EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Histoire d’une improbable amitié qui change une vie – Edito 28/02/2018

C’est l’histoire d’un petit gars que rien n’arrêtait. Il avait la tchatche d’aussi loin que tous ceux qui le connaissent s’en souviennent. Certainement trop sûr de lui, tranchant, parfois cassant, mais heureusement jamais méchant. Ces travers étaient paraît-il amortis par son humour et sa générosité et un talent qu’on lui reconnaissait puisqu’il n’a cessé d’évoluer dans son secteur de prédilection. Au fond de lui, pétri de complexes, il en faisait 10 fois trop pour être sûr de bien faire jusqu’à parfois effrayer ceux qui étaient censés lui confier des responsabilités. Prisonnier de ses doutes et de ses névroses, aux yeux de ce jeune loup, rares étaient ceux qui trouvaient grâce.

Un jour il fut ébranlé dans son orgueil et ses certitudes par un de ceux qu’il avait rangé depuis une bonne décennie dans le tiroir de ses inimitiés, puis dans celui où on met ceux qu’on finit par préférer ignorer car un soupçon de raison aura pris le pas sur la passion. Ce jour où comme une fulgurance intellectuelle, il a bien été obligé de se rendre compte que cet autre valait mieux que lui sur bien des points. Il est ainsi des rencontres dans une vie qui sont susceptibles non seulement de vous permettre de vous retrouver, mais aussi de vous mettre sur les rails de votre existence version 2.0. Une mise à jour du système d’exploitation à la fois salvatrice et providentielle.

Le « quasi-ennemi » vous avez alors envie d’en faire votre ami car il a su vous toucher là où personne n’a su le faire auparavant. Ce garçon venait ni plus ni moins que de faire enfin la connaissance d’un de ses mentors. Ce dernier ne faisait qu’être lui-même après tout, et si ça se trouve, dans la pudeur virile de leur relation – en tout cas du mieux qu’elle pouvait l’être en l’espèce – ne s’était-il même pas rendu compte de ce vertueux statut. En étant le premier à lui proposer une autre manière d’écouter et de dialoguer, la bienveillance en bandoulière pour creuser au-delà des apparences, des idées reçues, des réputations que les jaloux et les haineux vous font, il était parvenu à changer l’impétueux.

Bon j’imagine que vous me voyez venir, oui, je parlais de moi, oui, j’ai écrit à la troisième personne, et non, en effet comme quoi ce n’est donc pas totalement gagné, mais je me soigne. Et cet autre que je remercie le ciel d’avoir re rencontré c’est Frédéric Dubuis, notre Directeur à Radio 1, le bras droit de Sonia Aline, qui en ce 28 février, jour de mes 40 ans me fait un drôle de cadeau, il quitte notre station pour partir vers de nouvelles aventures. A toutes et tous qui m’écoutez ce matin, pour ne pas que ça reste juste un épisode de vie privée rendu public par l’impudeur que peut parfois procurer la notoriété, retenez simplement que vous seriez bien avisé de laisser une deuxième chance à ceux qui vous paraissent improbables de la mériter, cela pourrait vous changer, en mieux. Merci et bon vent Fred, ciao patron.

Article précedent

Un budget primitif de l’hôpital à 25,7 milliards

Article suivant

Les préavis de grève générale du 6 mars déposés

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Histoire d’une improbable amitié qui change une vie – Edito 28/02/2018