EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Ils dansent contre le réchauffement climatique. Ah. Ok … – Edito 01/12/2015

Bon alors je vais vous dire la vérité, ça m’embête un peu de les critiquer car j’ai des copains qui étaient impliqués dans cette histoire, mais tant pis je prends le risque de me les mettre à dos et de dire ce que je pense. Je suis donc allé voir les images de cette grande chorégraphie organisée dimanche dans les jardins de paofai pour montrer que la polynésie sait se mobiliser en marge de la COP21. Sur l’air de Porinetia de Bobby, qui ne se démode pas, ou peu, ces jeunes ont dansé donc, c’était mignon, mais …

Oui mais. Pour quoi faire en fait ? Le but était paraît-il de faire entendre la voix de la Polynésie dans la lutte contre le dérèglement climatique. Mais à part être mimis et bien danser c’était quoi le message qui était censé marquer le coup à l’international ? Si la chanson a été choisie pour sa symbolique et certaines subtilités de langage selon les organisateurs il se trouve qu’elle est en tahitien, et que toute tentative de faire passer un message avec elle à l’international est peine perdue. Non je ne me transforme pas en vieux ronchon, bien entendu que c’était toujours que de ne rien faire, c’est juste que je trouve ça un peu niais sur les bords.

D’ailleurs Gaston Flosse interviewé au JT de TNTV m’a fait rire dimanche soir en disant, je cite « c’est bien d’aller danser dans les jardins de Paofai mais ce serait mieux d’installer des instruments pour mesurer la montée des eaux », fin de citation. A peu de choses près je suis assez d’accord avec lui, pour une fois … N’y a-t-il que par notre flegme et notre déhanché que nous pensons pouvoir marquer le coup ? Si le ministre de la culture est aussi le ministre de l’environnement, il y a des fois où je pense que ça peut être pas mal de savoir différencier les portefeuilles et les actions correspondantes. J’aurais tellement préféré qu’une bande de jeunes polynésiens, toutes ethnies confondues, en mode aventuriers Goonies, ou encore Club des 5, en véritables témoins de notre temps mènent les caméras partout où la Polynésie est en train de se modifier à cause du changement climatique. Ils pouvaient le faire en dansant au pire s’il le fallait, mais bon, vous voyez où je veux en venir. Il y a certains sujets qui sont de tels enjeux que parfois je crois qu’il faut savoir les aborder avec moins de naïveté pour qu’il puisse en rester quelque chose.

Les images de cette chorégraphie prise depuis les airs par un drone que vous pouvez retrouver sur notre site internet radio1.pf auront en tout cas le mérite de montrer que le dimanche 29 novembre, à Tahiti, où selon la chanson consacrée : l’eau est censée jaillir plus pure que le diamant, où l’amour et l’amitié sont censés couvrir l’immensité, le ciel était gris, le temps était pourri. Mais nous pas grave on dansait quand même. J’ai bien peur que les temps à venir nécessitent bien plus que de jolis minois sur des chorégraphies faciles pour participer à une prise de conscience collective, où seuls les politiques ne peuvent pas faire grand chose si nous aussi, nous n’agissons pas.

Article précedent

TERMINÉ - Jeu SIMPLY RED

Article suivant

JOURNAL DE 12:00, LE 01/12/15

4 Commentaires

  1. MARTIN
    1 décembre 2015 à 19h06 — Répondre

    je trouve que tu es dur avec ceux qui se défoncent pour organiser des choses .. .j’y étais ! j’ai trouvé ça super pour l’image du pays ! car à part la fumée d’EDT à la Punaru ! je ne vois pas en quoi on devrait culpabiliser ce pays sur des problèmes de pollution mondiale dont ils vont peut être être les victimes. Qu’ils donnent une belle image d’un pays qui a la chance de ne pas être pollué … c’est pour moi un très beau et excellent message même en polynésien, ils ont aussi raison de faire entendre leur création dans leur langue régionale ! Sans rancune Alexandre

  2. daniel
    2 décembre 2015 à 7h56 — Répondre

    Pas pollué? Ouvre les yeux, peut être pas industrielle, mais citoyenne, la pollution.

  3. Eleani
    2 décembre 2015 à 21h17 — Répondre

    Pas pollué ? wow ! C’est sans compter les 2h d’embouteillages le matin et le soir sur la côte Est et Ouest parce que les transports en communs ne sont pas encore assez bien organisés! Non franchement, on ne le voit pas bien parce qu’on est une toute petite île, mais à l’échelle de Tahiti, si, on pollue (et pas qu’un peu)! Toutes les communes qui ne trient pas les déchets (dont Faa’a, soit celle où il y a le plus d’habitants), toutes les importations dont nous sommes dépendants (impliquant donc les tonnes de CO2 relachées par les avions et cargos) , je parle même pas de tous les pehu balancés dans les rivières et sur la route ! Si on regarde la carte des points de baignades où l’eau est propre sur Tahiti, les points verts et bleus sont tellement rares ! (et bien trop de points rouges et oranges comparés à Bora Bora). Faut se réveiller là, Tahiti est POLLUEE ! Même les rues d’Auckland sont plus propres. CDG contre ceux qui croient encore que nous on pollue pas à côté des grands pays, on vit plus dans des maisons en cocotier et ni’au et on se déplace plus à cheval hein !

  4. Pitate
    3 décembre 2015 à 15h49 — Répondre

    Quoi qu’il en soit,

    Je remarque une recrudescence des sensibilisations par émissions et infos sur toutes les chaînes TV, sans doute grâce au COP21, et je pense qu’à tout les niveaux, ce type de « bombardement bienfaiteur et constructif » planétaire des consciences, à répétition est la meilleure méthode qui soit pour changer les mentalités car cela fait beaucoup parler les foyers le soir devant la télé, et les parents donnent des explications aux enfants au lieux de se contenter de les recevoir des institutrices qui tentent de sensibiliser les enfants.
    Ainsi les prochaines génération biens encrées dans ces enjeux parce qu’ils sont « tombés dedans quand ils étaient petits » dans une poignée d’année auront-ils nous l’espérons, la verve supplémentaire pour surmonter les barrières qui nous empêchent d’évoluer de manière radicale en faveur de l’environnement et du développement durable.
    Merci

Répondre à MARTIN Annuler la réponse.

PARTAGER

Ils dansent contre le réchauffement climatique. Ah. Ok … – Edito 01/12/2015