EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Gaspillage alimentaire : incroyable mais vrai – Edito 16/10/2018

Aujourd’hui c’est à la fois la journée mondiale du pain mais aussi celle de l’alimentation. La France a choisi justement cette date pour faire prendre conscience d’un problématique qui touche nos sociétés occidentalisées : en faire aussi la journée contre le gaspillage alimentaire.

Saviez-vous par exemple que dans le monde, le tiers des aliments destinés à la consommation humaine est gaspillé ? En France, on estime que près de 10 millions de tonnes de nourriture consommable sont jetées chaque année. Les conséquences se font sentir à la fois sur le plan environnemental mais aussi économique et social. J’ai ainsi pu lire sur le site casuffitlegachis.fr qu’à l’échelle mondiale, le gaspillage alimentaire émet autant de gaz à effet de serre qu’un pays dont le niveau d’activité se situerait en 3e position juste après celui de la Chine et des USA, du fait de l’énergie nécessaire pour produire, transformer, conserver, emballer, transporter … C’est également un gaspillage de ressources naturelles conséquent et notamment d’eau.

Et puis avouez-le, lorsque vous imaginez qu’est jetée de la nourriture ça ne peut que faire un pincement au cœur lorsque l’on sait qu’une partie de l’espèce humaine connaît une crise alimentaire au niveau mondial. Rien qu’en France, DOM TOM POM compris, c’est une personne sur dix qui a du mal à se nourrir.

Depuis 2016 existe en Métropole une loi qui oblige les supermarchés de plus de 400 mètres carrés à donner leurs invendus alimentaires s’ils sont sollicités par des associations. En cas de refus, les supermarchés sont passibles d’une amende de quasiment 400 000 Fcp par infraction. Voilà une réglementation qui vaudrait la peine d’être adaptée chez nous car je serais curieux de connaître les tonnes de nourriture qui sont jetées par nos grandes surfaces.

Guillaume Garot, député PS de la Mayenne, auteur et rapporteur de la loi de 2016 indiquait hier au Figaro je cite que « Cette loi a accéléré la prise de conscience de la réalité du gaspillage alimentaire et a responsabilisé la grande distribution, qui jetait de la nourriture consommable ». Et cela fonctionne très bien, ce sont ainsi 95% des grands magasins qui donnent leurs invendus aux associations. Je suis certain qu’au Fenua l’adaptation d’une bonne idée qui marche ailleurs ferait des émules.

Il faut enfin aussi reconnaître que parfois on n’est pas aidé, entre la DLC, la DLUO, la DDM, le « à consommer jusqu’au », le « à consomme de préférence avant le… » etc, il y a de quoi douter, se tromper et gaspiller tout en restant de bonne foi. Il y a certainement des efforts à faire à ce niveau pour faciliter la lisibilité et la compréhension. Restera un grand travail d’éducation aussi, celui de permettre aux plus petits déjà à comprendre qu’il ne faut pas gaspiller quelque chose qui peut encore être mangé. Dans certains pays des bouts de choux rêvent juste de manger à leur faim, ni plus ni moins, juste à leur faim.

Article précedent

Le répondeur de 6h30, le 16/10/2018

Article suivant

Football – Ligue 1 : Central s’impose 5-3 contre Pirae

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Gaspillage alimentaire : incroyable mais vrai – Edito 16/10/2018