ACTUS LOCALESSOCIAL

Grève dans le BTP : « Pendant des années les entreprises locales ont régné en maîtres sur le marché du bâtiment, du bétonnage »

La secrétaire générale de Otahi dénonce le fait que « pendant des années les entreprises locales ont régné en maîtres sur le marché du bâtiment, du bétonnage » mais n’ont rien fait pour embaucher les compétences. Résultat, aujourd’hui l’entreprise Boyer qui a les compétences récupère beaucoup de marchés publics, puisqu’elle est en mesure de répondre correctement aux appels d’offre. « Il n’y a pas de magouilles (…) pas de pot de vin ».         

La secrétaire générale de Otahi, Lucie Tiffenat, regrette que les 6 grandes entreprises du BTP du fenua, JL Polynésie, Fiumarella, Poly Goudronnage, Bernard Travaux Polynésie, JB Lecaill et Interoute dont les salariés sont en grève n’aient pas fait le nécessaire pour embaucher du personnel compétent pour répondre aux appels d’offre, comme l’a fait leur concurrent Boyer. Elle assure que si ce dernier se voit en effet attribuer de nombreux marchés publics, c’est grâce aux compétences au sein de l’entreprise. La secrétaire générale de Otahi dénonce d’ailleurs le fait que  « pendant des années les entreprises locales ont régné en maîtres sur le marché du bâtiment, du bétonnage. (…)Aujourd’hui Boyer pour sauver sa peau s’est attaché les services de personnels compétents pour répondre aux appels d’offre (…). »

A lire aussi : « On va faire monter la pression » Patrick Galenon

A lire aussi: Boyer fait du dumping

« Il n’y a pas de pots-de-vin »  

Lucie Tiffenat affirme que les entreprises en grève « veulent faire croire à leurs salariés que l’entreprise qui est majoritaire et qui a tous les marchés … on parle de pots-de-vin ou quoique ce soit. Je dis non ». Mais elle se sent rassurée puisque selon elle, certaines entreprises du BTP du fenua sont elles aussi sur le point d’embaucher des personnes compétentes pour pouvoir répondre correctement aux appels d’offre.

A Lire aussi : Préavis de grève dans les 6 grandes entreprises du BTP du fenua

La secrétaire générale de Otahi assure qu’une solution pourrait être trouvée. Elle fait notamment état de la remise en place du plan de charge qui a été retiré du code des marchés public. Le plan de charge permettait au gouvernement de voir si telle ou telle entreprise avait un carnet de commandes rempli, et pouvait ainsi donner en tenir compte en attribuant des marchés à d’autres entreprises. Cet outil pourrait, selon Lucie Tiffenat donner des chantiers à toutes les entreprises du BTP du fenua : « Boyer aura toujours les moyens d’avoir tous les marchés qu’il veut, car sur le papier il remplit toutes les conditions ».

A lire aussi : L’équipement et les entreprises du BTP en grève

A lire aussi: Préavis de grève à al direction de l’équipement

 

Les entreprises du BTP dont les salariés sont en grève, n’ont pas voulu répondre à nos questions.

Article précedent

Crème Caramel

Article suivant

Inégibilité de Cyril Tetuanui : délibéré le 3 octobre

3 Commentaires

  1. bernaix
    22 août 2019 à 13h02 — Répondre

    Il faut juste souligner que l’entreprise BOYER se voit attribuer les marchés public en étant en moyenne 30 a 40% moins chère que les concurrents. Apres l’entreprise marche aux avenants pour réajuster ses tarifs qui au final sont aux même prix que la concurrence.
    Aucune entreprise ne peux rivaliser face a cette façon de procéder.
    Quand au pot de vin, la secrétaire générale du syndicat doit être dans la confidence!
    Les autres entreprises nommées ont elles aussi les compétences et le personnel d’encadrement et de terrain qu’il faut!

  2. CARON Jean Louis
    22 août 2019 à 14h31 — Répondre

    Et bien voilà, tout est dit, concernant ces six entreprises privées qui sont en grève car elles ne sont pas au niveau requis pour remporter les appels d’offres elles se sont gavées pendant des dizaines d’années, gavées de chez gavées !!!!! au lieu et place d’évoluer dans le bon sens d’une vraie entreprise pour pouvoir assurer le lendemain et aujourd’hui nada, plus rien car incompétentes et vont pleurer auprès du gouvernement. Faut vraiment avoir un certain culot pour en arriver à ce point. Vraiment pas joli de la part de ces responsables syndicaux qui cautionnennt cela et qui mènent ce genre de situation aujourd’hui avec 13,9 % !!!!! de moutons comme d’habitude derrière eux !!!!!. Moi j’aurai honte à votre place.

  3. ROBIN
    23 août 2019 à 7h48 — Répondre

    Boyer n’embauche pas de personnel, il débauche dans les entreprise local en offrant des salaires au dessus de la normal de la grille du BTP. Il est facile dans ces conditions de dire qu’il as les compétence et les techniciens. Il n’est pas logique et même je dirais louche qu’une seul entreprise se vois attribuer pratiquement tous les marché public,

Répondre à bernaix Annuler la réponse.

PARTAGER

Grève dans le BTP : « Pendant des années les entreprises locales ont régné en maîtres sur le marché du bâtiment, du bétonnage »