INTERNATIONAL

Ile-de-France: campagne contre les fraudeurs des transports en commun

Paris (AFP) – Un jeune homme porte sur son épaule une créature démoniaque qui l’incite à la fraude, un encart prévient « la fraude répétée, c’est maintenant jusqu’à 6 mois de prison et 7.500 euros » : la nouvelle campagne d’affichage des transports en commun franciliens lancée mardi met en avant le durcissement des sanctions.

La fraude dans les transports d’Ile-de-France est évaluée par la Cour des Comptes à 366 millions par an.

La campagne, réalisée par l’agence Havas Paris, est lancée en commun pour la première fois par la Région Ile-de-France, la SNCF, la RATP et le syndicat des transports en commun d’IDF (Stif), a expliqué Valérie Pécresse, présidente de la région et du Stif, lors d’une conférence de presse conjointe. 

L’objectif: « créer un électrochoc » et « changer l’idée qu’on peut frauder en toute impunité », a-t-elle ajouté.

La campagne « Fraudeurs, pour vous les règles ont changé » : est composée de trois visuels présentant à chaque fois un jeune homme ou une jeune femme, une créature démoniaque sur l’épaule l’incitant à la fraude.

« Et si tu te fais contrôler? Bim, tu cours très vite », dit une autre créature. « Dans les transports, fuir lors d’un contrôle, c’est maintenant jusqu’à 2 mois de prison et 7.500 euros d’amende », avertit plus bas l’affiche.

La loi Savary sur les transports adoptée en mars a en effet « donné beaucoup plus de moyens coercitifs » contre les fraudeurs, qui devront désormais justifier de leur identité en cas de contrôle, et pourront à défaut, être retenus pendant 4 heures, a rappelé Mme Pécresse. La nouvelle loi sanctionne aussi plus durement les déclarations intentionnelles de fausse adresse ou de fausse identité (2 mois d’emprisonnement et 3.750 d’amende), et abaisse de dix à cinq infractions le délit de fraude répétée. 

« Nous consacrons chaque année 90 millions d’euros à la lutte contre la fraude », a expliqué la présidente de la RATP Elisabeth Borne. Pour l’opérateur, la fraude représente 171 millions d’euros de pertes théoriques de recettes, pour 1,45 million d’infractions comptabilisées, dont 36% payées immédiatement.

Pour la SNCF-Transilien, « le manque à gagner est de 63 millions par an », soit « l’équivalent de six trains neufs par an », a précisé son directeur général Alain Krakovitch. Sur trois millions de voyageurs, 220.000 usagers sont en infraction chaque jour, a-t-il ajouté.

Des agents de la sécurité de la RATP, à la station Chatelet-les-Halles à Paris, le 23 mars 2016. © AFP

© AFP/Archives ERIC FEFERBERG
Des agents de la sécurité de la RATP, à la station Chatelet-les-Halles à Paris, le 23 mars 2016

0647d2d81899406ffb22e1d04606196b359980ea-4
Article précedent

RDC: nouvelles violences meurtrières à Kinshasa

f6792176b9dc7bf6495c5203e2a03e11e2fe427e-2
Article suivant

Abattoirs: les députés proposent plus de transparence

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Ile-de-France: campagne contre les fraudeurs des transports en commun