INTERNATIONAL

Haute couture: ça brille!

Paris (AFP) – L’été promet d’être brillant au vu des collections de haute couture présentées mardi à Paris, version jeux de miroir chez Chanel qui réinterprète son héritage, reines du bal acidulées chez Alexis Mabille et audacieuses sexy chez Julien Fournié.
 

– Les facettes de Chanel –

« Miroir, qui est la plus belle? » Pour le défilé haute couture de Chanel, Karl Lagerfeld avait choisi de reconstituer sous la verrière du Grand Palais un décor de glaces à facettes rappelant l’escalier de la rue Cambon, siège historique de la maison.

C’est dans cet escalier aux parois couvertes de miroirs, menant à son appartement au deuxième étage, que Gabrielle Chanel avait l’habitude de s’asseoir pendant les défilés qui se tenaient en contrebas dans le salon, afin d’observer les réactions des invités.

La collection printemps-été 2017 commence par des variations autour du célèbre tailleur en tweed Chanel, dans des tons pastels. La taille est haute, accentuée par une large ceinture. 

Un petit chapeau porté sur l’arrière de la tête complète le look, pour une allure Jackie Kennedy. Pour contraster le côté classique, des escarpins argentés brillants, et un bracelet de perles autour du pied parfois tatoué.

Suivent des robes corolles très fifties, de longues robes fourreaux et des silhouettes années 30, avec une profusion de plumes. Certaines jupes ont une forme ovoïde mettant en valeur les hanches. L’heure est au glamour étincelant: cristaux, perles, sequins font briller les tenues.

Le défilé s’achève dans une abondance de volants rose poudré avec Lily-Rose Depp en robe de mariée, au bras de Karl Lagerfeld, sous les yeux du chanteur sud-coréen G-Dragon et de la chanteuse et actrice française Cécile Cassel.

– Les princesses d’Alexis Mabille –

Diadèmes sur le front ou à la ceinture, la femme aura des allures de reine du bal cet été pour Alexis Mabille. 

« Un baisemain c’est très bien mais un diadème en diamants dure toute la vie », cette phrase de Marilyn Monroe dans « Les hommes préfèrent les blondes » sert de fil rouge au défilé auquel assistait la ministre de la Culture, Audrey Azoulay.

Pour l’été prochain, le créateur a dessiné des robes fourreaux, bustiers et patineuses aux couleurs éclatantes renouant avec la tendance « color block » (orange vif, jaune pétant, rose ou vert émeraude). 

Le tulle est omniprésent apportant une touche de légèreté aux silhouettes parées d’un voile, à la manière de jeunes mariées pop.

– Des corps et des strass –

Acidulé et sexy, le vestiaire de Julien Fournié fait la part belle au corps féminin: les bustiers donnent à voir des poitrines pigeonnantes, les micro-shorts des jambes interminables et les brassières des ventres toniques. 

Souvent près du corps, les robes sont ornées de paillettes, strass et sequins, donnant une touche glamour à des tenues à l’esprit balnéaire présentées au sein de l’oratoire du Louvre, temple protestant situé en plein coeur de Paris. 

Là encore, les couleurs éclatantes sont reines même si elles laissent parfois la place à des imprimés recouverts de dentelle noire et de strass.

Le défilé était très attendu, Julien Fournié venant de recevoir l’appellation « haute couture ». Ce label juridiquement protégé dont ne peuvent se prévaloir que 15 maisons (dont Chanel, Dior et Jean Paul Gaultier…) consacre des créations faites à la main, aux mesures de la (riche) cliente.

Un mannequin présente une création Chanel de la collection printemps/été, le 24 janvier 2017 à Paris. © AFP

© AFP Patrick KOVARIK
Un mannequin présente une création Chanel de la collection printemps/été, le 24 janvier 2017 à Paris

Article précedent

Chômage en France: la courbe s'est finalement inversée en 2016

Article suivant

Vivarte cède André et Naf Naf et supprime des centaines de postes

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Haute couture: ça brille!