ACTUS LOCALESECONOMIE

Fritch mise sur les investisseurs locaux

© Présidence

© Présidence

La première « Conférence économique » du Pays a débuté mardi matin à la présidence de la Polynésie en présence du gouvernement, des organisations patronales, syndicales et des représentants de la société civile. Trois tables rondes sur la création d’emploi, la fiscalité, et la refondation de l’économie polynésienne ont été mises en place. En préalable, le président du Pays, Edouard Fritch, a insisté sur l’importance des investisseurs locaux dans la relance économique.

Les principaux acteurs économiques du Pays étaient rassemblés à la présidence mardi matin pour la première « conférence économique » organisée par le Pays sur deux jours. Cette conférence est amenée à se répéter deux fois par ans. La prochaine aura lieu en septembre. Pendant deux jours, le gouvernement, le patronat, les syndicats et la société civile vont échanger ensemble sur les actions à mener pour soutenir la relance économique du Pays. Une relance timide mais confirmée par les chiffres de l’IEOM et l’ISPF avec une hausse du chiffre d’affaires des entreprises, une augmentation de nombre de touristes et une baisse du chômage ces deux dernières années… Des tables rondes sont organisées avec les acteurs économiques de la Polynésie pour dégager des nouvelles pistes d’actions sur la création d’emploi, la fiscalité et la refondation des l’économie polynésienne. Le gouvernement espère y trouver le « coup de pouce » qui manque à la relance comme l’explique le ministre de la relance économique, Teva Rohfritsch.

Fritch lance un appel aux investisseurs locaux

Dans son discours de présentation, le président du Pays a exprimé sa « ferme volonté de compter avant tous sur les investisseurs polynésiens ». Des investisseurs qualifiés de « fers de lance du développement économique ». Dans son discours, le président a évoqué le projet de ferme aquacole de Hao, le Tahiti Mahana Beach, le plan d’actions économiques présenté lors de l’ouverture de la session administrative ou encore le pôle Santé mentale ou le SWAC de l’hôpital…

De leur côté, les acteurs économiques sont « satisfaits » d’être associés aux travaux du gouvernement. Le président du Medef, Olivier Kressmann, profitera de ces rencontres pour porter la voix des patrons dans la future réforme fiscale et dans la refonte du code du travail.

Article précedent

La "rédemption" de Jean-Paul Tuaiva

Article suivant

Les feux du carrefour du Pacifique allumés jeudi

2 Commentaires

  1. simone grand
    18 mai 2016 à 8h00 — Répondre

    pour stimuler l’investissement local, le gouvernement ferait bien de veiller à ce que ses services cessent d’entraver la sortie de l’indivision par de multiples arguments incohérents et en contraignant au tout judiciaire.

  2. microstring
    18 mai 2016 à 9h11 — Répondre

    De quelle relance parle-t-on ? Celle de 2025 avec les grands projets.Mais que devient le petit commerçant, l’artisan ou l’entrepreneur dans ce schéma ? Il est froidement mit de coté à mon avis. Voyez tous les magasins fermés…
    Et que fait l’autorité de la concurrence ? Sous couvert de grandes enseignes qui appartiennent à un seul groupe financier, on nous fait croire à la libre concurrence… Laissez-moi douter de la compétence des gouvernants…

Laisser un commentaire

PARTAGER

Fritch mise sur les investisseurs locaux