ACTUS LOCALESECONOMIE

Hinano Bagnis proposée pour intégrer l’Autorité polynésienne de la concurrence

Hinano Bagnis a été proposée par le président de l’Autorité polynésienne de la concurrence (APC), Jacques Mérot, pour intégrer l’autorité indépendante, suite à la démission de l’économiste Florent Venayre il y a deux semaines. La décision de sa nomination reviendra au conseil des ministres mercredi prochain.

Le président de l’APC, Jacques Mérot, a proposé cette semaine au président du Pays la nomination de Hinano Bagnis comme membre de l’autorité indépendante. Deux semaines après la démission de l’économiste Florent Venayre, le président de l’APC a visiblement choisi un profil plus juridique qu’économique. Après une thèse de droit sur la « promotion des investissements en Polynésie française » soutenue en 2003, Hinano Bagnis a été nommé Déléguée à la promotion des investissements pour le Pays en 2007 et 2008. Elle a ensuite notamment dirigé la Tetiaroa Society entre 2009 et 2014. Sa nomination doit maintenant être entérinée mercredi prochain en conseil des ministres. Hinano Bagnis pourrait alors rejoindre les trois autres membres de l’autorité présidée par Jacques Mérot : Maiana Bambridge, Julien Vucher-Visin et Jean-Christophe Lau.

Article précedent

L'épidémie de dengue de type 2 tuée dans l'œuf

Article suivant

Le ton monte entre Boyer et les géants du « noir »

2 Commentaires

  1. PAVLOVA
    24 mars 2017 à 22h01 — Répondre

    La Boucle est enfin bouclee comme prevu depuis le debut de cet enfumage ou les cocus se comptent….puisque la Franc-Maconnerie met officiellement ses pieds a l’etrier !!!
    Te nunaa eaha ta outou ei ti’ai ra….ua rore hia to oe hiro’a ….

  2. RQ
    25 mars 2017 à 17h08 — Répondre

    Bien sur Pavlova il faut respecter les relations , mais je préfère le sourire de Hinano à celui de Mérot , elle ne va pas se braquer comme Venayre,
    que j’ appréciais de voir à ce poste comme économiste ! Bon vent Hinano !

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Hinano Bagnis proposée pour intégrer l’Autorité polynésienne de la concurrence