ACTUS LOCALESSOCIAL

« Il faut alléger la constitution des dossiers RSPF »

Le président du SPC, Cyril Tetuanui. © Cédric Valax

Le président du SPC, Cyril Tetuanui. © Cédric Valax

Le président du Syndicat pour la promotion des communes (SPC), Cyril Tetuanui, était l’invité du journal de Radio 1, jeudi midi. Le représentant des tavana est tombé d’accord avec le Pays sur la question des compétences des communes, mais reste « perplexe » sur les amendements proposés pour modifier la loi anti-fraudeurs au RSPF.

Une nouvelle réunion a été organisée mardi matin entre le gouvernement et le Syndicat pour la promotion des communes (SPC) sur trois sujets d’actualité pour les tavana : La modification du statut pour donner plus de compétences aux communes, la modification de la loi anti-fraudeurs au RSPF et le projet de texte sur l’égalité réelle Outre-mer. Après les tensions palpables entre les tavana et le gouvernement à l’issue du Congrès des communes, Cyril Tetuanui a réaffirmé que les relations étaient aujourd’hui parfaitement apaisées : « On a eu des mots forts, mais on a de bonnes relations avec le gouvernement. » Sur les compétences des communes, le président du SPC explique que les tavana veulent : « être acteurs du développement économique ». Il demande donc au gouvernement la modification de l’article 43-2 du statut pour que les communes obtiennent davantage de compétences, et notamment celle du développement économique. « On s’est mis d’accord sur la modification de cet article », affirme Cyril Tetuanui. « Ce sera modifié par amendement, on demandera à un parlementaire de le faire ». Dans le détail, le président du SPC précise : « Le Pays est d’accord. On va d’abord modifier le statut et ensuite passer par une loi de Pays. »

« Encore du travail » sur la loi anti-fraudeurs

Autre sujet « brûlant », la modification de la loi anti-fraudeurs au RSPF. Edouard Fritch a reconnu jeudi matin lui-même devant l’assemblée que cette loi avait créé des situations iniques, notamment pour les plus démunis. « Les élus constatent l’échec de l’application de cette loi du Pays », confirme Cyril Tetuanui. Il précise que sur les 47 000 ressortissants enregistrés l’année dernière au RSPF, seuls 6 000 ont obtenu leur renouvellement depuis le début de l’année. Mardi matin, le gouvernement a présenté les amendements proposés pour la loi, mais Cyril Tetuanui estime qu’il y a encore « du travail » sur ce dossier. « On n’est pas convaincus sur les amendements ». Il propose que « les services sociaux aillent devant la population pour leur expliquer la procédure » et enfin, et surtout, il demande « à alléger la constitution des dossiers » aujourd’hui très couteux pour les ressortissants RSPF.

Article précedent

Premières études de travaux sur les ex-terrains militaires

Article suivant

Un ouvrier meurt percuté par une plaque d’acier

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

« Il faut alléger la constitution des dossiers RSPF »