ACTUS LOCALESSPORT

« Haapiti Pro 2021 » : les riders locaux contre le surf business

Connu de toute la communauté surf de Moorea, le site de Haapiti est aujourd’hui sujet à controverse. Objet de la discorde : une compétition internationale de paddle surf, la « Haapiti Pro 2021 » prévue au mois de septembre 2021. En réaction, l’association Aimeho Surf Association, a partagé sur les réseaux sociaux son mécontentement autour du projet. L’association regrette de ne pas avoir été consultée et s’insurge des conséquences négatives d’une telle compétition sur l’île sœur.

« C’est en lisant la Dépêche de Tahiti que nous avons eu vent de ce projet, nous regrettons vraiment de ne pas avoir été consultés », explique d’emblée Manatea Couraud, président de l’association qui regroupe la majorité des surfeurs de Moorea. Pour l’association, ce projet va à l’encontre de ses valeurs et changera la nature même du spot de Haapiti. « Depuis toujours Moorea a été préservée des compétitions de surf locales ou internationales, notamment pour préserver les sites de surf de l‘île ».

« Moorea doit conserver son authenticité »

La préservation de l’environnement est le principal argument développé par l’association. Une compétition d’une telle envergure représenterait « une menace » pour la préservation de l’équilibre naturel de l’île, d’après l’association, qui s’inquiète notamment pour la tranquillité des dauphins et baleines souvent présents dans le lagon à cette période de l’année.  « La création d’une marina, de deux catamarans vont tout bouleverser. Sans parler des autres projets d’aménagements ou d’infrastructures qui suivront », prévient Manatea.

Si Moorea a su préserver son authenticité et son charme, c’est justement grâce au calme qui règne sur l’île. Selon l’association, celui qui est à l’initiative du projet, Christophe Holozet, organisateur de la Haapiti Pro 2021, n’est pas passé par la Fédération tahitienne de surf qui détient la délégation de service public, et « est davantage motivé par le profit que par l’amour du surf « . Un business qui est pointé du doigt par l’association, qui ne veut pas d’un « Teahupoo Bis » où le « surf business triomphe ». « Les organisateurs veulent tout simplement copier sur Teahupoo. Nous à Moorea, nous ne voulons pas de ça ».

Par ailleurs, l’association indique que de nombreux sites existent déjà. Des sites où la logistique est déjà bien au point avec des organismes déjà implantés et qualifiés pour ce genre d’événement.

À noter que l’association est dans l’attente d’une date afin de rencontrer le tavana de Moorea, Evans Haumani, qui aurait encouragé le projet pour redynamiser l’île, afin d’exposer l’ensemble des arguments défendus par l’association.

Article précedent

La revue de presque de Nicolas Canteloup d'Europe 1 - L'intégrale du 18/12/2020

Article suivant

Une montre de luxe baptisée… Rangiroa

1 Commentaire

  1. tam
    20 décembre 2020 à 8h55 — Répondre

    Très bien!!! La conservation de l’authenticité de notre environnement est une réalité primordial pour les années à venir.

Laisser un commentaire

PARTAGER

« Haapiti Pro 2021 » : les riders locaux contre le surf business