AFPINTERNATIONAL

Hollande et Valls poursuivent leur mano a mano au sommet de l'Etat

Paris (AFP) – Au lendemain de la large victoire de François Fillon à la primaire de la droite, François Hollande et Manuel Valls continuent de se livrer à un mano a mano pour savoir lequel des deux se présentera à la présidentielle.

Après un week-end d’offensive de Manuel Valls, les deux têtes de l’exécutif se sont retrouvées pour leur traditionnel déjeuner du lundi qui a pris toutefois un tour exceptionnel, se prolongeant pendant deux longues heures.

Arrivé avec une demi-heure d’avance sur l’horaire prévu, Manuel Valls a quitté le palais présidentiel, le visage fermé et ses dossiers sous le bras. Il est parti dans la foulée pour une visite officielle en Tunisie.

L’ambiance a été « tout à fait cordiale et studieuse », a-t-on assuré dans l’entourage de M. Hollande. L’action de l’exécutif va-elle pouvoir se poursuivre sereinement? « Bien entendu », a-t-on ajouté de même source.

Dans la matinée, le chef de l’Etat a intensifié le bras de fer qui l’oppose à son Premier ministre, réaffirmant, par la voix de ses soutiens, qu’il gardait bien la main pour décider s’il se lançait dans la compétition.

« Il n’y aura pas de primaire entre le président de la République et le Premier ministre », a ainsi affirmé sur Europe 1 le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, indéfectible soutien de François Hollande. 

« Ca n’existe pas, ça ne peut pas s’imaginer sauf dans des esprits qui ont un petit peu tendance à confondre leur ressentiment personnel avec l’intérêt général », a également déclaré M. Le Foll, en réponse à l’hypothèse lancée samedi matin par le président (PS) de l’Assemblée nationale Claude Bartolone.

Ce dernier, égratigné dans le livre de confidences « Un président ne devrait pas dire ça… », a lancé un pavé dans la mare en évoquant un duel de l’exécutif, en marge d’une réunion de la gauche censée oeuvrer au rassemblement.

« Voir le quatrième personnage de l’Etat proposer une crise institutionnelle, mais où va-t-on? », s’en est ainsi ému lundi matin le député Olivier Faure, porte-parole du PS.

Moins virulent mais tout aussi clair, le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a dressé le même constat sur France 2 en se prononçant « pour la primaire de toute la gauche, pas nécessairement avec la totalité de l’exécutif ».

« Discussion oui, crise non », a-t-il ajouté.

« La déclaration de Claude Bartolone était très malvenue (…) car je pense qu’il ne peut pas y avoir d’opposition entre un président de la République et un Premier ministre », a renchéri la maire de Lille, Martine Aubry.

– Climat délétère –

M. Cambadélis tente de positiver : « Rien d’irréparable n’a été dit » entre les deux têtes de l’exécutif et une fois que François Hollande aura pris la décision, ou non, de se lancer dans la primaire, il n’y aura qu' »un seul candidat de la majorité du Parti socialiste ».

Et Stéphane Le Foll de rappeler lui aussi la préséance: Manuel Valls a « tout à fait la possibilité » d’être candidat, « mais à ce moment-là, il n’est plus Premier ministre », a sèchement souligné le ministre de l’Agriculture… à l’adresse de son supérieur hiérarchique.

Proche de Manuel Valls, le secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen a tenté de désamorcer une situation explosive en jugeant sur LCI qu’il « n’y a pas de crise » au sein de l’exécutif, mais « un débat ». « Le Premier ministre gouverne sous l’autorité du président de la République », a-t-il aussi réaffirmé.

Dans ce climat délétère, François Hollande ou Manuel Valls sont de toutes façons au plus bas dans les intentions de vote, avec 9% seulement chacun au premier tour de l’élection présidentielle selon un sondage Harris Interactive publié dimanche soir. De quoi alimenter l’inquiétude au sein du PS, à cinq mois de l’échéance, et même au-delà.

« Peut-être y a-t-il des pulsions suicidaires parfois chez certains de nos dirigeants », a ainsi déploré Olivier Faure sur LCP.

« Ce qui se passe en ce moment dans l’exécutif n’est bon pour personne », a de son côté estimé sur RTL Laurent Wauquiez, président par intérim des Républicains. « Je leur dis: +Ressaisissez-vous!+ Il reste cinq mois, ça ne peut pas aller jusqu’au bout. »

Manuel Valls et François Hollande sur le perron de l'Elysée le 2 novembre 2016 à Paris. © AFP

© AFP/Archives STEPHANE DE SAKUTIN
Manuel Valls et François Hollande sur le perron de l’Elysée le 2 novembre 2016 à Paris

80a88d28e858486c41af7080c3e61b6a5f0b4236
Article précedent

Cuba: première cérémonie d'hommage à Fidel Castro

6dcc626a6f5ff29b4546e76b26c57751d07954fb-2
Article suivant

Les rebelles lâchent pied à Alep, les civils désespérés

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Hollande et Valls poursuivent leur mano a mano au sommet de l'Etat