INTERNATIONAL

François Hollande contre la tentation du "tout-national"

Ayguesvives (France) (AFP) – François Hollande a mis en garde samedi soir lors d’un déplacement en Occitanie contre la tentation du « tout-national » et du « repli sur soi », appelant au contraire au rassemblement.

« Quelle est la solution? », s’est demandé le président de la République dans un discours prononcé dans le petit village d’Ayguesvives (Haute-Garonne).

« Le tout-libéral?… Le tout-autoritaire? Je suis pour l’autorité, celle de la République mais l’autoritarisme, ce n’est pas l’autorité, c’est l’arbitraire, c’est le déni des diversités, le risque de conflits », a-t-il ajouté.

« Alors, le tout-national? La Nation, c’est ce qui nous unit. La France est notre patrie. Moi, je suis patriote. Si on voulait se replier, quitter l’Europe, se couper du monde, quel serait notre avenir? », a-t-il demandé.

« L’Europe, on peut la critiquer mais la France, s’il n’y avait pas l’Europe, que pourrait-elle porter à l’échelle internationale? », a-t-il martelé, rappelant que le général De Gaulle « avait fait le choix du marché commun » et que François Mitterrand « avait fait le choix de la monnaie unique ». 

« Le nationalisme, il revient partout en Europe et même aux Etats-Unis. C’est le repli sur soi, l’enfermement, la peur des autres. Il faut au contraire faire en sorte que nous puissions prendre les bonnes décisions face à ces menaces. La France doit être ouverte au monde et se faire respecter au monde », a-t-il dit.

Cherchant visiblement à se placer au-dessus de la mêlée politique, à la veille de la primaire de la droite et du centre, il a reconnu que la démocratie était « regardée par beaucoup comme fatiguée et même comme confisquée ».

« Les citoyens, à juste raison, veulent être davantage associés aux décisions. La décentralisation est une réponse mais pas la seule. Il faut un changement profond dans l’association aux citoyens », a-t-il lancé sur un ton de pré-candidat à la présidentielle.

Semblant déjà en campagne, il a dit voir « quatre enjeux » pour la France: l’investissement – « on doit investir davantage, maintenant que les comptes sont rétablis »-, l’éducation – « nous avons lutté contre les décrochages mais il faut aller vers l’excellence pour tous » -, la formation « sur toute la vie » et, enfin « la transition écologique et énergétique ».

Lors de ce déplacement en Occitanie, M. Hollande a rendu hommage à Castelnaudary (Aude) au Canal du Midi, qui fête ses 350 ans. 

Il y a rencontré une délégation d’agriculteurs qui étaient une centaine à avoir ériger des barrages filtrants afin de protester contre un projet de l’UE de redécoupage des zones défavorisées, qui pourrait provoquer une diminution des aides.

« Le président nous a écoutés », a rapporté Guillaume Durroy, vice-président des Jeunes agriculteurs d’Occitanie. « Il a pris l’engagement que la carte des zones défavorisées ne serait pas envoyée sans être adaptée à nos territoires », a-t-il dit. 

M. Hollande a par la suite visité l’entreprise Sigfox, un leader mondial dans les objets connectés, à Labège (Haute-Garonne), avant de terminer sa visite à Ayguesvives où il a visité l’école primaire du village, récompensée pour un projet sur le développement durable.

Francois Hollande à Ayguesvives, dans le sud de la France, le 19 novembre 2016 . © AFP

© POOL/AFP Guillaume HORCAJUELPO
Francois Hollande à Ayguesvives, dans le sud de la France, le 19 novembre 2016

b2ba7dd009af17206a9449b6c3cf7bd3810f60e8
Article précedent

Rugby: le XV de France mené 13 à 11 à la mi-temps face à l'Australie

b9f0d4e8a02b60bbd68b203471eeb2797e111a87
Article suivant

Syrie: Washington condamne des actes "atroces" à Alep, l'ONU "horrifiée"

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

François Hollande contre la tentation du "tout-national"