EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Fiu des chiens errants ? En octobre ouvre une fourrière … – Edito 25/08/2017

Demain sera fêtée la journée mondiale du chien, et dimanche celle pour la fin du spécisme c’est à dire considérer que l’homme vaut mieux qu’un animal. Deux célébrations qui tombent à point nommée puisque comme je le lisais hier dans la Dépêche de Tahiti une publication sur Facebook du SPAP, le service de protection animale en Polynésie, semble agiter le landerneau local.

Lundi sur leur page officielle ils publiaient le message suivant « Habitants de Punaauia et des environs, attention, l’appel d’offres pour le recrutement du personnel qui attrapera les chiens “errants” est sorti ! Tout va aller très vite à présent. Gardez bien vos chiens derrière vos portails fermés et faites-les vite identifier ! », fin de citation. Selon le quotidien du pont de la Fautaua, cela faisait suite à « un appel d’offres de la Mairie de Punaauia publié au journal officiel concernant le recrutement de personnel pour la capture d’animaux errants et le ramassage de cadavres d’animaux sur la voie publique ».

 S’il s’avère que la municipalité ne fait que renouveler une convention instaurée en 2014, et se prépare à l’ouverture le 7 octobre prochain de la fourrière intercommunale, c’est fou de voir les passions se déchaîner. Certains semblent découvrir la situation, pourtant nous sommes quand même plusieurs à régulièrement porter la voix de la défense de la cause animale dans les médias. Comme j’ai déjà pu vous le dire et cela vaut la peine d’être répété : quand on aime son animal, ou plutôt quand on dit l’aimer, quand on ne pense pas qu’à sa pomme et qu’on a le souci de l’autre, on prend ses responsabilités. Un animal n’est pas un objet, ce n’est pas un jouet, lorsque l’on en a adopte un on doit assumer le fait qu’il soit susceptible de se reproduire.  Et surtout leur identification est devenue une obligation légale tout comme de faire tout le nécessaire pour qu’ils ne sortent pas de la propriété et errent dans les rues.

Comme le notait de manière pertinente un internaute il n’y a pas de chiens errants « de nature », à la base il y a toujours un maître qui a été fumiste et n’a pas assumé ses responsabilités. D’autres sont plus extrêmes et en viennent à proposer d’euthanasier les propriétaires irresponsables. Attention, il faut raison garder. Et il faut aussi réaliser que face à une surpopulation de chiens livrés à eux-mêmes qui sont malades, pouilleux et affamés, c’est un véritable enjeu de salubrité publique et malheureusement l’euthanasie de ces mammifères devient parfois inévitable. S’en offusquer est une chose, mais cela ne résoudra pas le problème. Aussi soyons tous des maillons forts de la chaîne pour que de manière systématique tout un chacun contribue à la prise de conscience afin que cesse la fainéantise humaine qui cause la souffrance animale. Je ne ferais pas d’antispécisme dimanche car je pense plutôt que parfois certains chiens valent justement mieux que leurs maîtres.

Article précedent

Le projet de Hao de Temaru... à Flosse... à Fritch

Article suivant

« La liste du Tapura pas avant décembre »

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Fiu des chiens errants ? En octobre ouvre une fourrière … – Edito 25/08/2017