ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Fritch : « Il faut ouvrir notre réflexion sur d’autres produits issus du coco »

20180809_124332
20180809_124323
20180809_124102
20180809_124240
20180809_124226
20180809_133943
20180809_124211
20180809_104239
20180809_121809
20180809_121727
20180809_124348
20180809_124118
20180809_124112
20180809_104221
20180809_134431
20180809_121716
20180809_134024
20180809_121756
20180809_133840
20180809_133816
20180809_133806
20180809_133647
20180809_121841
20180809_121823
20180809_104204
20180809_104128

Les produits du cocotier peuvent être utilisés pour la fabrication de « tortillons anti moustiques, pour faire des serpillères, pour faire pousser des plantes hors sol » a affirmé le président du Pays, Edouard Fritch, lors de son déplacement à Ana’a et Hereheretue. Une richesse autre que le coprah, subventionné par le gouvernement, et sur laquelle vont se pencher Pays, communes et propriétaires de terrains. 

Lors de son déplacement à Hereheretue et à Ana’a, le président du Pays, Edouard Fritch, a insisté sur le développement d’autres produits dérivés du cocotier. Hereheretue par exemple, avec sa cinquantaine d’habitant, fourni à lui seul 10 tonnes de coprah par mois. Edouard Fritch a affirmé que le coprah est le « fondement de leur économie et les populations des Tuamotu vivent essentiellement de ce coprah» mais que d’autres pistes devraient être étudiées. En effet, le coprah est subventionné à hauteur de plus 1 milliard de Fcfp par le Pays ces dernières années au travers de l’Huilerie de Tahiti qui a pour obligation d’acheter le coprah à 140 Fcfp le kilo. Un prix fixé par le conseil des ministres alors même que le cours mondial se montait en 2010 à 104 Fcfp le kilo. Dans son rapport de 2017, la Cour territoriale des comptes (CTC) écrivait même que l’huilerie effectue dans ce cadre précis une « mission sociale qui lui est assignée par son actionnaire majoritaire » qu’est le Pays. Le président a rajouté que « le lait de coco est vendu à un prix d’or à Papeete, et le coco lui-même est vendu à 45-50 Fcfp ». Pour Edouard Fritch, les habitants des Tuamotu devraient commencer à voir le développement de leurs îles « autrement qu’au travers de quelque chose de subventionné qu’est le coprah ».

D’ailleurs, le président a rappelé qu’à une époque cette coopération existait. Des contrats d’emplois aidés avaient été mis en place et Edouard Fritch compte même recommencer l’expérience.

Article précedent

Championnat OFC U-19 : Les Cagous accompagnent les Iles Salomon dans le dernier carré

Article suivant

L'eau et le foncier en ligne de mire à Ana'a

1 Commentaire

  1. teiva j.
    13 août 2018 à 9h30 — Répondre

    au japon ils utilise les fibres pour confectionner des matelas et aussi l’utilisation du kapok. Merci d’ouvrir des filières de recherche dans ce domaine au lieu d’utiliser des produits synthétique….

Répondre à teiva j. Annuler la réponse.

PARTAGER

Fritch : « Il faut ouvrir notre réflexion sur d’autres produits issus du coco »