INTERNATIONAL

France: les prévisions de croissance "absolument pas" remises en cause

Berlin (AFP) – Les prévisions de croissance économique de la France de 1,5% pour 2016 et 2017 ne sont « absolument pas » remises en cause par la révision en baisse de la croissance du deuxième trimestre, a affirmé le ministre de l’Economie et des Finances Michel Sapin vendredi.

« Tout ceci ne remet absolument pas en cause les prévisions de croissance de l’ordre de 1,5% pour 2016 et 2017 », a déclaré le ministre, lors d’une conférence de presse à Berlin avec ses homologues allemands, Sigmar Gabriel et Wolfgang Schäuble.

Vendredi, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a indiqué, dans une estimation définitive, que le produit intérieur brut (PIB) de la France s’était finalement contracté de 0,1% au deuxième trimestre, alors qu’une estimation précédente faisait état d’une stagnation.

Cette contraction du PIB contraste avec la forte croissance du premier trimestre, qui avait atteint 0,7%. 

Le deuxième trimestre « est un trimestre décevant mais qui vient après un premier trimestre extrêmement fort », a relativisé Michel Sapin.

« Je rappelle que pour ce qui est de la France, ce sont des chiffres (pour les estimations de croissance annuelle) beaucoup plus élevés que les années précédentes et qui, à ce stade-là, permettent de créer un nombre d’emplois suffisant pour faire reculer le chômage », a ajouté le ministre français.

Le ministre de l'Economie et des Finances, Michel Sapin, s'est exprimé depuis Berlin, le 23 septembre 2016. © AFP

© AFP Odd ANDERSEN
Le ministre de l’Economie et des Finances, Michel Sapin, s’est exprimé depuis Berlin, le 23 septembre 2016

132e6f9cb6e8fdf07919aadce9f5575b59b023e5-4
Article précedent

Sécu: redressement promis en 2017 au prix d'économies drastiques

43cb62022d3d67a0f7862ed69a1e26a738e047b3
Article suivant

Kerviel doit verser un million d'euros à la Société Générale au lieu de 4,9 milliards

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

France: les prévisions de croissance "absolument pas" remises en cause