EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Grève des pompiers ADT : comment redéfinir l’indécence ? – Edito 18/05/2017

En 2014 l’ISPF avait compilé des chiffres issus notamment des déclarations à la CPS. On apprenait ainsi que dans le secteur privé plus de 75% de la population polynésienne gagnait moins de 300 000 Fcp par mois. Et pour être encore plus précis, la moitié de notre population doit se débrouiller avec moins de 200 000 Fcp par mois.

Notre économie donne certes des indices de reprise, mais elle est encore bien fragile. Tous les secteurs d’activités du Fenua sont totalement interdépendants pour créer de la richesse, la pérenniser, et tenter si possible de la faire fructifier.

Nous vivons dans une époque où sommes dans l’obligation de devoir faire des efforts tant pour nous que pour la collectivité. Car si celle-ci s’effondre, on tombera avec. Aussi, partant de ce postulat on ne peut plus objectif vous comprendrez qu’on puisse être totalement écœuré de ce qui se passe du côté de la grève des pompiers de ADT dans nos différents aéroports.

User de son droit de grève fait partie des libertés fondamentales offertes par notre République. Mais en user de manière responsable et en toute bonne foi fait partie des obligations fondamentales de toute personne qui apprécie cette liberté pour ce qu’elle représente sans risquer de laisser soupçonner qu’elle tend à en abuser.

Quelle image pitoyable donnons-nous de notre beau pays au moment où notre tourisme est en pleine relance mais lui aussi tellement fragile, de faire dormir des centaines de passagers sur des lits de camps dans un hall d’aérogare. Pour tenter de gagner coûte que coûte environ 200 000 Fcp de plus que 75% de la population de notre pays, on le paralyse, on l’abîme. C’est totalement irresponsable. Quand j’entends des responsables syndicaux annoncer dans les médias que malgré les réquisitions du haut-commissaire les intéressés seraient mis en arrêt maladie, que le blocage persisterait, on saisit toute l’étendue du « je-m’en-foutisme » érigé avec médiocrité, en fierté.

C’est si pénible que ça de faire ce job pour mériter des salaires de plus de 500 000Fcp ? J’ai loupé quelque chose ou quoi ? On a 10 gros porteurs et 30 ATR qui atterrissent chaque jour chez nous et je ne l’aurais pas remarqué ? Bien entendu que je caricature, mais il faut arrêter le délire. Dans l’état de sinistrose ambiante, alors que nous sommes une majorité à boucler difficilement les fins de mois, on devrait accepter sans broncher que ceux qui sont sur la planche avec nous la scient ?

A Tahiti avec des gros qui veulent grossir encore plus face à ceux qui crèvent la dalle tout en œuvrant pour les empêcher un peu plus de manger, on redéfinit l’indécence.

Article précedent

Un marché polynésien à Paris

Article suivant

Une plage et un parc publics sur le site de Outumaoro

3 Commentaires

  1. HuahineMan
    19 mai 2017 à 8h18 — Répondre

    Mauruuru par ton édito de dire d’écrire tout haut ce que la majorité des habitants de Polynésie et des îles comme moi pensent tout bas. Lamentables qu’ils sont ces pompiers et syndicalistes véreux.

  2. Patrick robson
    19 mai 2017 à 15h00 — Répondre

    Bien vu ….helas!

  3. Chaval
    23 mai 2017 à 6h39 — Répondre

    Bonne analyse de Taliercio, c’est absolument scandaleux ce comportement égoïste et suicidaire de ces « professionnels » du feu qui ne manquent pas d’air d’exiger « plus » sous prétexte qu’ils font un métier à risques, oui peut-être mais ne nous moquons pas des gens. Combien de fois ces messieurs interviennent-ils sur un sinistre d’aéronefs dans une année ? Heureusement pratiquement jamais, et c’est là où le bât blesse, comment peuvent-ils demander pour une intervention qui Dieu merci nous épargne ici en Polynésie (je n’oublie pas les trois accidents de ces 30 dernières années, Air France, Marquises et Moorea, plus loin encore le vol de la Panam). La plupart de ces « pompier » n’étaient même pas encore en service à l’époque. Il y a des jeunes honnête qui cherchent du boulot, alors messieurs un peu de décence ou fichez le camp.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Grève des pompiers ADT : comment redéfinir l’indécence ? – Edito 18/05/2017