et espère que leurs jours de grève leur seront quand même payés, c’est pour elle une idefix.
    Les Touristicus. Les invités des villages qui sont rançonnés dès leurs arrivées et à qui tout le monde fait de grands sourires avec un seul espoir, prendre leurs économies. Car si ils peuvent venir dans notre grand village c’est qu’ils sont riches. En plus, ont les gardes dans les chers villages en forme de huttes en leur interdisant de sortir du village afin de ne pas dépenser leur argent en dehors de chez eux.
    Et surtout pas sur les étales des petits villageois qui ont beaucoup de mal se nourrir. Ils leur disent que le danger est en dehors des villages que eux assurent leur sécurité.
    Heureusement les responsables des charrettes de transport Volantes Manatius Vivishix et Joelius Allainix leurs donnes la priorité sur les transports jusqu’aux villages de huttes.
    A la grande colère des autres habitants du village qui eux voudraient avoir priorité sur les déplacements inter villages et mordre la main de qui les nourries à pas faire grand chose.
    Pendant ce temps-là,
il y en a un qui se marre, c’est Louis Wanenus Pompafrix
le propriétaire de toutes les étales de nourriture du village !
    Il a augmenté ses prix, et tout le monde vient chez lui en disant merci !
    MAURUURU OTI LA DISPUTE C’EST FINIX
    POLUX

  2. Iritahua
    4 juin 2016 à 8h19 — Répondre

    Finalement, qu’est ce qu’elle a gagné la direction de pourrir ainsi la situation.

  3. Gisèle DOOM
    5 juin 2016 à 23h21 — Répondre

    Après avoir cassé notre outil de travail ( perte de 3 semaines avec Zéro franc d’entrée) et nous avoir mis sur la paille, nous, les « îliens », ces messieurs-dames, encouragés par les syndicats, discutent le remboursement de leurs jours de grève et se font offrir un week end à nos frais car qui paye vos salaires si ce n’est nos patentes, impôts, licences, cps et j’en passe !!!
    Qui va noUS REMBOURSER TOUS NOS CLIENTS PERDUS ? A-t’on seulement parlé du saccage de cette grève sur nos entreprises ? PAS UN MOT !!!
    C’est pathétique !!!

    • 6 juin 2016 à 10h23 — Répondre

      Bonjour, deux précisions à apporter à votre commentaire. D’une part, il n’est pas prévu le remboursement des jours de grève dans le protocole d’accord. Les syndicats ne l’ont d’ailleurs pas demandé. D’autre part, les salaires des employés d’Air Tahiti sont payés par les clients de la compagnie et non par l’argent public s’agissant d’une entreprise privée, dont le pays n’est actionnaire qu’à 14%. La seule participation financière du pays concerne les délégations de service public pour rejoindre certaines îles éloignées.

  4. simone grand
    6 juin 2016 à 11h09 — Répondre

    C’est du grand courage ou je ne m’y connais pas.
    Pendant 18 jours ça braille « je suis en grève » et après ça refuse d’assumer ses actes et ne pense qu’à son intérêt personnel, après avoir saboté l’économie du pays ma’ohi qui n’a pas besoin d’étrangers pour se couler. Que peut-on faire contre la falsification de la réalité et la nuisance syndicaliste ? Référendum pour la suppression de leurs subventions?

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Fin de la grève à Air Tahiti