ACTUS LOCALESSOCIÉTÉ

Halte à la prise de risques : 1 000 jeunes sensibilisés en 2016

©DR

©DR

Les sessions Halte à la prise de risques se sont terminées ce samedi. Selon les chiffres des forces de l’ordre, dans la moitié des accidents mortels de l’année dernière, les victimes étaient des jeunes de 17 à 25 ans. La gendarmerie estime important de continuer à les sensibiliser.

Les sessions Halte à la prise de risques se sont terminées ce week-end avec une dernière journée consacrée à la sécurité routière. Depuis le mois de janvier, la gendarmerie et ses partenaires enchaînent les stages afin de sensibiliser un maximum de jeunes aux dangers de la route. Ce sont environ 1 000 adolescents qui seront passés dans les mains des experts pour mieux comprendre les risques de certains comportements. Le capitaine Olivier Faure, officier adjoint chargé de la sécurité routière pour la gendarmerie, explique qu’il y a encore trop d’accidents même si le nombre de morts a chuté depuis quelques années passant d’une trentaine par an à deux fois moins environ.

Pendant ces journées, les lycéens et étudiants âgés de 17 à 25 ans écoutent plusieurs experts dans différents secteurs : auto-école, gendarmerie, assurance, mais aussi des témoignages de victimes ou d’auteurs d’accidents. Le Dr Belli intervient également, photo à l’appui, pour expliquer quels peuvent être les traumatismes sur un corps humain. En 2015, 50% des accidents mortels ont concerné des personnes âgées de 17 – 25 ans et depuis le début de cette année, 30% des personnes décédées sur la route étaient des personnes de cette tranche d’âge (chiffres de la zone gendarmerie). Pour impacter cette jeunesse et réussir à lui faire changer certains de ses comportements, la gendarmerie utilise aussi des véhicules spécialisés, prêtés par la direction des transports terrestres, pour lier à la théorie la pratique. Une voiture tonneau et une voiture choc permettent d’expérimenter les accidents en toute sécurité. Pour le capitaine Olivier Faure, « la répression a ses limites et c’est grâce à la prévention qu’on y arrivera ». L’alcool est le premier facteur des accidents chez les jeunes avec la consommation de stupéfiants, viennent ensuite le défaut de ceinture ou de casque puis la vitesse. Les journées Halte à la prise de risques se terminent avec un QCM que les jeunes doivent remplir et plusieurs lots sont à gagner dont des formations aux permis de conduire, un voyage pour la Nouvelle-Zélande, un scooter… De quoi motiver à prendre moins de risques.

Article précedent

Un jeune homme de 29 ans maîtrisé au taser

Article suivant

Solar Impulse 2 quitte New York pour sa traversée de l'Atlantique

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Halte à la prise de risques : 1 000 jeunes sensibilisés en 2016