ACTUS LOCALESSOCIÉTÉ

« Il faut que la parole circule sur le nucléaire »

© Cédric Valax

Le metteur en scène de Champignons de Paris, François Bourcier. © Cédric Valax

Le metteur en scène de la pièce Champignons de Paris, François Bourcier, était l’invité du journal de Radio 1 mercredi midi. Il explique la démarche qui l’a conduit à monter une pièce sur les essais nucléaires : « pas pour apporter des réponses ou un point de vue, mais pour poser les questions du pourquoi ? »

Après le succès de ses pièces Lettres de délation, Résister c’est exister ou encore Race, toutes jouées à Tahiti, le metteur en scène, François Bourcier, revient au fenua avec une œuvre consacrée cette fois-ci directement à l’histoire de la Polynésie. Champignons de Paris est né des rencontres du metteur en scène avec des « témoins » de l’époque du nucléaire en Polynésie. « Je ne connaissais pas l’histoire des essais, comme beaucoup de métropolitains », concède l’artiste dont la volonté a été de « resituer les personnages de l’époque, c’est à dire dans le présent des années 60 ». Habitué à inviter ses spectateurs à la réflexion, François Bourcier explique que : « L’idée n’est pas d’apporter des réponses ou un point de vue, mais de se poser les questions du pourquoi. Et les réponses ne nous appartiennent pas. » Par rapport au thème spécifique du nucléaire en Polynésie, il reconnaît que le sujet est « toujours délicat » parce que « brulant ». Mais il estime qu’il « faut que la parole puisse circuler et se libère ». Raison pour laquelle, comme pour ses autres pièces, François Bourcier invitera les spectateurs à prendre la parole à l’issue de la pièce et à débattre entre eux sur la pièce. « On va avoir, j’espère, des prises de parole intéressante pour pouvoir avancer sur le débat. De toutes façon, cet héritage on va le porter et nous aussi en métropole. »

bbc1118f54e2df0f3ce449a70860ab58453584d5
Article précedent

Etats-Unis: un manifestant "dans un état critique" à Charlotte

3b62a5cba6502d8a9e5afea0c38e522022e656f0
Article suivant

Les convictions religieuses, l'islam en particulier, s'affichent de plus en plus au travail

1 Commentaire

  1. simone grand
    22 septembre 2016 à 22h35 — Répondre

    bonne démarche
    bravo

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

« Il faut que la parole circule sur le nucléaire »