ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Howell relance la piste des médecins cubains

©Cédric Valax

©Cédric Valax

Le ministre de la Santé, Patrick Howell, a repris l’idée lancée en 2012 par Oscar Temaru de recourir à des médecins cubains pour pallier les manques notamment dans les archipels. Oscar Temaru salue. Gaston Flosse balaye. Et le président du conseil de l’ordre des médecins en Polynésie, Gilles Soubiran, affirme que la règlementation locale l’autorise pas aujourd’hui cette solution.

Face à une pénurie de médecins spécialistes au fenua ou au refus de certains taote d’aller travailler dans les archipels éloignés, le ministre de la Santé, Patrick Howell, a annoncé qu’il se penchait sérieusement sur le dossier de la venue des médecins cubains en Polynésie. Une annonce faite lors de la conférence de presse du conseil des ministres de mercredi midi. Patrick Howell a affirmé qu’il avait rencontré le président de l’ordre des médecins à Paris et qu’ils avaient étudiés ensemble « les tenants et les aboutissants » de ce dossier. Le ministre de la Santé indique qu’il y a « une procédure à respecter, surtout concernant la formation, pour pouvoir valider la possibilité de soigner en Europe voire en France ».

 

Le chef de file de l’UPLD, Oscar Temaru, qui avait lancé l’idée en 2012, affirme qu’il « soutient à fond cette initiative du ministre de la Santé ». A l’époque, le haut-commissaire Jean-Pierre Laflaquière n’était pas contre et avait affirmé que « la télémédecine (…) était une solution complémentaire à la venue de médecins cubains » pour les archipels. Oscar Temaru argue également « qu’à Cuba ou à Suva » les médecins sont formés pour travailler dans les archipels éloignés.

 

 

Le président du Tahoeraa et ancien président de la Polynésie, Gaston Flosse reste sur sa position de 2011. Il avait considéré qu’il était « farfelu de faire venir des médecins cubains au rabais pour remplacer nos taote popa’a ». Il considère qu’il vaudrait mieux embaucher nos enfants ou recruter dans le bassin méditerranéen.

 

 

De son côté, le président du conseil des médecins au fenua, taote Gilles Soubiran, affirme que la règlementation locale et nationale « n’autorise pas l’exercice de la médecine lorsqu’on n’est pas reconnu comme médecin ». Gilles Soubiran assure « qu’on n’a rien contre les médecins cubains » et précise que si ces derniers sont agréés, ils devront être payés « au même prix que les autres médecins ».

Le ministre de la Santé a annoncé qu’il rencontrerait le conseil de l’ordre des médecins du fenua et devrait aussi se rendre à Cuba pour y rencontrer le gouvernement local.

Article précedent

Hollande veut l'adhésion de la Polynésie au Forum des îles du Pacifique

Article suivant

La chasse aux fraudeurs pour équilibrer le RST

1 Commentaire

  1. Brice NEHAM
    27 novembre 2015 à 10h54 — Répondre

    De toute évidence, notre ministre de la santé n’est pas au courant des problèmes de compétence des médecins cubains que Fidji rencontre avec ces mêmes médecins et que leur gouvernement vient de dénoncer il y a à peine quelques semaines….

Laisser un commentaire

PARTAGER

Howell relance la piste des médecins cubains